lundi 30 avril 2018

Au petit bonheur la chance!


Titre : Au petit bonheur la chance!
Auteur : Aurélie Valognes
Genre littéraire : Littérature Contemporaine
Année de parution : 2018
Éditeur : Mazarine
ISBN : 978-2863744536
Nombre de pages : 325 pages

Jean 6 ans , se retrouve confié à sa grand-mère, lors de la séparation de ses parents, en 1968. Sa mère part à Paris pour trouver un emploi et reviendra le chercher. Il se retrouve chez mémé Lucette, et une formidable histoire d'amour va se dérouler entre ces deux êtres qui vont apprendre à se connaître, à cohabiter et à s'aimer.

Ceux que tu aimes le plus vont et viennent, repartent et reviennent. En prenant un bout de ton cœur à chaque fois. Mais tu ne vas pas te priver d’aimer de peur de devoir souffrir un peu? Tout ce bonheur ne vaut-il pas un petit pincement au cœur?

Jean n'a que six ans et mémé Lucette a beau essayer de lui faire comprendre que sa mère reviendra le chercher, il a tout de même le cœur brisé. Passera-t-il l'été chez mémé ou y restera-t-il pour toujours? Pourquoi l'a-t-elle abandonné ainsi?

Par dépit, il se jette sur la collation que sa grand-mère lui a préparée : même ses gâteaux préférés ont un arrière-goût de périmé. Ce doit avoir ce goût-là, la tristesse.

Les jours passent et la rentrée scolaire approche à grands pas. Marie ne semble pas pressée de venir chercher Jean pour l'emmener à Paris. C'est à la dernière minute que mémé lui procure les quelques effets scolaires dont il aura besoin, mais la vie n'est pas facile. Mémé ne roule pas sur l'or, elle avait déjà de la difficulté à joindre les deux bouts en étant seule. N'empêche qu'elle trouve tout de même les moyens de prendre soin de son petit-fils.

Lucette n'a pas beaucoup de sous, les repas sont simples, mais riches d'amour.

Il y a aussi sa tante Françoise et ses cousins qui sont là pour lui changer les idées, l'amuser, mais aussi pour le combler d'amour, sans oublier la petite voisine Anita et le facteur Lucien. Finalement, au fil des mois, Jean prend ses marques. Il garde toujours espoir que sa mère revienne le chercher, mais en même temps, il est bien dans cette vie avec sa mémé Lucette. En fait, il faut si peu pour être heureux, pour savourer le bonheur qui est là à notre portée...

Les chances d’être heureux sont là, partout, il suffit de les respirer, comme l’air frais marin, et d’en embellir leurs vies.

Après avoir maintes et maintes fois vu et lu des chroniques sur les romans d'Aurélie Valognes, il était plus que temps que je découvre cette auteure.

Je dois dire que je suis tombée littéralement sous le charme de la plume de cette auteure. Elle a une écriture qui vient nous chercher directement au cœur. Elle ne le fait pas tout simplement en plaçant les mots bout à bout... non, elle trouve le moyen d'y mettre un peu de poésie. Aucun mot n'est choisi au hasard, elle y met toute la délicatesse possible afin de toucher le lecteur.

Les personnages sont uniques et terriblement attachants. Malgré les remarques parfois bourrues de mémé Lucette, il nous est possible de ressentir tout l'amour qu'elle a pour son petit-fils. Les gestes qu'elle pose à son insu sont d'autant plus des révélations de son affection pour lui. De même, nous sentons à quel point Jean est attaché à sa mémé et combien il veut prendre soin d'elle. La relation entre ces deux personnages m'a profondément touchée et émue. Elle m'a également fait sourire à de multiples reprises par les échanges qu'ils ont entre eux. Jean est tellement curieux et il a réellement le don de formuler ses phrases à vous en faire décrocher votre mâchoire. Vous n'aurez pas le choix que de tomber sous le charme de ce petit bonhomme!

J'ai également pu apprécier le contexte d'après-guerre. L'auteure a su faire ressortir avec brio cette époque difficile. Mais au-delà des difficultés, nous sentons également une communauté très forte qui s'entraide. Également, nous ressentons, par le biais de Marie, le changement qui s'opère pour les femmes. L'émancipation de la femme, le désir d'être égale à l'homme et de pouvoir choisir son destin et faire ses propres choix.

Pour moi, Au petit bonheur la chance est un roman touchant et qui vaut vraiment la peine d'être lu. La relation entre Lucette et Jean est exceptionnelle et fait du bien. N'hésitez pas, je suis certaine que vous allez adorer ce petit récit.

Ma note : 4.5/5

Je tiens à remercier chaleureusement la maison d'édition Mazarine, non seulement pour ce formidable récit, mais également pour m'avoir fait découvrir une auteure de talent!



dimanche 29 avril 2018

Lux, tome 3 : Opale


Titre : Opale
Auteur : Jennifer L. Armentrout
Série : Lux, tome 3
Genre littéraire : Fantastique/Jeunesse
Année de parution : 2016
Éditeur : J'ai Lu
ISBN : 978-2290070444
Nombre de pages : 441 pages

Si elle a été sauvée in extremis par les pouvoirs de Daemon, Katy n'est désormais plus tout à fait la même. Et il lui faudra du temps pour apprivoiser sa nouvelle nature. Néanmoins, la communauté des Luxens a des problèmes plus urgents à régler dans l'immédiat : un deuil qui fait dissension, le retour inattendu de Dawson, et la recherche d'un plan visant à tromper la surveillance de la Défense. Par ailleurs, une menace bien pire que la présence des Arums semble peser sur eux : « le Dédale ». Si cette organisation découvre ce dont Daemon et Katy sont capables, ils sont perdus...

Comme nous le savons, Dawson est de retour à la maison et Adam est décédé à la fin du deuxième tome. Les Luxens ont décidé que Katy était la responsable de cette mort. Dee lui en veut et elle n'est pas près de lui pardonner. Dawson, quant à lui, il n'est plus le même depuis qu'il est revenu. Daemon doit le surveiller constamment, car il veut retourner chercher sa douce moitié, Beth, et qui est toujours aux prises du Dédale.

Daemon et Katy ne savent pas si la mutation de Will a fonctionné, mais il semblerait que celui-ci soit toujours en contact avec la mère de Katy. Que peut-elle faire pour protéger sa mère? Et pour empirer les choses voilà que Blake décide de revenir en ville et qu'ils menacent Daemon et Katy de tout dévoiler à la Défense s'ils ne coopèrent pas avec lui pour récupérer son ami Chris. Mais peut-on réellement lui faire confiance? La réponse est négative, mais ont-ils vraiment le choix? De plus, si par le fait même ils ont la chance de délivrer Beth, alors pourquoi ne pas collaborer ensemble? Ne dit-on  pas qu'il vaut mieux être proche de ses ennemis afin de les avoir à l'œil?

Pendant qu'ils élaborent un plan pour aller délivrer Beth et Chris, Daemon et Katy découvrent qu'une nouvelle pierre pourrait bien les aider à vaincre le Dédale. Il semblerait que l'Opale améliore les pouvoirs des Luxens mais aussi des hybrides... si seulement ils pouvaient en avoir une!

Malgré le deuil, l'élaboration du plan pour aller sauver Beth et Chris et malgré les attaques dont nos deux protagonistes sont victimes tout au long du récit, Daemon et Katy trouvent tout de même le temps de se rapprocher. Par contre, au début du récit, j'ai eu des doutes. J'avais l'impression que l'auteure allait encore jouer avec l'ambivalence de Katy. Je n'aurais pas apprécié que leur relation amoureuse soit similaire à ce que l'on retrouve au deuxième tome. J'ai bien fait de persévérer, car leur relation évolue et prend en maturité. Les émotions sont plus intenses et moins conflictuelles. Cela fait du bien autant pour nos deux protagonistes que pour le lecteur. Nous les voyons enfin s'épanouir!

Il y a beaucoup d'actions dans ce troisième tome et surtout plusieurs rebondissements. Les événements s'enchaînent vraiment bien l'un à la suite de l'autre. Je suis restée accrochée tout au long du récit. Dès le retour de Blake, j'ai senti la réticence de Katy vis-à-vis celui-ci. Croyez-vous que les Luxens avaient raison de ne pas lui faire confiance ou au contraire, Blake réussit-il à faire son mea culpa?

Eh bien, laissez-moi vous dire que Jennifer Armentrout nous a concoctés une fin vraiment incroyable! Je me doutais bien qu'elle nous ferait un coup semblable, mais à ce point? Le pire dans tout cela, c'est que le quatrième tome ne fait pas partie de ma Pal. Je vais devoir attendre d'aller chez mon libraire pour me le procurer!!!

Ma note : 4/5


Si vous désirez lire ma chronique des tome précédents, cliquez sur le lien désiré :

jeudi 26 avril 2018

Agents Virtu'elles, tome 1 : Disparitions à Versailles


Titre : Disparitions à Versailles
Auteur : Virginie Platel
Série : Agents virtu'elles, tome 1
Genre littéraire : Science-Fiction
Année de parution : 2018
Éditeur : MxM Bookmark
ISBN : 978-2375744734
Nombre de pages : 356 pages

Alors qu’elle travaille au Louvre, Elfi découvre que l’un des plus célèbres tableaux d’Élisabeth Vigée Le Brun, portraitiste de Marie Antoinette, a disparu. Et personne ne semble se rappeler de son existence!
Aidée par un ami scientifique, Elfi va remonter le temps jusqu’au XVIIIe siècle pour tenter de percer des mystères dont dépendent à la fois son destin et sa survie. Elle pourra toutefois compter sur la mystérieuse Inès pour la seconder dans cette mission. Prises au jeu des énigmes et du turbulent Paris de l’époque, fréquentant même Élisabeth Vigée Le Brun et Marie Antoinette en personnes, le duo devra déjouer les pièges de la cour. Ensemble, elles tenteront d’éviter les multiples dangers qui jalonneront leur chemin. Mais pourront-elles sortir indemnes de cette obscure machination ? Et surtout, une fois les pièces du puzzle assemblées, Elfi et Inès pourront-elles accepter une vérité qui défie l’imagination?

Depuis un an qu'Elfi a quitté Paris afin de suivre son mari qui a obtenu un nouvel emploi. Pour sa part, elle est à la recherche d'un nouvel emploi et après avoir travaillé pendant dix ans au Louvre, son ancien boulot lui manque énormément. Et puis, un bon matin, un vieil ami la contacte. Mike a besoin de son expertise en art mais ne veut pas élaborer l'offre qu'il veut lui faire. Il veut la rencontrer au siège de la compagnie, qui se trouve à Monaco. Est-ce une simple coïncidence si le jour même Elfi se rend compte que l'œuvre sur laquelle elle a fait sa thèse semble avoir disparu à Versailles? Un peu comme si la peintre n'avait jamais fait cette toile...

À son arrivée à Falcon Company, entreprise et centre de recherches à la fine pointe de la technologie, Elfi se fait proposer de faire équipe avec Inès afin d'effectuer une mission au XVIIIe siècle. Un voyage dans le temps... un drôle de hasard puisque la toile qui semble avoir disparu vient de la même époque! Quant à sa partenaire, mous savons peu de choses sur celle-ci, si ce n'est qu'elle était autrefois dans la gendarmerie et qu'elle sera aux côtés d'Elfi pour la protéger et l'aider à réussir la mission. Les deux jeunes femmes n'ont aucune idée de la mission, elle leur sera donnée sous forme d'énigmes une fois arrivées à bon port. Pour Elfi, c'est l'occasion idéale pour retrouver le tableau qui semble avoir disparu et pour Inès, elle accepte le poste afin d'aider son jeune frère malade.

Bien évidemment, les événements ne se déroulent pas aussi facilement que prévu. Elles feront face à plusieurs embûches... on ne retourne pas trois siècles en arrière aussi facilement. Et le retour dans le présent peut également causer bien des surprises!

On dit que l'heure la plus sombre vient avant une aurore splendide. En effet, la lumière du présent est aveuglante comparée à l'obscurité du passé que nous venons de quitter...

C'est le premier roman de Virginie Platel que j'ai l'opportunité de lire. Cette auteure a une plume très analytique. Elle n'hésite pas à aller en profondeur afin de bien décrire l'environnement qui entoure nos deux protagonistes. D'ailleurs, à certains moments j'avais l'impression qu'il y avait un peu trop de détails. Je me sentais quelque peu perdue.

D'un autre côté, cette écriture très détaillée permet de bien saisir le contexte historique, essentiellement au moment où Elfi et Inès arrivent à Paris au XVIIIe siècle. Un peu comme si nous y étions. Virginie Platel maîtrise le sujet à la perfection tant au niveau politique, des arts, des us et coutumes de l'époque. Et que dire de tous ces personnages que nos protagonistes rencontrent au cours de leur mission, c'est captivant!

Quant à l'intrigue, étant donné la mise en place détaillée, elle est extrêmement longue à démarrer. Je commençais sérieusement à douter lorsqu'enfin tout s'est mis en branle. Et là, j'ai vraiment adhéré au récit et j'ai suivi avec beaucoup d'enthousiasme le parcours de ces deux jeunes femmes. Les embûches ne cessent de les ralentir et l'on voit que ce n’est drôlement pas facile d'être une femme à cette époque!

Également, je m'attendais à voir évoluer une belle romance entre Elfi et Inès. Malheureusement, ce n'est pas le cas. Par contre, nous voyons évoluer leur relation tranquillement vers une belle amitié et je sens qu'au prochain tome, il est possible que la relation évolue plus profondément et c'est évidemment ce que l'on espère!

Bref, pour un premier tome, je crois que l'auteure a voulu faire une mise en place très détaillée du contexte entourant la compagnie, les enjeux ainsi que le contexte historique et à ce niveau, c'est réussi. Malgré un début un peu difficile, j'ai finalement adhéré au récit et aux personnages au cours de la deuxième moitié. Suffisamment pour avoir le goût de lire la suite...

Ma note : 3.5/5

Je tiens à remercier la maison d'édition MxM Bookmark pour ce roman!

lundi 23 avril 2018

La fille dans les bois


Titre : La fille dans les bois
Auteur : Patricia MacDonald
Genre littéraire : Thriller
Année de parution : 2018
Éditeur : Albin Michel
ISBN : 978-2226402080
Nombre de pages : 320 pages

Cela fait quinze ans que Blair n'est pas retournée dans la ville de son enfance. Depuis que sa meilleure amie, Molly, a été assassinée... Mais l'état de Céleste, sa sœur, atteinte d'un cancer, ne lui laisse pas le choix. « J'ai fait quelque chose de mal » : sur son lit de mort, celle-ci lui révèle que l'homme qui croupit en prison pour le meurtre de Molly est innocent. Pour preuve, elle était avec lui le soir du crime.
Mais comment avouer à leur père, un raciste haineux, qu'elle avait une relation avec un Afro-Américain? Blair lui promet de le faire libérer et, pour cela, de trouver les preuves dont la police a besoin. Elle se lance alors dans une enquête douloureuse pour comprendre ce qui s'est vraiment passé cette nuit-là, lorsque le corps de la petite Molly a été retrouvé dans les bois, non loin de sa maison...
Blair est-elle prête à affronter l'atroce vérité? Le passé est-il révolu?


Ce n'est pas lui, murmura-t-elle. J'étais là.

Voilà les mots que Céleste, la sœur de Blair, vient de lui dire. Elle est sur le point de mourir et ce sera l'une des dernières phrases qu'elle lui dira avant de s'éteindre. Blair lui fera la promesse de tout mettre en œuvre afin que celui qui est actuellement coupable du meurtre de Molly puisse retrouver sa liberté. Une promesse faite à sa sœur mourante sans pour autant savoir quels en seront les impacts. Ce n'est pas parce que Céleste agonisait que ses paroles ont une quelconque valeur sur le plan juridique. Et la réaction des gens autour de Blair n'est pas du tout ce qu'elle espérait.

Les parents de Molly sont offusqués et jetteront Blair à la porte lorsque celle-ci viendra leur mentionner que ce n'est pas le bon coupable qui est en prison. Ils ne veulent pas la croire. Quant à la police, ils refusent de rouvrir le dossier. C'est un peu comme si Blair venait leur dire qu'à l'époque ils n'avaient pas fait leur boulot correctement. Même son oncle Ellis ne veut pas croire que Céleste était avec un jeune délinquant noir ce soir-là!

Mais Blair a fait une promesse à sa sœur et elle tiendra parole. Elle ne sait pas si elle y parviendra, mais elle ne lâchera pas prise tant et aussi longtemps que justice ne sera pas rendue. Il y a quelqu'un quelque part qui sait quelque chose, mais surtout, il y a un meurtrier qui se promène dans la nature...

Encore une fois, Albin Michel m'a fait découvrir une auteure de talent. Je voyais son nom passer un peu partout, mais je n'avais pas encore eu l'opportunité de lire un de ses livres. Maintenant que c'est chose faite, je dois dire que ce fut une belle découverte.

Patricia MacDonald a une plume fluide et accessible. La lecture est agréable et simple par conséquent, nous nous laissons facilement embarquer par l'intrigue. D'ailleurs, je dois dire que l'intrigue est vraiment intéressante. Elle n'est peut-être pas très originale, soit un innocent incarcéré sur un faux témoignage, mais n'empêche que la protagoniste part de rien, sans aucun indice. Le seul avantage qu'elle puisse avoir est le fait qu'elle a passé la journée avec la victime avant que celle-ci soit assassinée. De plus, Molly était sa meilleure amie.

Mais au-delà de l'enquête, il y a la culture familiale entourant Blair et Céleste qui semble avoir joué un rôle prédominant avant le meurtre, mais également lors du procès. Cet oncle raciste, et qui voue presque un culte aux nazis, aura eu toute une emprise sur ses deux nièces. Indirectement, il est lui aussi responsable du fait qu'un innocent soit en prison. Malgré la noirceur de ce personnage, j'ai bien aimé la façon dont l'auteure l'a introduit dans l'intrigue.

Tout de même, je ressors de ce thriller avec une légère déception. L'auteure a tellement su me garder captiver tout au long du récit que je m'attendais à une fin surprenante et malheureusement, ce ne fut pas le cas. Le dénouement est quelque peu prévisible et se fait tout en douceur. Toujours est-il que c'est un bon thriller et que je suis bien heureuse d'avoir découvert une auteure de talent!

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Albin Michel pour la découverte de cette auteure!



dimanche 22 avril 2018

Les chroniques lunaires, tome 2 : Scarlet


Titre : Scarlet
Auteur : Marissa Meyer
Série : Les chroniques lunaires, tome 2
Genre littéraire : Science-Fiction/Jeunesse
Année de parution : 2013
Éditeur : Pocket
ISBN : 978-2266218184
Nombre de pages : 480 pages

Depuis les lointaines étoiles jusqu’aux recoins d’une sombre forêt, les destins de Scarlet et de Cinder semblent liés.
Alors que l’une cherche sa grand-mère mystérieusement disparue et que l’autre poursuit la quête de ses origines, la menace lunaire qui pèse sur l’humanité se renforce.
Cinder et Scarlet parviendront-elles à lui résister?


Maintenant que Cinder est incarcérée et que la Reine Levana veut sa tête, tout porte à croire que la vie de Cinder ne tient plus qu'à un fil. Mais croyez-vous vraiment qu'elle ne fera rien pour se sortir de cette impasse?

Au cours de ce deuxième tome, l'auteure nous présente de nouveaux personnages et a décidé de scinder son récit entre Cinder et Scarlet, mais un lien existe entre elles... cependant, elles ne le savent pas encore! Entre la Cendrillon des temps modernes et le Petit chaperon rouge, gageons qu'on ne va pas s'ennuyer!

Depuis déjà deux semaines que la grand-mère de Scarlet a disparu en laissant derrière elle sa puce ID. La police a fait son enquête et selon eux, elle serait partie de son plein gré. Mais pour Scarlet, c'est tout simplement impossible. Elle ne serait pas partie sans laisser un mot à sa petite-fille. Et le retour de son père alcoolique ainsi que le récit qu'il fait de ses dernières journées, ne fait aucun doute. Elle doit partir à sa recherche et la délivrer avant qu'il ne soit trop tard. Et comme par hasard, un nouvel arrivant au village, Loup, pourrait l'aider à la retrouver, car il connaît bien le gang qui a enlevé sa grand-mère. Peut-elle réellement lui faire confiance?

Au même moment, Cinder et Thorne s'associent pour s'évader de prison. Avec les nouveaux pouvoirs lunaires de celle-ci, tout se passe relativement bien. Ils sont maintenant à bord du vaisseau de Thorne, mais pendant combien de temps encore pourront-ils échapper à leurs poursuivants? Pour réussir à reprendre le contrôle de sa vie, Cinder décide de partir à la recherche de ses origines au lieu d'aller en Afrique comme demandé par le Dr Earland. Selon ses recherches la seule personne qui pourrait l'aider n'est nulle autre que Michèle Benoît, la grand-mère de Scarlet.

Est-ce que les chemins de Cendrillon et du Petit chaperon rouge vont se croiser? Et la Reine Levana dans tout cela, va-t-elle essayer de conquérir la Terre maintenant que Cinder s'est évadée? Et quel sera le rôle du Prince charmant et du Loup aux grandes dents? Pour le savoir, faut absolument lire le roman!

Dès les premiers chapitres, l'auteure ne perd pas de temps et Cinder s'évade de prison. Nous embarquons immédiatement dans l'action. Elle introduit Thorne avec brio, un nouveau personnage très attachant qui apporte quelques brins d'humour au récit avec sa personnalité de dragueur. Les échanges entre ces deux-là m'ont fait sourire plus d'une fois.

Le fait que Marissa Meyer ait décidé d'alterner ses chapitres entre Cinder et Scarlet fait en sorte de maintenir constamment le suspense. À aucun moment au cours de ma lecture, j'ai ressenti de longueur. En fait, j'avais qu'une hâte, soit celle de sauter au chapitre suivant.

Il est vrai que j'adore lire les contes revisités et cette saga est tout simplement géniale. Par contre, pour ce deuxième tome, malgré qu'il y ait beaucoup d'actions et de moments où l'on a peur pour nos protagonistes, j'en ressors un peu moins emballée qu'avec le premier tome. Je crois que c'est l'effet magique du premier tome qui en est responsable. D'ailleurs, je remarque que c'est souvent le cas. Je ne sais pas si c'est l'effet nouveauté qui s'estompe ou les auteurs qui nous écrivent des suites qui ne sont pas de qualité similaire, mais n'empêche qu'encore une fois, j'ai nettement préféré le premier tome.

Malgré tout, je suis emballée par cette saga et les personnages. Réécrire l'histoire et innover autant avec les personnages, c'est tout simplement fantastique. Bien hâte de voir ce que l'auteure nous a concocté pour le troisième tome... y aura-t-il de nouveaux personnages qui se joindront à Cinder?

Ma note : 4/5

Pour lire ma chronique du premier tome, cliquez sur le lien suivant : Cinder

vendredi 20 avril 2018

La dame de Knox, tome 2 : La tourmente



Titre : La tourmente
Auteur : Sonia Alain
Série : La dame de Knox, tome 2
Genre littéraire : Romance/Historique
Année de parution : 2017
Éditeur : AdA
ISBN : 978-2897652494
Nombre de pages : 324 pages

Les tensions entre la France et l’Angleterre s’intensifient, car la guerre fait toujours rage, sévissant sur les terres des deux puissances. Pour ajouter au drame du royaume de France, la peste menace de décimer son peuple.
Au milieu de cet affrontement, Joffrey de Knox, un guerrier redoutable, s’attire les foudres du monarque anglais, Édouard III, en désertant ses rangs. Dès lors, cette trahison pousse le roi à nourrir de sombres desseins envers le seigneur de Knox. Au courant qu’il l’a fait par amour pour sa jeune épouse, Anne de Vallière, Édouard tente d’assouvir sa vengeance en s’en prenant à elle par l’entremise d’une belligérante du nom de Jeanne de Belleville.
Les batailles sont légion, les ennemis sont partout, les complots et les trahisons se multiplient, sans compter l’épidémie qui se propage. Protéger sa famille dans de telles conditions mettra Joffrey à rude épreuve. Quant à Anne, elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour épargner un sort horrible à son époux, ainsi qu’à ses enfants, se montrant aussi rusée que ses détracteurs.
Au cœur de l’adversité, le couple trouvera-t-il la force de faire face au destin?


Maintenant que Joffrey a fait vœu d'allégeance à la France, par amour pour Anne, le roi Édouard est en colère... sauront-ils contrer les complots de leurs ennemis? Surtout que Joffrey devra quitter le château pour aller guerroyer au côté des français, mais cette fois-ci, il sera dans le camp adverse... va-t-il revenir en un seul morceau? Anne et Charles-Édouard seront-ils en sécurité sans le seigneur de Knox à leurs côtés.

Joffrey, nouvellement nommé marquis par le roi de France, profite de quelques jours paisibles auprès de sa mie avant de partir aller rejoindre l'armée française. Il connaît bien les soldats anglais et c'est ce qui l'effraie un peu. Est-ce que l'armée française saura contrer la menace? Mais avant de quitter, il laissera quelques chevaliers auprès d'Anne et de son fils, mais est-ce que cela suffira à les protéger?

Assurément, ce ne fut pas le cas, car les ennemis sont nombreux et ils semblent être plusieurs à s'être alliés ensemble afin de mener la vie dure à notre chère Anne. Le but étant bien évidemment d'atteindre plus facilement Joffrey. Mais ceux-ci ne savent pas à quel point La dame de Knox est courageuse et combattive. Malgré les sévices qu'elle subit depuis qu'elle a mis pied en sol anglais, elle réussit à garder la tête haute. Et pour l'instant, elle doit sa survie à la Reine elle-même, car celle-ci connaît la réputation du seigneur de Knox et elle a peur de sa colère. Qu'en sera-t-il de l'avenir, la Reine pourra-t-elle intervenir auprès du Roi afin de sauver Anne? Quelle sera la réaction de Joffrey lorsqu'il apprendra que sa dame n'est plus au château auprès de son fils, mais plutôt enfermée à la Tour Blanche?

Sonia Alain signe, encore une fois, un roman incroyable. La tourmente porte vraiment bien son titre. Les événements que subit notre protagoniste et son époux sont tragiques à une époque vraiment difficile. L'auteure a su nous tenir en haleine tout au long de son récit. De l'action et des retournements de situations à nous faire frémir pour cette chère Anne.

D'ailleurs, je dois mentionner que nos deux protagonistes sont tout simplement surprenants. Autant Anne peut être douce et vulnérable, autant elle peut user de ruses et de force lorsque la situation l'exige. En cela, elle est une héroïne exceptionnelle. Je ne sais pas comment elle fait pour passer au travers de toutes les épreuves que l'auteure lui a concocté! Quant à Joffrey, il est fougueux, féroce et ne se laisse pas mener par le bout du nez. À sa manière, il est aussi vulnérable, car son amour pour Anne le transforme et les événements l'atteignent d'autant plus. Il est le bad boy de l'époque médiévale! Ce couple est probablement l'un des plus beaux couples que j'aie pu voir dans une romance historique. Ils sont à la fois entêtés, caractériels et si amoureux!

Quant à l'intrigue, l'auteure a su me surprendre à de multiples reprises et a fait bondir mon cœur plus d'une fois. Nous en venons à détester certains personnages secondaires du roman. C'est donc dire que l'auteure réussit à nous faire adhérer au récit, mais également à nous garder accrocher jusqu'à la dernière page. Au point même où je vais devoir me procurer très prochainement la suite de cette saga! Surtout qu'en fin de récit, nous apprenons que la peste a envahi la France... Quel avenir attend le seigneur de Knox et sa dame?

Le seul bémol, c'est que le roman est vraiment trop court... j'en aurais pris beaucoup, beaucoup plus!

Ma note : 4.5/5


Ce roman fut une lecture commune avec Readeuse, pour lire sa chronique, cliquez sur le lien suivant : La tourmente

Pour lire ma chronique du premier tome, cliquez sur le lien suivant : Le masque

jeudi 19 avril 2018

Les derniers jours de Rabbit Hayes



Titre : Les derniers jours de Rabbit Rayes
Auteur : Anna McPartlin
Genre littéraire : Littérature Contemporaine
Année de parution : 2017
Éditeur : Pockey
ISBN : 978-2266269292
Nombre de pages : 474 pages

Quand Mia, que l’on surnomme affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n’a plus que neuf jours à vivre, même si elle refuse de l’accepter, tout comme ses proches qui assistent, impuissants, au déclin de leur fille, sœur, mère ou amie. Tous sont présents à ses côtés pour la soutenir : Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant; Davey et Grace, son frère et sa sœur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille ; Marjorie, sa meilleure amie et confidente ; et enfin Juliet, sa fille de 12 ans, qu’elle élève seule. À mesure que les jours passent et que l’espoir de sauver Rabbit s’amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s’interroger sur leur vie et la manière dont ils vont se construire sans cette femme qui leur a tant apporté. Rabbit est au cœur de ce petit groupe et des préoccupations de chacun de ses membres. Si elle a perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage. Et Rabbit a quelques idées bien particulières pour leur faciliter la tâche. Mais très peu de temps pour les mettre en œuvre...

Ce sont ces moments-ci, ici et maintenant, qui dureront à jamais.

Depuis l'automne dernier que ce roman était en attente sur ma table de chevet et pourtant je n'arrivais pas à me convaincre de l'ouvrir jusqu'au jour où Readeuse m'a obligée à le lire dans le cadre d'un challenge littéraire sur Livraddict.

J'hésitais à le lire et pourtant je l'avais bien acheté non? D'ailleurs, j'ai acheté ce roman suite à la lecture de plusieurs chroniques positives sur la blogosphère. Je le voyais partout alors je me suis dit que ça serait une bonne idée de me plonger dedans moi aussi, mais le synopsis ne me laissait aucun doute... ce roman allait bouleverser l'hypersensible que je suis et ce fut effectivement le cas.

Rabbit va bientôt mourir, elle vient d'arriver à la maison de soins palliatifs et malgré cela, elle et sa famille sont en partis dans le déni. Ils sont conscients de sa mort imminente, mais ils n'ont pas encore réussi à accepter l'inacceptable. Pour Rabbit, c'est d'autant plus difficile, car elle s'est battue depuis le début pour sa fille Juliet, maintenant âgée de douze ans. Qui prendra soin d'elle quand elle sera partie? Davey, son frère qui sillonne les routes des États-Unis en tant que musicien? Ses parents âgés de plus de soixante-dix ans? Ou bien sa soeur Grace qui s'occupe déjà de ses quatre fils? De plus, comment annoncer à sa fille que l'on va bientôt la quitter?

Nous suivons donc Rabbit et sa famille tout au long du processus d'acceptation, et ce, jusqu'au départ de cette jeune mère. Neuf jours pour préparer l'après... neuf jours pour se remémorer les beaux moments du passé... neuf jours pour tout se dire, mais surtout, neuf jours remplis de chaleur humaine et d'amour.

Tout au long de ces neuf jours, Rabbit est entourée de sa famille et de ses amis. À certains moments l'auteure nous surprend avec des échanges emplis d'émotions à nous faire monter les larmes aux yeux et à d'autres, elle nous fait sourire avec l'autodérision dont fait preuve Rabbit.

Le sujet aurait pu être lourd et pénible, c'est parfois le cas. Et pourtant, c'est avec délicatesse que la mort de Rabbit est abordée, parfois même avec quelques brins d'humour qui apporte une certaine légèreté lorsque les émotions deviennent trop intenses. L'auteure a su doser les émotions de ses personnages à la perfection.

Je ne m'en cacherai pas, j'avais la vue brouillée au moment de tourner la dernière page. Les mots me manquent pour décrire avec exactitude à quel point ce roman est poignant et touchant. Je ne crois pas que le récit de Rabbit puisse laisser quiconque insensible. Je terminerai en vous disant tout simplement que ce roman est excellent et que je me souviendrai longtemps!

Ma note : 5/5

mardi 17 avril 2018

Au chant des marées, tome 2 : La vie sur l'Île Verte



Titre : La vie sur l'Île Verte
Auteur : France Lorrain
Série : Au chant des marées, tome 2
Genre littéraire : Littérature Contemporaine
Année de parution : 2018
Éditeur : Guy Saint-Jean
ISBN : 978-2897583828
Nombre de pages : 654 pages

Des décès, un mariage très attendu, des décisions déchirantes… La vie n’est pas toujours simple sur l’Île Verte!
Marjolaine, enceinte, ne sait comment accueillir cette nouvelle inattendue. Peut-être à cause de Philippe? Arrivera-t-elle à reprendre le dialogue avec Sophie, s’aimeront-elles de nouveau comme lorsqu’elles étaient jeunes, avant le décès de leur mère? La mort de Stéphane, cadet de la famille Lalonde, se dresse comme un obstacle. Qu’est-il vraiment arrivé ce fameux soir de juillet 1975?
Sur l’île, les commérages vont bon train en ce qui touche les relations tendues entre les sœurs Lalonde. À Roseline, Adrien, Lionel et Victoire s’ajoutent de nouveaux insulaires qui passent leur temps à alimenter les ragots. Tensions à l’horizon!
Voici la conclusion de cette série rafraîchissante où les conflits et les drames côtoient les révélations et les moments de bonheur intenses dans un décor bucolique bercé par le vent du fleuve.

Lors du premier tome, France Lorrain nous avait concocté une fin vraiment incroyable où l'on apprenait que Marjolaine était enceinte alors qu'elle n'a jamais voulu d'enfants. De plus, Sophie venait d'arriver sur l'Île Verte pour venir voir son père Paul après une absence de cinq ans et la belle noire ne semblait pas tellement pressée de repartir. Que se passera-t-il entre les deux sœurs Lalonde? Et Marjolaine, va-t-elle garder son bébé?

C'est donc la grossesse qui préoccupe notre protagoniste en ce début de récit. Elle n'a toujours pas pris sa décision et ne veut pas en parler à son mari tant que cela ne sera pas fait. Au moment où elle passait son test de grossesse, Roseline l'avait surprise en pleurs et la commère de l'île était offusquée par l'attitude de la jeune femme. Comment pouvait-elle être bouleversée par l'un des moments les plus beaux de la vie? Elle n'avait pas dévoilé le secret de Marjolaine, mais elle l'évitait depuis un mois déjà! Leur amitié va-t-elle survivre à cet événement?

La relation entre Marjolaine et Sophie ne semble pas s'améliorer. Au contraire, la cadette surveille son mari. Elle a tellement peur qu'il se laisse séduire qu'en le surveillant par la fenêtre, alors qu'il discute avec son aînée, elle est tombée en faisant semblant de la nettoyer. Du coup, la voilà à l'hôpital et c'est ainsi que son mari apprendra la grossesse de sa femme. Va-t-il réussir à la convaincre de garder leur bébé?

Quant à Marie-Laure et Marc-André, leur famille est en pleine dérive. Marie-Laure n'est plus que l'ombre d'elle-même. Saura-t-elle prendre soin de ses enfants? Finiront-ils par accepter que Jules soit autiste? Les habitants voient leur désarroi, mais ils ne savent plus quoi faire ou dire pour leur venir en aide. Si seulement Marie-Laure les laissait l'aider?

Deux nouveaux habitants arrivent sur l'île. Les frères Lafleur désirent ouvrir une « table champêtre », mais certains anciens voient cela d'un mauvais œil. Réussiront-ils à les convaincre? Est-ce qu'Adrien va leur mettre des bâtons dans les roues comme il l'a fait avec le gîte Au chant des marées?

J'ai découvert la plume de France Lorrain lors de la lecture du premier tome et ce fut une très belle découverte. Je ne connaissais pas encore cette auteure de talent et je dois dire qu'avec ce deuxième tome, j'en suis encore plus que convaincu!

Dès les premières pages, mon bonheur était immense de retrouver tous les personnages de cette duologie. Faut dire que Marjolaine m'a complètement charmée avec son caractère flamboyant. Roseline, la commère de l'île, m'a encore fait rire, et ce, à plusieurs reprises. Elle est vraiment unique! Et que dire du mauvais caractère d'Adrien? Est-il possible d'être aussi grincheux? Bref, les personnages nous semblent tellement vivants, que nous avons l'impression de les connaître personnellement.

L'auteure sait nous faire rêver avec cette île aux habitants colorés et tissés serrés. Un endroit du Québec que je n'ai pas encore eu la chance de visiter et qu'il me tarde maintenant de découvrir. Je me vois bien m'asseoir sur un banc près du phare... je passerais bien un long séjour Au chant des marées.

Je ressors de ce deuxième tome avec une douce mélancolie en sachant que je dois dire adieu à tous ces personnages. Décidément, ce dernier tome est encore meilleur que le premier et j'en aurais pris encore plus! Je vais tellement m'ennuyer de la fougueuse Marjo, de la commère au grand cœur et du vieux grincheux! N'hésitez pas à lire cette saga qui nous fait découvrir le Québec des années 80.

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Guy Saint-Jean pour cette belle saga!


Pour lire ma chronique du premier tome, cliquez sur le lien suivant : De Québec à l'Île Verte

dimanche 15 avril 2018

La fille sans passé


Titre : La fille sans passé
Auteur : Sarah Everett
Genre littéraire : Jeunesse
Année de parution : 2018
Éditeur : Castelmore
ISBN : 978-2362313011
Nombre de pages : 480 pages

Addison a des trous de mémoire à la suite d'un grave accident. Elle parle à un garçon qu'elle est la seule à voir. Pour retrouver ses souvenirs, elle décide d'intégrer un programme médical, mais elle réalise qu'elle est déjà venue dans cette clinique pour une autre raison : effacer le souvenir d'un garçon. Elle veut comprendre ce qu'il s'est passé.

Iriez-vous jusqu'à effacer une partie de votre mémoire afin d'oublier votre premier amour, celui à qui vous lui avez offert ce que vous avez de plus précieux?

Addie n'a que dix-sept ans et pourtant elle ressent un immense vide en elle. Elle essaie de le combler en jouer de la musique avec son alto. Mais depuis le dernier concert qu'elle a assisté, elle voit un beau jeune homme. Elle en prend conscience, qu'après son accident de bus, que celui-ci vient en fait de sa mémoire. Il n'est pas réel. Il est le fruit de ses souvenirs. Mais qui est-il?

Elle part donc à sa recherche afin de récupérer ses souvenirs, mais y parviendra-t-elle? Comment faire renaître des souvenirs qui furent effacés? Partir à la recherche de son passé nous fait parfois découvrir des souffrances qui étaient cachées au plus profond de soi...

Parce que votre passé ne devrait jamais faire obstacle à votre futur

Le début du récit est un peu flou et lent à démarrer, mais une fois que la mise en place des personnages et de l'intrigue sont bien établies, j'ai vraiment adhéré. Je n'avais plus le goût de quitter le bouquin tellement je voulais en savoir plus.

À la fin de chaque chapitre, nous n'avons pas le choix de poursuivre notre lecture. De plus, nous avançons à pas de tortue, car l'auteure alterne entre le passé et le présent. Du coup, elle réussit à nous garder en haleine.

Par contre, au moment où nous avons tous les éléments en mains, le suspense redescend rapidement et l'on se demande ce qui peut bien survenir de nouveau d'ici la fin du roman. Et c'est un peu la déception. Le récit était tellement captivant, je m'attendais à une fin grandiose! Ce n'est pas le cas... mais je ne reste pas sur ma faim pour autant, car l'intrigue me laisse sur des questionnements quant à la morale face aux décisions que notre protagoniste a prises. Je suis encore imprégnée du personnage d'Addie.

Selon vous, est-ce moralement acceptable de vouloir supprimer sa souffrance en effaçant une partie de ses souvenirs? Est-ce éthique pour une entreprise d'accepter de le faire? Actuellement, ce n'est pas une technologie qui existe et fonctionne, mais qu'en sera-t-il de demain? Une chose est certaine, ce récit ne m'a pas laissée indifférente, loin de là. Je suis passée par une belle gamme d'émotions!

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Castelmore pour ce roman!



Ce récit fut également une lecture commune avec Readeuse. Vous pouvez lire sa chronique en cliquant sur le lien suivant : La fille sans passé

samedi 14 avril 2018

Heartless



Titre : Heartless
Auteur : Marissa Meyer
Genre littéraire : Jeunesse/Fantasy
Année de parution : 2017
Éditeur : Pocket
ISBN : 978-2266278829
Nombre de pages : 599 pages

Vous êtes vous déjà demandé qui était la Reine de Coeur avant Alice aux pays des merveilles?
La Reine de Cœur n’a pas toujours été la terrible souveraine d’Alice au pays des merveilles. Avant d’être couronnée, elle s’appelait Catherine et rêvait de devenir la plus grande pâtissière du royaume. Mais le sort a décidé de lui jouer un vilain tour : le Roi de Cœur veut absolument l’épouser et les parents de Catherine, très ambitieux, placent de gros espoirs en cette union.
Catherine, elle, veut vivre librement et aimer celui qui fait battre son cœur : Badin, le bouffon du Roi.
Malheureusement au pays des merveilles, où s’entrechoquent magie, folie et monstres, les contes n’ont pas tous une fin heureuse…


Heartless m'a littéralement fait replonger en enfance avec ses personnages hauts en couleur et la magie qui les entoure. Venez... entrez au pays des merveilles! Oserez-vous aller de l'autre côté du miroir?

Lady Pinkerton est une jeune fille unique dont le marquis et sa femme ont de grandes ambitions pour elle. Ils rêvent de la voir épouser nul autre que le Roi de Cœur. Mais pour Cath, ses rêves l'amènent plutôt vers la pâtisserie. Elle passe ses journées à cuisiner et à rêver d'ouvrir sa propre pâtisserie. Malheureusement pour elle, c'est également sa passion pour les tartes au citron et les gâteaux au potiron qui seront la source de tous ses malheurs.

Un nouveau venu fait son entrée au royaume de Cœur. Son entrée remarquée lors du bal fera bondir le cœur de Cath. Ce nouveau bouffon, Sir Joker, est tout simplement incroyable. Toute la cour est subjuguée par ses tours de magie. C'est à ce même bal que le Roi prévoit faire sa demande à Catherine, mais avant qu'il y parvienne, celle-ci décide de quitter précipitamment le bal, en prise à une panique qui l'empêche de respirer. C'est alors qu'elle s'enfuit et que notre chère lady se retrouve face au Joker. L'un et l'autre tombent sous le charme...

Malgré que nous soyons au royaume magique, croyez-vous qu'il soit possible de fuir son destin? Croyez-vous que tous les rêves soient réalisables et que Cath pourra ouvrir sa pâtisserie avec sa meilleure amie Mary Ann? Croyez-vous qu'elle pourra suivre l'élu de son cœur et refuser la demande en mariage du Roi de Cœur?

Mais après tout, c'est par l'espoir, que l'impossible peut devenir possible.

En premier lieu, j'aimerais mentionner que la couverture est tout simplement sublime! Elle est magnifique... tout comme les couvertures de la saga Les chroniques lunaires.

Dès les premières pages, je suis retombée en enfance. Quel plaisir que de retrouver tous ces personnages aussi extravagants et magiques! Que ce soit Le grand lapin, le Roi de Cœur ou bien le Chapelier, j'ai succombé au charme du pays des merveilles. Et heureusement que nous avons tous ces personnages incroyables pour mettre de la gaieté dans ce roman, car l'intrigue est assez triste et sombre.

Marissa Meyer m'avait agréablement surprise avec le premier tome de la saga Les chroniques lunaires. Cinder m'avait charmée et ce fut un joli coup de cœur. Je croyais qu'avec Heartless, j'allais retrouver une intrigue aussi addictive. Du coup, mes attentes étaient assez élevées, je l'avoue! Malheureusement, je suis quelque peu déçue.

Comme je le précisais précédemment, il est vrai que je suis tombée sous le charme des personnages. J'ai bien apprécié de me retrouver au royaume de cœur bien avant que la Reine de Cœur devienne méchante, amère et sans cœur. L'auteure nous offre sa version des événements avant tout cela, mais nous offre aussi un personnage avec des rêves et qui tombe en amour. Tout le potentiel est là, mais l'auteure semble avoir tenté d'en mettre un peu trop dans son récit. Trop de mots pour si peu d'actions. Il manque de suspense. Il aurait fallu qu'elle ajoute quelques rebondissements au cours de son récit afin de nous garder accrocher. Par conséquent, nous nous retrouvons avec quelques longueurs qui brisent le momentum.

Mais au final, j'ai bien aimé ce conte et le fait d'avoir retrouvé tous les personnages de mon enfance. Ce fut un récit magique, un peu trop long, mais tout de même agréable.

Ma note : 3.5/5

mardi 10 avril 2018

Nous, les filles de nulle part



Titre : Nous, les filles de nulle part
Auteur : Amy Reed
Genre littéraire : Contemporaine/Jeunesse
Année de parution : 2018
Éditeur : Albin Michel
ISBN : 978-2226401441
Nombre de pages : 544 pages

Grace vient d'entrer au lycée de Prescott après avoir déménagé. Dans la chambre de sa nouvelle maison, elle découvre des mots griffés sur le mur : Aidez-moi. Tuez-moi, je suis déjà morte. Ces mots, c'est Lucy, qui les a tracés. Lucy, qui a accusé trois garçons de Prescott de l'avoir violée. Lucy, qui a été traitée de menteuse par le reste du lycée. Lucy, que la police n'a pas écoutée. Lucy, qui a fui la ville avec ses parents. Très vite, Grace comprend que cette violence s'exerce à tous les niveaux dans la ville de Prescott : quand les joueurs de l'équipe de foot notent le physique des filles qui passent devant eux; quand son amie Rosina doit éviter les avances des clients du restaurant où elle travaille; et surtout sur le blogue du moment, « Les vrais mecs de Prescott » dont la ligne éditoriale consiste principalement à considérer les femmes comme des objets. Grace, Erin et Rosina sont décidées à agir, mais elles ne peuvent le faire seules. 

Mais nos voix, elles, sont plus fortes que nous ne l'imaginons. Même nos chuchotements peuvent créer des vaguelettes qui se propageront plus loin que nous ne pouvons le concevoir.

C'est peut-être en écoutant ces mots lors du sermon de sa mère à l'église qu'ils se sont ancrés en Grace ou bien, ce sont les mots gravés par Lucy sur les murs de sa chambre... mais cela l'amène à vouloir en savoir plus sur cette Lucy qui habitait dans la même maison qu'elle l'an passé. Elle ressent sa détresse en lisant les mots gravés sur le bord de la fenêtre :

Qu'on me tue tout de suite, je suis déjà morte.

Cela ne fait que peu de temps que Grace est arrivée à Prescott. Depuis, le début de l'année, elle a fait la connaissance de Rosina et Erin. Elles font tout un trio. Elle la ronde, Rosina la Mexicaine et lesbienne et Erin avec son trouble de l'autisme. Mais elles ont un but commun soit celui que cesse la culture du viol. Et pour y parvenir, elles se décident de créer, dans l'anonymat, le groupe Les filles de nulle part.

Réussiront-elles à changer les comportements déviants de certains garçons du lycée? Est-ce que les institutions les laisseront s'exprimer et les appuieront dans leur démarche ou au contraire, elles leur mettront des bâtons dans les roues? Mais ensemble, Les filles de nulle part sont plus fortes qu'eux!

Nous, les filles de nulle part est un roman qui nous frappe en plein visage. Il est poignant, percutant et nous bouleverse profondément.

Les personnages sont d'un réalisme incroyable. Au début de l'intrigue, Grace est introvertie et très peu sûre d'elle. À mesure que l'on avance, elle apprend à se faire confiance et nous sentons la force et l'empathie qui émane d'elle. Rosina est la fille courageuse et qui semble être prête à se battre envers et contre tous, mais en fait, ce n'est qu'une façade, car elle a peur et se sent immensément seule. Et que dire d'Erin? Elle est intelligente et beaucoup plus en contrôle de ses émotions au fil des jours. Nous assistons à leur évolution en tant que jeunes femmes, mais également à l'évolution de leur amitié. Je me suis attachée à elles et j'ai ressenti leur douleur au point d'en avoir parfois les larmes aux yeux.

L'auteure nous décrit bien l'intimidation que vivent ces jeunes femmes et les défis qu'elles doivent relever. Elle démontre en détail les émotions qu'elles ressentent face à la sexualité et leurs différences. Le spectre de l'autisme est également bien dépeint et l'on comprend bien que déjà les émotions ne sont pas faciles à gérer pour Erin, mais qu'en plus avec l'adolescence, le viol et les garçons, ça fait beaucoup!

Les scènes décrites dans ce roman sont brutales et viennent chercher certaines émotions que je n'aurais pas cru possible de ressentir en lisant ce roman. Il n'y a rien de beau à lire une scène de viol, encore moins à lire le message de victoire de l'un des agresseurs. Personnellement, j'ai ressenti une immense vague de colère et de révolte. Comment ne pas réagir face à cette violence faite aux jeunes filles, mais également face aux institutions qui préfèrent protéger les agresseurs et fermer les yeux?

L'auteure a osé parler d'un sujet, qui juste qu'à tout récemment était presque tabou. La culture du viol est là, elle existe et je crois sincèrement que ce livre peut faire une différence. Il suffit maintenant d'en parler, de le faire lire à nos jeunes afin qu'un jour, peut-être, on réussisse à faire changer la société!

Mais les choses sont peut-être en train de changer, se dit-elle. Un tout petit peu, jour après jour, cela peut faire beaucoup, au bout d'un moment.

Ma note : 5/5


Je tiens à remercier la maison d'édition Albin Michel pour m'avoir fait découvrir ce roman percutant!



dimanche 8 avril 2018

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates




Titre : Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates
Auteur : Mary Ann Shaffer/Annie Barrows
Genre littéraire : Historique
Année de parution : 2009
Éditeur : 10/18
ISBN : 978-2264053510
Nombre de pages : 411 pages

Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d'un inconnu, un natif de l'île de Guernesey, va le lui fournir? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis — un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d'un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d'une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates...) délices bien évidemment strictement prohibés par l'occupant. Jamais à court d'imagination, le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d'humanité Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle et même d'autres habitants de Guernesey , découvrant l'histoire de l'île, les goûts (littéraires et autres) de chacun, l'impact de l'Occupation allemande sur leurs vies... Jusqu'au jour où elle comprend qu'elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle répond à l'invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend à Guernesey. Ce qu'elle va trouver là-bas changera sa vie à jamais.

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates m'a fait pleurer, m'a fait rire, m'a fait chavirer! Serait-ce indélicat de décrire ce roman qui parle de la Deuxième Guerre mondiale comme étant un gros coup de cœur? Et pourtant c'est bien le cas, je l'ai adoré!

Juliet est connue pour sa plume à travers l'Angleterre grâce aux articles qu'elle a écrits pendant la guerre sous un pseudonyme. Quelques mois après la fin de cette horrible guerre, elle traverse le pays afin de présenter son livre qui regroupe l'ensemble de ses articles. Elle n'a plus à se cacher derrière cette Izzy Bickerstaff s'en va-t-en-guerre! Pendant les heures sombres, Juliet pimentait d'humour ses articles face aux événements afin d'ajouter un peu de soleil au travers de cette noirceur.

Alors qu'elle est de retour à Londres, elle reçoit une lettre d'un certain Dawsey habitant sur l'île de Guernesey. S'ensuivront par la suite, un échange de lettres entre Julie et Dawsey, mais également avec les membres du cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates. Par le biais des habitants de l'île, ils partageront leur amour pour la littérature, mais également les années difficiles qu'ils ont vécu sous l'occupation. Au fil des lettres, Juliet acceptera d'écrire un article sur le sujet et pourquoi pas un livre? Car après tout, la littérature n'est-elle pas un élément essentiel à la survie?

Entre-temps Mark Reynolds fait la cour à Juliet et voudrait bien l'épouser. C'est alors que l'idée de partir pour l'île lui vient en tête. Serait-ce de la fuite face à cet éventuel mariage? En fait, Juliet voudrait en savoir un peu plus sur les gens qui correspondent avec elle, mais aussi sur cette chère Elizabeth qui semble avoir joué un rôle prédominant sur cette île!

J'ai très peu lu de roman épistolaire, mais je dois dire que celui-ci m'a complètement conquise. Cette forme de roman s'applique parfaitement à la plume de ces auteures, mais également au message qu'elles nous livrent par le biais de ces lettres. Cela permet de rendre le texte et l'intrigue plus vivants et du coup, on ne peut faire autrement que d'embarquer et de vouloir suivre cette chère Juliet.

Malgré certains passages extrêmement difficiles à lire, au point d'en avoir les larmes aux yeux, les auteures ont su bien doser tantôt l'humour, tantôt le côté plus sombre des événements. À aucun moment je n'ai senti de lourdeur dans le texte. Elles ont osé ajouter de l'humour et de la joie de vivre à la personnalité de cette chère Juliet et je dois dire que cela fait vraiment du bien au travers de cette horrible guerre. Elles nous ont montré le côté humain, la bonté et la générosité tant du côté des habitants de l'île que des Allemands. Un portrait très réaliste et bouleversant.

Et voilà que les Britanniques snobinards se mettent à confondre humanité et collaboration...

Les personnages m'ont tous conquise. Ils sont si différents l'un de l'autre et malgré tout, très attachants. Ils vont tellement me manquer! Juliet, quant à elle, est si vive et énergique. Nous la sentons tellement présente que nous avons l'impression de la connaître personnellement et qu'elle va surgir à nos côtés. Je suis également tombée sous le charme de la petite Kit. Quel caractère cette petite!

Depuis toujours, j'ai un penchant assez marqué pour les romans où il est question de gens qui aiment la littérature. Et celui-ci est vraiment un hymne aux grands classiques, aux auteurs qui traversent les années bref, à tous livres qui nous apportent du réconfort, de la joie, mais également qui nous font parfois changer de point de vue.

Lire de bons livres vous empêche d'apprécier les mauvais...

Le seul mot qui me vient à l'esprit pour définir ce roman c'est Bijoux, tout simplement! Un coup de cœur littéralement. Un livre que je vais offrir, que je veux faire découvrir et surtout que je vais relire et relire. Son seul défaut? Il est trop court!

Ma note : 5/5