vendredi 30 mars 2018

La chambre des merveilles



Titre : La chambre des merveilles
Auteur : Julien Sandrel
Genre littéraire : Littérature Contemporaine
Année de parution : 2018
Éditeur : Calmann-Lévy
ISBN : 978-2702162897
Nombre de pages : 272 pages

Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet.
Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie.
Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut-être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait.
Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

Depuis sa sortie, cet ouvrage fait fureur sur la blogosphère, il était plus que temps que je me décide à le lire et à me faire ma propre opinion...

Thelma est une femme d'affaires, mère monoparentale d'un fils de douze ans. Sa vie est axée principalement sur sa carrière. Impossible pour elle de passer une journée sans son téléphone. Des urgences, il y en a toujours. Mais à quel prix? Louis est un jeune homme mature pour son âge. Il aime le foot, les Pokémons et comme bien des jeunes hommes de son âge, il est fou de son skate!

Aujourd'hui, c'est la journée brunch avec grand-maman Odette. Pour Thelma, cela ressemble plus à une obligation qu'à un moment passé en famille. Encore une fois, le téléphone sonne. Probablement une urgence à régler pour le boulot malgré que l'on soit samedi. Louis est hors de lui et il est fâché contre sa mère car elle ne prend pas le temps de l'écouter. Il part à toute vitesse sur son skate, mais voilà qu'en bas de la pente, un camion le frappe. Malheureusement pour Louis, il se retrouve dans le coma. 

Louis ne se réveille pas, les médecins donnent une date limite à Thelma. Pour elle, tous les espoirs sont permis. Il suffit qu'elle trouve comment l'amener à se réveiller. C'est à ce moment qu'elle découvre son carnet des merveilles. Elle va tenter de réaliser les rêves de son fils afin de lui donner le goût de revenir à la vie... Réaliser les rêves de son fils lui permet également de remettre en question sa vie, sa carrière, mais surtout sa relation avec son fils et sa mère.

Je mesurais à quel point les moments de complicité avec un enfant pouvaient être précieux, à quel point je n'avais pas pris suffisamment de temps pour les partager avec Louis.

Mes attentes étaient élevées pour La chambre des merveilles, et ce, pour plusieurs raisons. Le synopsis annonçait clairement que le sujet abordé serait très délicat. Aborder le sujet d'un enfant dans le coma nous annonce clairement la charge émotive que l'on va ressentir en lisant ce livre et le risque était énorme pour l'auteur. Soit il réussit à nous toucher profondément, soit il passe carrément à côté du sujet. Selon moi, il n'y a pas de juste milieu. Et Julien Sandrel réussit là où plusieurs auteurs ont échoué!

La plume de cet auteur est tout simplement incroyable. Il réussit à choisir les mots avec soin afin de bien faire passer les émotions vécues par ses personnages. Il nous bouleverse, nous faire rire à certains moments et à d'autres, les larmes nous viennent aux yeux.

Malgré ces moments d'émotions intenses, j'ai eu parfois de la difficulté à comprendre le personnage de Thelma. Pourquoi partir si loin de son fils pour réaliser ses rêves au lieu de rester à ses côtés? Mon cœur de mère n'a pas toujours compris, je ne sais pas si j'aurais osé partir à Tokyo ou bien à Budapest. Quant au personnage de Louis, il m'a semblé un peu trop mature pour son âge. Il a une telle sagesse face à la vie et aux émotions d'autrui. Une veille âme que certains diront!

Le sujet est vraiment bien abordé et tout en délicatesse. L'idée du carnet des merveilles est tout simplement géniale. L'auteur aborde également les étapes émotives que vivent les parents face à une telle tragédie. Le déni, l'impuissance, l'espoir, mais également la culpabilité. J'ai bien aimé être dans les pensées de Thelma à ces moments-là. Je me suis sentie proche d'elle.

Quant à la fin, eh bien, j'ai l'impression qu'il manquait un petit quelque chose. Elle est trop rapide, j'aurais aimé que l'auteur développe un peu plus. Trop souvent, les auteurs ont cette tendance à écrire des fins expéditives. J'en aurais pris vraiment plus.

Je suis vraiment passée tout près du coup de cœur. J'ai bien hâte de voir ce que cet auteur écrira dans les années à venir! Un nouvel auteur de talent, à découvrir.

Ma note : 4.5/5

Je tiens à remercier chaleureusement la maison d'édition Calmann-Lévy pour m'avoir permis de découvrir cet auteur!


mercredi 28 mars 2018

Insaisissable, tome 1 : Ne me touche pas



Titre : Ne me touche pas
Auteur : Tahereh Mafi
Série; Insaisissable, tome 1
Genre littéraire : Jeunesse/Science-Fiction
Année de parution : 2014
Éditeur : Michel Lafon
ISBN : 978-1022400763
Nombre de pages : 421 pages

“Ne me touche pas” je lui murmure. Je mens mais ne lui dis pas. J’aimerai qu’il me touche, mais ne lui dirais jamais. Des choses arrivent quand on me touche. Des choses étranges. De mauvaises choses. Des choses mortelles.
Juliette est enfermée depuis 264 jours dans une forteresse pour un accident. Un crime. 264 jours sans parler ni toucher personne. Jusqu’au moment où un gardien vient partager sa cellule. Derrière sa nouvelle apparence, elle le reconnaît : c’est Adam, celui qu’elle aime en secret depuis toujours.


Cela faisait une éternité que ce roman était dans ma Pal. Lorsque j'ai remarqué que Koralie préparait une lecture commune sur QuébecLivresque, je n'ai pas hésité à m'inscrire. Est-ce que le roman fut à la hauteur de sa superbe couverture?

Juliette est enfermée dans un asile psychiatrique depuis un peu moins d'une année jusqu'au jour où un jeune homme fait son entrée dans sa chambre. Pourquoi ont-ils décidé tout à coup qu'elle devait partager sa chambre, elle qui ne peut toucher aucun individu sans risquer de le tuer? 

Ce jeune homme n'est pas un inconnu, loin de là. Juliette se souvient d'Adam. Ils ont passé une bonne partie de leur enfance à la même école, sans jamais se parler. Ils s'observaient de loin. Au fil de jours, Juliette apprend à le connaître réellement et une partie d'elle tombe amoureuse. Et puis un jour, des soldats arrivent dans leur chambre... où peuvent-ils bien les emmener?

Le réveil sera brutal pour Juliette. Finalement, Adam n'est pas celui qu'elle croyait. Il fait partie de cette armée! Peut-il vraiment l'avoir dupée? Et si Adam, le seul humain qu'elle soit en mesure de toucher, était là pour un autre but que celui de servir l'armée? Elle réalise également que le dirigeant de cette armée, Warner, est subjugué par elle. Il cherche à l'utiliser pour son don, ce qui pourrait lui permettre d'avoir encore plus de pouvoir sur ses adversaires. Mais Juliette n'a pas l'intention de se soumettre, car elle n'est pas une meurtrière. Elle n'a jamais voulu faire le mal...

Tout ce que je voulais, c'était pouvoir toucher un autre être humain, pas seulement avec les mains, mais avec le cœur.

Le début de ce roman fut réellement pénible pour moi. J'ai eu de la difficulté à certains moments avec le style d'écriture de l'auteure. Autant certaines phrases m'ont touchée par leur poésie, autant à d'autres moments, j'ai détesté ces ratures que l'on retrouve un peu partout. Sans oublier, toutes les fois où l'auteure s'amuse à écrire la même phrase à trois reprises, l'une à la file de l'autre. Sans conteste, cette auteure a une plume vraiment singulière!

L'univers entourant l'intrigue n'est pas très original. Nous sommes effectivement au sein d'une dystopie assez commune, tel que l'on retrouve à profusion dans la littérature des dernières années. L'intrigue en elle-même est intéressante, mais je sens que c'est vraiment au sein du deuxième tome que tout se mettra définitivement en place. En fait, c'est plutôt la deuxième partie du roman qui m'a le plus accrochée, au moment où Adam et Juliette s'échappent. J'ai fini par adhérer au récit et à mettre un peu de côté les éléments qui me dérangeaient tant au tout début. Probablement en raison des multiples rebondissements et de l'action qui débute enfin.

Le personnage de Juliette m'a touchée à quelques reprises. Cette bonté qu'elle a en elle, mais aussi ce sentiment de solitude qui la tue à petit feu ne m'ont pas laissé indifférente. J'ai senti une bouffée d'air frais lorsqu'elle a réalisé qu'elle pouvait toucher Adam. Également, j'aime bien sa force de caractère. Elle décide de rester authentique et ne se laisse pas influencer. Quant à Warner, eh bien, il est assez facile de ne pas l'aimer. Il est non seulement narcissique, mais on sent son côté psychopathe à plusieurs reprises. Pour Adam, je dois dire que pour l'instant, je ne suis pas encore certaine de ce que je dois penser de ce personnage. L'auteure a laissé une aura de mystère autour de lui.

Maintenant que l'auteure a tout mis en place, je suis tout de même curieuse de voir où s'en ira l'intrigue au cours du deuxième tome. Le potentiel est là pour créer une bonne suite, j'espère sincèrement que l'auteure aura su mettre ses ratures et ses phrases à répétitions de côté afin de pouvoir se concentrer sur les personnages, l'univers et l'intrigue!

Ma note : 3.5/5

lundi 26 mars 2018

Onepotpasta 2



Titre : One Pot Pasta 2
Auteur : Sonia Lizotte
Genre littéraire : Cuisine
Année de parution : 2018
Éditeur : Guy Saint-Jean
ISBN : 978-289754276
Nombre de pages : 168 pages

Plus qu’un phénomène de mode, la formule « onepotpasta » s’est hissée en un rien de temps au rang des classiques. Dans ce volume 2 fort attendu, Sonia Lizotte offre 100 recettes follement originales mariant saveurs, couleurs, textures et pâtes de toutes sortes qui réveilleront les menus de semaine sans pep.
  • Pourquoi se contenter d’un 102e pâté chinois (zzzzzz) quand on peut préparer les rotinis au maïs grillé et au cheddar?
  • Pourquoi se nourrir d’un triste reste de saumon quand on peut lui donner un nouveau rôle dans les spaghettis au saumon citronné?
  • Pourquoi, les soirs où le bouton inspiration est à off, se précipiter au resto aux arches dorées quand, en moins de 30 minutes, on peut déposer sur notre table le fameux big mac and cheese?
Ouvrir Onepotpasta volume 2, c’est plonger dans un univers des recettes rapides, faciles et originales qui emporteront dans une vague de bonheur gustatif ceux et celles que vous aimez. C’est tellement simple en plus! Dans un chaudron, on lance pâtes, légumes, bouillon, aromates et viande (ou pas), on laisse mijoter et hop! on obtient un savoureux repas concocté en deux coups de cuiller à pot. Et, cerise sur le sundae – ou parmesan sur les pâtes – un seul chaudron aura été utilisé, donc les chicanes de vaisselle, c’est fini!


J'ai toujours aimé cuisiner et au fil des ans, les livres de recettes s'accumulent dans ma cuisine. Par contre, je me rends compte que parfois certains cuisiniers s'amusent à rendre les recettes plus complexes que nécessaire. Ils ont tendance à ajouter une multitude d'ingrédients alors qu'il est possible de faire simple tout en offrant un mets savoureux. Sonia Lizotte relève ce défi haut la main.

Dans ce deuxième volume, l'auteure a divisé son livre en quatre sections distinctes, soit Carnivore; De la mer; Végé et Touski. Et ce n'est pas les recettes qui manquent! Il y a pas moins de 100 recettes. Ce qui permet de satisfaire pratiquement tous les goûts. Par contre, si l'auteure décide de publier un troisième tome, il serait intéressant d'y retrouver une section sans gluten et une autre sans produits laitiers. Cela permettrait de rejoindre un plus grand cercle de gens.

Parlons ingrédients... souvent, je laisse tomber une recette ou tout simplement, je dois la modifier en raison des ingrédients qui s'y trouvent. Pourquoi? Simplement, en raison du fait que j'habite en région sans oublier que je ne désire pas me procurer un aliment qui va me servir que pour une seule et unique recette. Ne vous inquiétez pas avec cela, car Onepotpasta utilise des aliments faciles à se procurer et que bien souvent, vous avez déjà dans votre frigo ou dans vos armoires. Les recettes sont simples et faciles à faire donc c'est parfait pour les soupers de semaine. Vous désirez élever un peu le niveau pour un souper entre amis le week-end sans nécessairement passer la journée à cuisiner? C'est simple, une bonne recette de spaghetti au homard et lait de coco vous attend dans la section De la mer.

Il y a plusieurs photos au sein de ce livre et elles sont magnifiques. J'en aurais pris pour chaque recette... elle nous donne l'eau à la bouche! Il y a un petit bémol au livre et c'est un élément que j'aurais vraiment apprécié pouvoir avoir, c'est une fiche de la valeur nutritive par portion pour chaque recette. Au minimum je crois qu'il est essentiel d'avoir le nombre de calories, de matières grasses et de protéines. C'est un peu dommage, mais qui sait, peut-être que l'auteure l'ajoutera pour son prochain livre de recettes...

En résumé, ce livre de recettes est parfait pour les gens pressés qui recherchent des recettes simples, variées et sans ingrédients difficiles à trouver. De plus, les quelques recettes que j'ai déjà essayées étaient savoureuses! Et typiquement 100% Québécoises!

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Guy Saint-Jean pour ce premier livre de recettes!




vendredi 23 mars 2018

Deux coups de pied de trop



Titre : Deux coups de pied de trop
Auteur : Guillaume Morrissette
Genre littéraire : Policier
Année de parution : 2018
Éditeur : Guy Saint-Jean
ISBN : 978-2897584658
Nombre de pages : 368 pages

Une invasion de domicile tourne au drame : tout porte à croire qu’il s’agit d’un simple cas de légitime défense. Or, en attente de procès pour harcèlement, la victime était soumise à une ordonnance de la cour lui interdisant de s’approcher de cette résidence, précisément. Pourquoi donc Yves Quessy s’y est-il rendu en pleine nuit?
Au cours de l’enquête, l’inspecteur Héroux et son équipe découvrent des faits étonnants qui soulèvent des doutes. De plus, le nouveau capitaine de police semble brouiller les pistes et faire dévier l’enquête. Tenterait-on de camoufler des éléments cruciaux? Existe-t-il un lien entre la victime et certains élus municipaux?
Méfiant, Jean-Sébastien Héroux tentera de demeurer vigilant face aux agissements douteux du nouveau patron tout en dénouant l’intrigue de la mort de Quessy. Et si on se trompait de victime… et de coupable?

Croyez-vous à la légitime défense? Si l'on pénétrait chez vous en pleine nuit, quelle serait votre réaction? Et si en plus, l'homme que vous voyez en bas des escaliers était votre harceleur? Demandez à Élaine Proulx qu'elle était sa réaction lorsqu'elle a vu son mari frapper cet intrus...

Un appel en pleine nuit pour un meurtre n'est pas une chose habituelle à Trois-Rivières, mais cette nuit-là, c'est l'inspecteur Héroux qui est appelé sur les lieux du crime et qui sera désigné pour enquêter. Selon tous les éléments recueillis au premier abord, il semblerait que l'individu, un certain Quessy, se serait introduit dans la résidence d'une femme qu'il harcelait depuis plusieurs mois. Une restriction d'approcher de la dame était en vigueur et un éventuel procès était en attente.

Bref, toujours est-il que Quessy n'est pas ressorti indemne de cette invasion de domicile. Le mari, Vincent Brassard, s'est réveillé en pleine nuit. Il a utilisé l'objet le plus près de lui afin d'attaquer l'intrus pour ensuite l'achever d'un second coup à la tête. Mais après autopsie, il semblait que Brassard ait frappé également Quessy au corps. Pourquoi avoir donné ces deux coups de pied sur la victime qui était alors au sol et évanouis?

Depuis quelques années, j'entendais parler autour de moi de Guillaume Morrissette, mais je n'avais toujours pas eu la chance de pouvoir lire une de ses œuvres. Maintenant que c'est fait, je dois dire que je ressors de ce récit avec le goût de découvrir ses autres bouquins.

J'ai particulièrement apprécié le personnage de l'inspecteur Héroux, mais également de Jérôme Landry. Jean-Sébastien Héroux est un homme qui travaille pour la justice et la sécurité de tous, il est juste et honnête. Avec ses collègues, il est également à leur écoute et prend soin d'eux. Bref, comment ne pas succomber au charme de cet inspecteur! Jérôme, quant à lui, c'est un vieux routier qui a de l'expérience et qui voit juste. J'aime bien sa façon d'analyser et d'interpréter les situations.

Malgré que les soupçons nous amènent un peu trop rapidement dans une direction, l'auteur prend son temps pour nous dévoiler tous les petits éléments entourant l'intrigue. Du coup, nous avons hâte de voir comment l'inspecteur Héroux va découvrir ce qui s'est réellement passé cette nuit-là. J'ai dévoré la deuxième moitié du bouquin en seulement une soirée tellement j'étais captivée!

Le seul point que j'ai trouvé parfois difficile, et c'est vraiment une question de goût personnel, c'est les conversations entre les différents personnages où l'auteur utilise le langage typiquement québécois. Certaines phrases que j'ai dû lire à voix haute et pourtant, je suis québécoise, mais lire et parler sont deux choses complètement différentes. Par contre, cela ajoute un côté réaliste au récit, un peu comme si nous étions témoins de leurs échanges.

Un point qui m'a surprise, ce fut de découvrir la ville de Trois-Rivières par les yeux d'une tierce personne. J'adore cette ville et j'ai déjà hâte d'y retourner juste pour suivre les traces de ce cher inspecteur et qui sait, peut-être arrêterais-je prendre un café sur une des terrasses du boulevard des Forges... tout en lisant l'un des premiers romans de Guillaume Morrissette!

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Guy Saint-Jean pour m'avoir fait découvrir cet auteur de talent!



mercredi 21 mars 2018

Prodige



Titre : Prodige
Auteur : Ginn Hale
Genre littéraire : Fantasy
Année de parution : 2017
Éditeur : MxM Bookmark
ISBN : 978-2375743584
Nombre de pages : 300 pages

Belimai Sykes est beaucoup de choses : un Prodige, le descendant d’anciens démons, une créature faite de sombres tentations et de rares pouvoirs. Il est aussi un homme au passé brutal, victime d’une dangereuse addiction. Et Belimai Sykes est également le seul vers qui le capitaine William Harper peut se tourner quand il se retrouve avec une série de meurtres sanglants sur les bras.
Mais monsieur Sykes ne travaille pas gratuitement et le prix de sa compagnie coûtera au capitaine Harper bien plus que sa réputation. Des maisons nobles où sorcellerie et vivisections se dissimulent sous des apparences lisses, aux quartiers fumants des Enfers en contrebas, le capitaine Harper devra se battre pour la justice. Pour sa vie.
Ses ennemis sont nombreux et son unique allié est un démon qu’il ne connaît que trop bien. C’est le risque quand on côtoie les déviants...

Ginn Hale vient tout juste de signer un roman fantasy avec des personnages sombres, glauques dans une atmosphère emplie de noirceur.

Livre 1 : M. Sykes et le papillon

William Harper est capitaine de l'Inquisition, un « prêtre » au service de la justice. Depuis que les démons ont déserté l'enfer pour vivre sur terre, l'Inquisition est censée faire régner le calme et la sécurité au sein de la population.

Joan, la sœur de Will et femme du docteur Talbott vient de disparaître et cela inquiètent les deux hommes sachant que celle-ci a déjà fait partie de l'Association de Revendication des Droits pour Tous. Du coup, elle ne s'est pas fait que des amis tant du côté des humains que des Prodigals. Leur dernier espoir pour la retrouver vivante, ils décident de le placer entre les mains de Belimai Sykes, ce démon accro à l'ophorium. Arrivera-t-il à la trouver avant qu'elle ne soit assassinée comme les autres membres de l'Association? Quant à Belimai, succombera-t-il au charme du capitaine?

Livre 2 : Le capitaine Harper et le Cercle des soixante secondes

Au cours de ce deuxième récit, nous nous retrouvons deux mois après les événements survenus précédemment. La relation entre nos deux protagonistes, Belimai et Harper, semblent avoir évoluer quelque peu sans pour autant que l'un ou l'autre l'ait verbaliser, mais au fond nous sentons qu'ils s'attachent de plus en plus malgré leurs différences.

William est sur le point de partir vers la résidence familiale pour des vacances malgré son manque de motivation. Soudain, il entend une femme crier sous la tempête alors qu'il était sur le point d'embarquer dans une calèche. Quelle excellente excuse pour ne pas partir! Il finit par se retrouver dans une pièce où une jeune femme est morte assassinée et les preuves tendent vers l'oncle, mais celui-ci semble être protégé par l'abbé Greeley. Harper réussira-t-il à ne pas tomber dans les pièges de l'abbé? Sera-t-il en mesure d'aider son amant Belimai à ne pas tomber aux griffes de l'Inquisition?

L'univers entourant nos deux protagonistes est noir, glauque et sombre. Par contre, la relation entre Harper et Belimai permet d'ajouter un peu de lumière au travers de cette profonde noirceur et ça fait du bien. L'auteure a su tisser cette romance tout en douceur et légèreté sans pour autant alourdir le récit. Elle a vraiment bien dosé le tout.

J'ai succombé au personnage de William. J'aime sa droiture et ses questionnements. Il travaille pour l'Inquisition et en même temps, il tente de protéger les Prodigals. Il reste authentique et juste. Un personnage fort et attachant. Quant à Belimai, j'aime bien son côté sombre et ses répliques sarcastiques. J'aurais apprécié un peu plus de magie ou de fantaisie autour de son personnage.

Les relations entre humains et Prodigals sont vraiment violentes et l'on ressent beaucoup d'injustice au cours de ces deux récits. Cela m'a profondément choquée, c'est donc dire à quel point j'ai embarqué dans cet univers imaginaire. Par contre, l'enquête policière est assez prévisible. Je n'ai pas eu de grand moment de surprise, mais j'ai pu tout de même apprécier le moment passé.

Je suis certaine d'une chose, l'auteure sait créer un univers imaginaire assez singulier et j'ai bien le goût de lire les prochains récits qu'elle écrira! Dommage qu'elle ne prévoit pas donner suite à ce récit...

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition MxM Bookmark pour la découverte de ce roman!

lundi 19 mars 2018

Calendar girl - Octobre



Titre : Octobre
Auteur : Audrey Carlan
Série : Calendar girl, tome 10
Genre littéraire : Érotique
Année de parution : 2017
Éditeur : Hugo Roman
ISBN : 978-2755629217
Nombre de pages : 153 pages

Mia revient à Malibu, la ville où elle a choisi de vivre. Sa dette est payée et son ex n’est plus une menace. Finie la vie d'escorte. Son nouveau job? Bosser pour le docteur Hoffman, célèbre médecin qui anime une émission. Il voudrait confier une rubrique à Mia : Vivre en beauté. Dans cette ville où tout est faux, où la plupart des filles sont des poupées Barbie siliconées, Mia va devoir trouver de belles personnes, des gens simples, mais qui, par de modeste actions, rend le monde autour d'eux agréable. En réalité, elle trouvera bien plus, pour elle et pour l’homme qu’elle aime.

Ce corps est à moi... Ce cœur est à moi... Cet amour est à nous!

Mia est enfin de retour à Malibu, mais Wes n'est toujours pas là. Elle l'attend avec impatience et la maison est grande sans lui. Impossible pour elle de dormir dans leur grand lit, elle réquisitionne la chambre d'amis. Et chaque nuit, c'est toujours la même chose, elle rêve de son surfeur et les larmes coulent sur ses joues. Elle est inquiète, Wes reviendra-t-il un jour? Si oui, dans quel état physique et psychologique sera-t-il?

Une nuit alors qu'elle croit rêver encore une fois à Wes, quelle n'est pas sa surprise de le sentir à ses côtés au réveil. La joie est immense pour Mia, mais en regardant de plus près, elle se rend compte que son regard n'est plus le même. Son Wes est en état de choc post-traumatique. Et il semble que la seule manière pour lui de se sortir de ses affreux cauchemars soit de baiser avec Mia. Réussira-t-elle à lui faire oublier ses sordides souvenirs? Et comment arrivera-t-elle à contrôler sa jalousie sachant que Gina est également de retour et qu'elle passe ses journées auprès de Wes?

J'ai l'intime conviction que la saga s'essouffle. La dette est maintenant payée et Mia quitte l'agence d'escortes donc l'idée principale de douze mois, douze hommes, douze villes... j'ai la nette impression que l'auteure passe carrément à côté de son idée et qui a fait connaître sa saga!

Dès les premières pages du récit, nous retrouvons en Wes, un personnage brisé par ce qu'il a vécu. Il aurait été intéressant que son choc post-traumatique soit exploité de façon différente et plus réaliste. D'ailleurs, c'est l'élément central de ce dixième tome et je dois dire que cela m'a surprise que l'auteure ose aborder un sujet aussi sensible en si peu de pages. Par conséquent, tout reste en surface et malheureusement, il m'a été impossible d'adhérer au récit de ce tome-ci!

De plus, les scènes érotiques m'ont paru à la limite malsaines et parfois même violentes. L'auteure a beau essayer d'ajouter des mots d'amours entre Wes et Mia, il n'en reste pas moins qu'il est impossible de ressentir cette affection tant énoncée ou même une quelconque émotion positive à la fin de ces scènes.

Avec le mois de février, ce tome-ci est l'un de ceux que j'ai le moins appréciés. En résumé, l'auteure passe complètement à côté de son intrigue principale et sincèrement, je regrette qu'elle aborde des sujets aussi sensibles en fonction du nombre de pages. Il ne reste que deux tomes avant la fin de cette saga. Je les lirai pour fermer la boucle, mais le cœur n'y est plus!

Ma note : 3/5


Vous pouvez lire ma chronique du tome précédent en cliquant sur le lien suivant : Calendar Girl - Septembre

samedi 17 mars 2018

The Kricket series, tome 1 : Sous d'autres étoiles



Titre : Sous d'autres étoiles
Auteur : Amy A. Bartol
Série : The Kricket series, tome 1
Genre littéraire : Science-fiction
Année de parution : 2016
Éditeur : AmazonCrossing
ISBN : 978-1503937482
Nombre de pages : 389 pages

De sa vie, Kricket n’a jamais prié sa bonne étoile, trop occupée qu’elle était à se cacher dans Chicago pour échapper au système de placement familial de la ville. À l’approche de son dix-huitième anniversaire, elle n’a qu’un seul désir : cesser de fuir et trouver enfin sa place dans le monde.
Ce jour finit par arriver lorsqu’elle rencontre Trey Allairis, un jeune soldat étharien qui a pour mission de venir chercher l’orpheline sur Terre et la ramener sur sa planète d’origine. Quand le danger se rapproche, Trey doit protéger Kricket jusqu’à ce qu’elle ait appris à manier les pouvoirs qu’elle ne pouvait utiliser sur Terre.
Kyon, qui revendique Kricket comme membre de son clan, connaît la puissance des dons surnaturels qu’elle possède, des dons qu’il compte bien utiliser à son avantage afin de s’imposer à la tête des factions qui cherchent à régner sur Éthar, et d’anéantir tous ses ennemis, à commencer par Trey Allairis lui-même. Kricket devra alors faire face au dilemme le plus déchirant de son existence : lutter pour sa survie ou se battre pour sauver son amour.

Kricket venait juste de terminer sa journée de travail lorsqu'elle rencontra trois hommes dans le métro. Le chef, Kyon, disait être là pour elle afin de la ramener chez elle, sur Éthar, afin qu'elle paie pour ses crimes. Grâce à son habitude du danger et de la fuite, Kricket a réussi à échapper à leurs griffes. Mais qu'est-ce que c'était que ces histoires?

Kricket avait conscience de ses petites particularités par exemple ses cheveux dont ils étaient impossible de les couper, au fait également que jusqu'à aujourd'hui elle n'avait jamais rencontré une personne aux yeux violets. Sans oublier ce sixième sens qui lui permettait de savoir lorsqu'une personne lui mentait. Et malheureusement, ce Kyon lui avait menti. Mais qui était-il?

Après quelques heures de sommeil, Kricket part travailler au bar en bas de chez elle. Cette fois-ci, elle se retrouve face à face avec Trey et deux de ses acolytes. Ils ont le même look que Kyon, mais malheureusement pour elle, ils réussiront à la capturer. Et pour eux, il ne fait aucun doute qu'il n'est pas question qu'elle leur échappe. Ils vont la ramener sur Éthar avant Kyon! Mais qui est Kricket? D'où vient-elle?

Autant Trey, Jax et Wayra n'auraient jamais pensé que Kricket serait aussi guerrière et imprévisible, autant qu'elle-même, elle n'aurait jamais pu penser qu'elle venait d'une autre planète et qu'elle se découvrait des dons exceptionnels. Mais que l'on soit sur Terre ou sur Éthar, les enjeux politiques restent toujours les mêmes et pour elle, l'enjeu principal est tout simplement ses dons, car ils vont permettre de gagner la guerre lorsque celle-ci éclatera! Mi-Rafe, mi-Alameeda... de quel côté ira Kricket? Réussira-t-elle à sauver sa peau à l'aube d'une guerre sur Éthar?

Quand les criquets chantent, leur musique recouvre tous les autres bruits dans le ciel de la nuit, répond Trey. Tu peux alors être certain que l’ennemi n’est pas en train d’avancer, parce qu’ils t’en avertiraient. C’est quand les criquets s’arrêtent de chanter que tu sais que l’ennemi est proche et que le combat va commencer.

Suite à la réception des tomes deux et trois qu'Amazon m'a envoyés, j'ai décidé de commencer à lire cette saga. Et ce fut une très belle découverte jusqu'à maintenant!

L'action débute très rapidement au début du premier chapitre et notre protagoniste est immédiatement en fuite. Un peu comme Kricket, nous ne comprenons pas vraiment tous les enjeux, car l'auteure ne fait pas une mise en place très élaborée. Du coup, nous nous sentons quelque peu perdus tant au niveau des mots employés, mais aussi vis-à-vis la technologie et les us et coutumes de la planète Éthar.

L'intrigue m'a agréablement surprise et m'a tenue en haleine tout au long du récit. D'ailleurs, à mesure que l'on avance, les multiples rebondissements nous gardent bien accrochés. Le récit devient de plus en plus addictif. Si ce n'était du début, ce premier tome serait un vrai coup de cœur.

Quant aux personnages, tous ceux entourant Kricket ont succombé à son charme et à sa fraîcheur et ce fut également la même chose pour moi. Elle est courageuse et déterminée. J'ai bien aimé Trey et ses acolytes. Ils apportent une petite touche d'humour au récit. Par contre, le régent Manus de Rafe et de Kyon d'Alameeda, tous deux veulent que Kricket devienne leur consort (épouse) et je dois dire que je les ai détestés dès le début. Ils sont narcissiques et opportunistes.

Kricket veut non seulement sauver sa peau, mais également garder son indépendance. Mais surtout elle veut pouvoir s'unir à Trey. À l'aube d'une guerre, la laisseront-ils choisir sa destinée ou encore une fois, l'on tentera d'avoir du pouvoir sur elle afin d'utiliser ses dons de prêtresse qu'elle a hérité de sa défunte mère?

Un excellent début de saga que je vous conseille fortement. Ne vous laissez surtout pas décourager par le début qui est quelque peu déconcertant, car la suite en vaut vraiment la peine. Le deuxième tome suivra sous peu...

Ma note : 4/5


jeudi 15 mars 2018

Les lettres de Rose


Titre : Les lettres de Rose
Auteur : Clarisse Sabard
Genre littéraire : Littérature Contemporaine
Année de parution : 2018
Éditeur : Guy Saint-Jean
ISBN : 978-2897584368
Nombre de pages : 506 pages

Lola a été adoptée à l’âge de trois mois. De nos jours, à presque 30 ans, elle travaille dans le salon de thé de ses parents, en attendant de trouver enfin le métier de ses rêves : libraire. Mais sa vie va basculer lorsqu’elle apprend que sa grand-mère biologique, qui vient de décéder, lui a légué un étrange testament : une maison et son histoire dans le petit village d’Aubéry, à travers des lettres lui apprenant ses origines. Elle découvre ainsi la vie de son arrière grand-mère Louise, de sa grand mère Rose et de sa mère Nadège, ainsi que les dérangeantes circonstances de sa naissance. Mais tous les habitants ne voient pas d’un bon œil cette étrangère, notamment Vincent, son cousin. Et il y a également le beau Jim, qui éveille en elle plus de sentiments qu’elle ne le voudrait. Réveiller les secrets du passé lui permettra-t-elle d’avancer vers son avenir?



Partir en quête de sa propre identité est souvent un douloureux voyage, qui nécessite de faire une halte dans le passé afin de mieux comprendre le présent.

Lola est une jeune femme qui approche de la trentaine. Sa vie est relativement simple et douce jusqu'au jour où elle reçoit l'appel d'un notaire. Lola savait que ses parents l'avaient adopté et que ses parents biologiques étaient décédés, mais elle ne savait pas qu'il y avait encore des membres vivants de sa famille biologique. Du coup, lorsque le notaire lui mentionne qu'elle vient d'hériter de sa grand-mère Rose et qu'elle doit se déplacer au village pour s'occuper des formalités, c'est la surprise la plus totale! Sa petite routine est chamboulée. Est-ce que ses parents connaissaient Rose? Est-ce qu'il reste d'autres membres encore vivants de sa famille biologique?

Son meilleur ami Tristan la pousse à prendre sa vie en main. Elle doit absolument arrêter de fuir dans sa vie présente et accepter d'aller fouiller son passé pour pouvoir avancer vers l'avenir et ainsi réaliser ses rêves. Lola a l'impression de blesser ses parents adoptifs en acceptant de revenir sur les traces de son passé.

Alors que Lola prévoyait simplement signer les documents pour refuser son héritage, elle décide à la dernière minute de l'accepter. Sa rencontre avec son cousin Vincent la pousse à aller trouver les réponses à ses questions. Par contre, ce qu'elle n'avait pas prévu c'est que sa grand-mère allait lui donner pour objectif de découvrir son passé parmi les lettres qu'elle lui a laissé un peu partout dans l'ancienne boutique de la famille. Un peu comme faire une chasse au trésor. Mais dépoussiérer le passé amène la découverte de tragédies qui ont touché les membres de sa famille. Était-ce une si bonne idée de déterrer tous les secrets du passé, car il est évident que plus rien ne sera comme avant?

La maison d'édition Guy Saint-Jean vient tout juste de sortir une nouvelle collection de romans féminins et Les lettres de Rose est le premier roman que j'ai reçu. Si tous les romans de cette collection sont aussi excellents que celui-ci, je suis certaine que cette nouvelle collection sera un immense succès.

Les lettres de Rose m'a permis de découvrir une auteure que je ne connaissais pas et qui a un réel talent pour nous faire vivre toute une gamme d'émotions. Au cours de ce récit, l'auteure alterne entre le passé et le présent. J'ai trouvé particulièrement originale cette façon de présenter le passé de cette famille par le biais de lettres et journaux intimes de Rose. Nous ne sentons pas de coupure directe ou brusque entre les différents événements vécus par les protagonistes du passé, car la plume de Clarisse Sabard est efficace, agréable et fluide. Les mots coulent avec légèreté malgré les événements parfois sombres qui touchent les différentes femmes de cette famille.

Nous ressentons les émotions des différents personnages, un peu comme si ces lettres étaient les nôtres. Et les émotions sont intenses et vives. La douleur, mais également les moments de joie qui parsèment le récit nous touchent et nous bouleversent. La description des différents moments de l'histoire nous permet de faire un saut dans le temps et je pouvais voir les images dans ma tête.

Le passé que découvre Lola est parsemé de tragédies et d'erreurs humaines, mais également de moments d'empathie et de tolérance. Nous ressentons également le suspense et les moments de tension que vit Lola. Nous avons hâte de découvrir, tout comme elle, les événements qui ont poussé à son adoption. L'intrigue est vraiment bien ficelée et nous garde accrocher du début jusqu'à la dernière page.

Au final, Les lettres de Rose est un roman bouleversant et touchant. Ce fut un réel coup de cœur avec ces personnages et leur passé si intenses. Si vous n'avez pas encore lu un roman de cette auteure, je vous conseille fortement de le faire prochainement!

Ma note : 4.5/5

Je tiens à remercier chaleureusement la maison d'édition Guy Saint-Jean pour ce roman!



mercredi 14 mars 2018

Agatha Raisin, tome 8 : Coiffeur pour dames


Titre : Coiffeur pour dames
Auteur : M.C. Beaton
Série : Agatha Raisin enquête, tome 8
Genre littéraire : Policier
Année de parution : 2017
Éditeur : Albin Michel
ISBN : 978-2226329998
Nombre de pages : 288 pages

Pour toutes ses clientes, Mr John est un magicien : un coiffeur aux doigts d'or qu'elles adorent! Mais, peu après avoir confirmé ses talents auprès d'Agatha Raisin qui voit poindre ses premiers cheveux blancs, Mr John meurt dans son salon, victime d'un empoisonnement, sous les yeux de la détective. Voici Agatha embringuée dans une drôle d'enquête. Qui en effet pouvait en vouloir à Mr John, adulé par ses nombreuses clientes qui lui confiaient leurs plus troubles secrets?


Agatha se sent quelque peu dépressive. Encore une fois, James Lacey est parti à l'étranger et elle rêve toujours de lui. Quant à sir Charles, il semble s'être volatisé. Aucune nouvelle de Bill Wong et de Roy Silver. Bref, notre chère Agatha déprime seule chez elle.

Un beau matin, c'est la consternation... elle trouve des fils gris dans sa chevelure. Il faut absolument qu'elle trouve un coiffeur. Mrs Bloxby lui recommande un charmant coiffeur d'Evesham. Non seulement Mr John est charmant, mais il réussit à lui redonner le sourire avec cette nouvelle coiffure. Le soir même, elle retrouve quelques amies lors d'une rencontre de la Société des dames de Carsely. Certaines dames qui apprennent qu'elle va chez Mr John semblent désapprouver son choix et lui laisse supposer que certaines rumeurs entourent ce cher coiffeur...

Lorsqu'elle revient à la maison, quelle n'est pas sa surprise de trouver sur le répondeur un message de Charles l'invitant à dîner à l'extérieur. L'invitation tombe à point! Lors de leur souper, elle lui parle de son cher coiffeur et ensemble, ils décident d'enquêter. Ils sont certains que Mr John fait chanter ses clientes!

Quelques jours plus tard, alors qu'Agatha est de retour au salon de coiffure, Mr John décèdera devant elle d'un empoissonnement. Qui a bien pu vouloir l'assassiner? Charles et Agatha partent à la recherche du meurtrier malgré qu'Agatha soit suspecte, malgré que la police lui ait recommandé de ne pas s'impliquer dans l'enquête.

M.C. Beaton nous revient en force avec ce huitième tome. Cette fois-ci, notre chère Agatha s'est surpassée en terme de bêtises et ce, à notre plus grand plaisir. Elle est tellement imprévisible lorsqu'elle est seule... elle accumule les gaffes lorsque Charles n'est pas à ses côtés. Et malgré les moments de déprime de notre protagoniste, j'ai bien apprécié l'évolution de son personnage. À mesure que nous avançons dans cette saga, Agatha devient de plus en plus attachante.

J'ai bien aimé l'intrigue de ce récit. Cette fois-ci, Agatha n'attend pas qu'il arrive un meurtre pour enquêter, elle décide plutôt de tendre un piège au maître chanteur. Elle m'a réellement surprise par son audace. Mais un meurtre est malgré tout commis et l'enquête qui débute nous fait avancer à petits pas et chaque fois que je croyais avoir trouvé le coupable, je me suis trompée. Un peu comme Agatha qui cherche et qui finit par trouver le coupable bien malgré elle. Et quel plaisir de retrouver les personnages qui l'entourent. Que ce soit Mrs Bloxby, Bill Wong et même son cher ami Roy Silver. 

Et quelle fin incroyable! Sir Charles a le don de mettre un peu de piquant dans cette saga... j'ai vraiment hâte de lire la suite! Croyez-vous que James et Agatha vont finir par se retrouver?

Ma note : 4/5

Encore une fois, je tiens à remercier la maison d'édition Albin Michel pour cette saga incroyable!


Pour lire la chronique du tome précédent, cliquez sur le lien suivant : À la claire fontaine

mardi 13 mars 2018

Hysteria Lane



Titre : Hysteria Lane
Auteur : Alex Cartier
Genre littéraire : Érotique
Année de parution : 2017
Éditeur : Belfond
ISBN : 978-2714478177
Nombre de pages : 558 pages

Plongez dans l'univers des tournages de séries à Hollywood, la capitale mondiale du divertissement. Vous avez aimé Desperate Housewives ou Vampire Diaries? Vous allez adorer Hysteria Lane.
Laure dirige une société de relations publiques dans le cinéma à Hollywood. Quand son boyfriend part travailler en France et que sa meilleure amie (et associée) s'en va assister au tournage du film réalisé par son fiancé, Laure se pose des questions sur le sens de sa vie.
Et lorsqu'elle rencontre un acteur canadien d'une grande beauté qui n'a pas encore percé, elle réalise que son destin est de produire une série. Mais quelles sont ses motivations réelles : le séduire, lui procurer le rôle dont il a besoin pour se faire connaître ? Ou bien est-ce une véritable vocation?
Elle va découvrir que, derrière les paillettes, Hollywood est un monde impitoyable pour une jeune femme à l'expérience limitée. Heureusement, Laure ne manque ni de charisme ni de relations pour se sortir des pires situations...

Laure et Ophélie sont associées dans une boîte de relations publiques à Hollywood. Alors que la vie d'Ophélie est un vrai conte de fées, Laure approche tranquillement de la trentaine et se demande où s'en va sa vie. Plusieurs personnes autour d'elle lui demandent régulièrement pourquoi elle se limite à travailler en relations publiques alors qu'elle pourrait produire sa propre série télévisée. L'idée fait tranquillement son chemin...

Un soir alors qu'elle est au comptoir du bar lors d'une représentation et que son copain David est à l'extérieur et discute avec son ex-copine, Laure est en colère contre lui et tente donc de séduire le barman, Alexandre, en lui disant qu'elle va produire une série. Mais la soirée tourne au cauchemar...

Par la suite, Laure apprend que son associée la quitte pour un an, car elle part avec son amoureux pour un tournage à l'extérieur du pays. Sa vie de couple avec David bat de l'aile depuis un petit moment et le découragement la gagne lorsqu'elle apprend que David part pour la France. Il vient d'accepter un contrat de six mois avec son ex-copine alors qu'elle-même, elle est partie de la France pour faire carrière à Hollywood. Rien ne va plus dans sa vie personnelle et professionnelle... elle se sent vraiment seule.

C'est avec Sean que le rêve de produire une série prendra vie, mais pour se faire, il faut absolument convaincre le beau Alexandre et qui malheureusement, n'est plus à Hollywood par sa faute. Elle devra aller le chercher au fin fond du Grand Nord canadien. De plus, il va falloir qu'elle accepte que Julia, la fille de Sean, joue un rôle prédominant dans la série... bref, les embrouilles ne font que commencer!

Les spectateurs savent que ce n'est qu'une illusion et pas la vérité, mais ils y croient quand même.

Assurément, Alex Cartier a décidé de donner suite aux personnages de sa saga Movie Star pour ce récit. Alors qu'auparavant, Ophélie était au centre de ses intrigues, ici l'intrigue tourne plutôt autour de Laure. Par contre, nous sommes toujours dans l'univers du cinéma, des gens riches et célèbres!

Je dois avouer que le début du roman fut assez pénible pour moi. J'ai eu de la difficulté à adhérer non seulement à l'intrigue, mais également aux personnages. Je n'ai pas vraiment apprécié la personnalité de notre protagoniste. Laure m'a semblé superficielle, prétentieuse et arrogante! D'ailleurs, la plupart des personnages m'ont donné cette impression et je dois dire que ce n'est pas une toile de fond bien sympathique.

Par contre, à mesure que l'on avance dans le récit, nous sentons que les personnages prennent un visage un peu plus humain. J'ai réellement senti cette métamorphose lorsque Laure est partie au Grand Nord pour aller chercher Alexandre. À partir de là, j'ai adhéré un peu plus à l'intrigue. Et ce fut essentiellement la même chose pour les personnages secondaires. Personnellement, j'aurais bien aimé que l'auteur nous présente dès le début ses personnages sous cet angle.

L'univers du cinéma est quant à lui bien intéressant. L'auteur nous expose l'envers du décor et toutes les intrigues politiques qui se cachent derrière. Mais au final, je suis relativement déçue par ce roman. Je m'attendais tellement à plus en lisant le résumé. Heureusement que l'auteur a su se rattraper dans la deuxième moitié sinon je crois bien que j'aurais pu laisser tomber ma lecture...

Ma note : 3/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Belfond pour ce roman!



vendredi 9 mars 2018

Agatha Raisin, tome 7 : À la claire fontaine



Titre : À la claire fontaine
Auteur : M.C. Beaton
Série : Agatha Raisin enquête, tome 7
Genre littéraire : Policier
Année de parution : 2017
Éditeur : Albin Michel
ISBN : 978-2226329981
Nombre de pages : 288 pages

Ancombe, village voisin de Carsely, est réputé pour son charme et sa sérénité. Mais l'arrivée d'une société d'eau minérale qui souhaite exploiter sa source d'eau douce va diviser la population et échauffer les esprits.
Quand Agatha, qui travaille justement pour les relations publiques de cette société, trouve le président du conseil du village assassiné, les langues commencent à se délier. Et si l'un des membres du conseil l'avait tué avant qu'il ne donne son accord pour l'exploitation de la source?
C'est une Agatha Raisin au bord de la noyade sentimentale qui se lance dans cette nouvelle enquête.



À la claire fontaine... M'en allant promener... J'ai trouvé l'eau si belle... Que je m'y suis baigné...

Agatha s'en allait chercher de l'eau à la fontaine lorsqu'elle y trouva un cadavre. Ce n'est nul autre que le président du conseil municipal qui y est. Qui a bien pu l'avoir assassiné et pourquoi l'avoir laissé à cet endroit?

L'eau de cette fontaine faisait beaucoup jasé depuis quelque temps, surtout depuis qu'une citoyenne, Robina, a décidé de permettre à la compagnie des eaux d'Ancombe de prendre l'eau directement à sa source. Puisque l'eau était déviée à partir de chez elle, qui pouvait bien contrevenir à cette entente? Le conseil de ville devait justement se pencher sur la question et il ne restait que le vote du président pour trancher. Mais voilà, il est assassiné.

Agatha décide donc de travailler en free-lance pour la compagnie des eaux et ainsi, enquêter sur le meurtre. Cela n'est pas évident, car elle est seule. James et elle ne font plus équipe ensemble.

Mais qui sont vraiment les frères Freemont? Où ont-ils fait leur argent pour se permettre un tel contrat avec leur compagnie des eaux? Alors qu'Agatha soupçonne l'un des membres du conseil d'avoir tué le président, James croit plutôt que c'est l'un des frères. Est-ce qu'Agatha n'y voit plus clair en raison de sa liaison avec Guy Freemont ou James est-il trop jaloux?

En décembre dernier, je lisais ce tome-ci avant même d'avoir débuté la saga et je dois dire que j'avais quelque peu l'impression de passer à côté de certains éléments importants concernant la relation qu'il y a entre notre chère Agatha et son voisin James. Et je crois qu'effectivement, il est plus facile d'apprécier cette saga en lisant dans l'ordre. Du coup, j'ai suivi la logique et j'ai débuté le premier tome et ainsi de suite. Alors voilà, ce septième tome fut tout simplement une relecture. C'est ce tome-ci qui m'a fait tomber en amour avec cette protagoniste si singulière et qui me fait bien rire à chaque fois!

Après avoir lu Vacances tous risques où Agatha était allée rejoindre James à Chypre, je dois dire que je suis bien heureuse de retrouver les habitants du village de Cotwolds. L'intrigue qui entoure le meurtre est très bien ficelée et comme d'habitude, nous avons l'impression de lire un classique d'Agatha Christie. Je me souviens que lors de ma première lecture, j'avais eu de la difficulté à trouver l'assassin. Mes soupçons allaient dans tous les sens. Les indices étant disposés graduellement, la tension monte à chaque chapitre. 

Le personnage d'Agatha est toujours aussi rafraîchissant. Elle est fougueuse et a un fort caractère. J'ai eu l'impression de la trouver plus forte et moins vulnérable que lors du tome précédent. Ce qui me fait bien souvent rire, c'est qu'elle ose dire tout haut ce qu'elle pense. Quel tempérament quand même! Si vous cherchez un bon roman policier avec un brin d'humour, n'hésitez pas à lire cette saga.

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Albin Michel pour m'avoir fait découvrir cette saga!


Vous pouvez lire la chronique du précédent en cliquant sur le lien suivant : Vacances tous risques