mardi 27 février 2018

Rebecca Kean, tome 1 : Traquée


Titre : Traquée
Auteur : Cassandra O'Donnell
Série : Rebecca Kean, tome 1
Genre littéraire : Bit-lit
Année de parution : 2011
Éditeur : J'ai Lu
ISBN : 978-2290032060
Nombre de pages : 479 pages


Burlington... nouvelle Angleterre. Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des États unis, bref un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement, parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu'il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs ici que partout ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n'est pas le genre de renseignements fournis par l'office de tourisme. Maudit soit-il...

Vampires, lycanthropes, démons, sorcières bref, l'univers de Rebecca Kean est un univers fantastique, riche en rebondissements où il est impossible de s'ennuyer!

Depuis plusieurs années que Rebecca et sa fille sillonnent le pays pour se cacher. Du coup, Rebecca tente de se faire passer pour une humaine ce qui peut parfois s'avérer difficile lorsqu'on est une sorcière de guerre. Rebecca est poursuivie par son clan, mais également par le clan de vampires du père de sa fille, car oui, sa fille est une semi-vampire! Cette fois-ci, elles viennent de se poser en Nouvelle-Angleterre et aimeraient bien y rester. La population de créatures inhumaines est assez élevée à Burlington, n'empêche qu'elle espère passer sous le radar jusqu'au soir où elle tombe sur Raphael, un maître vampire. En principe en arrivant à Burlington, Rebecca aurait dû se présenter devant le Directum mais étant donné qu'elle ne voulait pas dévoiler sa présence, eh bien il se pourrait qu'elle soit encore obligée de s'enfuir...

Dès le lendemain, la voyante habitant en face de chez Rebecca est assassinée. Elle n'a donc pas le choix d'avertir sa meilleure amie Beth de cet assassinat afin qu'elle en informe le Directum. Du coup, Rebecca est convoquée devant le conseil et se retrouve avec le poste d'Assayim donc avec la tâche de trouver un loup-garou et une potionneuse disparus et d'assassiner les malfaiteurs. Elle qui voulait passer inaperçue, c'est loupé!

En peu de temps, elle sera traquée de tout côté. Sans oublier, qu'elle s'est fait des ennemis et qu'il se pourrait bien que ceux qu'elle tente d'échapper finissent par la trouver, car il est difficile d'assumer le rôle d'Assayim sans dévoiler sa vraie nature. Elle doit absolument finir ce mandat le plus rapidement possible et quitter la ville. Mais cela sera assez difficile, car Mark le semi-démon est subjugué et ne veut plus la quitter, sans oublier que Raphael et Rebecca ont réussi à lié leurs pouvoirs alors que c'est impossible. Qu'adviendra-t-il de Rebecca et de sa fille? Réussiront-elles à quitter la ville une fois le mandat terminé? Réussiront-elles à échapper à leurs poursuivants?

Cela faisait une éternité que ce roman était sur ma table de chevet. Je ne sais pas pourquoi j'ai tant attendu pour le lire et sincèrement je regrette!

Je suis littéralement tombée sous le charme de cette sorcière qu'est Rebecca. J'aime son côté fougueux, sa détermination et son humour noir. Le fait qu'elle soit une chasseuse qui ne semble avoir peur de rien ni de personne m'a tout simplement attirée. Faut dire que l'univers de la bit-lit est un univers que j'adore. J'aime la magie, les démons et toutes ces créatures de la nuit.

Cassandra O'Donnell ne nous laisse aucun répit avec ce premier tome. Les événements s'enchaînent à une vitesse incroyable et il est vraiment difficile de fermer le bouquin. Une vraie addiction! Les personnages sont également incroyables. Ils cadrent à merveille avec l'intrigue et l'univers fantastique. Malgré leur côté sombre, ils sont tous plus attachants l'un que l'autre. Par contre, il faut rester bien concentrer au début, car il y a quand même plusieurs personnages et plusieurs espèces, mais une fois que la mise en place est bien ancrée au récit, il devient plus facile de s'y retrouver.

J'ai trouvé quelques similitudes entre ce premier tome et l'univers qui entoure la saga d'Anita Blake. Et puisque j'adore cette saga, je ne suis pas étonnée d'être tombée sous le charme de Rebecca. Ce qui les différencie, du moins jusqu'à maintenant, ce sont les scènes érotiques qui sont très peu présentes au cours de ce premier récit...

Alors voilà, sans conteste, ce premier tome est tout simplement un joli coup de cœur. Je peux vous garantir que le deuxième tome ne restera pas aussi longtemps sur ma table de chevet!

Ma note : 4.5/5

lundi 26 février 2018

Une minute d'attraction


Titre : Une minute d'attraction
Auteur : Carrie Elks
Genre littéraire : Romance
Année de parution : 2018
Éditeur : Presses de la cité
ISBN : 978-2258144477
Nombre de pages : 368 pages

Londres, 31 décembre 1999, une soirée de réveillon ultra chic. Gothique jusqu'au bout des ongles et armée d'un sens de la répartie hors norme, Hanna donne un coup de main à sa mère, traiteur. Aux antipodes, Richard, impeccable dans son costume cravate, est un New-Yorkais aisé que son père destine à Wall Street. Hanna le désarçonne autant qu'elle le séduit. Il n'a jamais rencontré une fille comme elle. 
12 mai 2012. Hanna et Richard ne se sont plus adressé la parole depuis des années. Elle est pourtant là, à New York, pour lui révéler un secret explosif.

Et si après deux ans, la femme que vous avez aimée depuis toujours et que vous n'avez pas vue depuis tout ce temps arrivait dans votre bureau pour vous dire que vous avez un fils de dix-huit mois... quelle serait votre réaction?

Voilà l'entrée en matière de ce roman! L'auteure remonte les années afin de nous faire découvrir ses deux protagonistes, Hanna et Richard.

Hanna n'a que dix-sept ans la première fois qu'elle rencontre Richard. Il est magnifique dans son smoking, mais elle n'est pas là pour l'admirer, mais plutôt pour aider sa mère à servir lors de la réception que donnent les parents de Richard. La chimie entre Hanna et la famille Larsen opère immédiatement, comme par magie. La petite Ruby adore Hanna, cette dernière deviendra donc la baby-sitter attitrée.

Au fil des ans, l'amitié entre Hanna et Richard est de plus en plus solide et profonde. Il leur est impossible de ne pas communiquer entre eux malgré qu'un océan les sépare. Hanna habite toujours à Londres et Richard à New York. Mais voilà qu'Hanna décide de venir passer quelques jours aux États-Unis pour voir son père. Elle profite également de ce séjour pour revoir son ami Richard. Ils ne savent pas si cela va briser leur amitié ou non, mais ils laissent leur amour sortir au grand jour. Les semaines, les mois passent et la distance se fait sentir et il devient de plus en plus difficile pour eux de se séparer dans les aéroports.

Les événements tragiques s'enchaînent. Il y aura les attentats du 11 septembre qui modifieront les plans d'avenir de Richard, il y aura le cancer de la mère d'Hanna... bref, leur amour survivra-t-il à ces épreuves, surtout lorsqu'on habite aussi loin l'un de l'autre?

Si vous cherchez une jolie romance agréable à lire, ne cherchez plus! Il est vrai que la fin est prévisible, mais cela n'enlève absolument rien au talent de l'auteure. Nous avons ici tous les éléments pour passer un moment en toute simplicité sans avoir à nous casser les méninges. Seulement à se laisser porter par les mots et par la magie de l'amour.

Bien souvent les auteurs de romance tombent dans le piège d'utiliser de gros clichés pour leur scénario que ce soit le triangle amoureux ou bien les disputes à répétition. Ce qui n'est pas le cas ici. Ce sont plutôt les événements tragiques qui ont une incidence sur l'amour qu'Hanna et Richard éprouvent l'un pour l'autre. Certains moments au cours de l'intrigue m'ont passablement émue, surtout ceux entourant la mère d'Hanna. Nous ressentons le lien fort qui les unit l'une à l'autre.

L'écriture de Carrie Elks est fluide, simple et rafraîchissante. J'ai bien aimé les personnages par contre, j'aurais tout de même apprécié un peu plus de profondeur tant au niveau de nos protagonistes que des personnages secondaires. Tout au long du récit, l'auteure réussit à parsemer de petits moments romantiques et cela nous fait rêver. C'est tout simplement magique!

La fin du roman n'est pas surprenante en soi, mais elle fait du bien. Bref, au final je dois dire que j'ai passé un agréable moment et j'espère sincèrement lire d'autres jolies romances de cette auteure. Une lecture légère et romantique comme on les aime!

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier chaleureusement la maison d'édition Presses de la cité pour cette jolie romance!


vendredi 23 février 2018

Promise Falls Trilogy, tome 1 : Fausses promesses


Titre : Fausses promesses
Auteur : Linwood Barclay
Série : Promise Falls Trilogy, tome 1
Genre littéraire : Policier
Année de parution : 2018
Éditeur : Belfond
ISBN : 978-2714474797
Nombre de pages : 512 pages

Plume ciselée, personnages inquiétants et humour jubilatoire : Linwood Barclay, créateur de frissons, revient avec un roman noir grinçant pour conter les petits secrets et les troublants mystères d'une ville de province américaine. 
Il s'en passe de belles à Promise Falls, charmante bourgade de trente-six mille âmes. Des agressions répétées sur le campus, un nourrisson kidnappé par un « ange », une femme sauvagement assassinée dans sa cuisine. Et vingt-trois écureuils retrouvés pendus à la grille du parc. Ce coin paumé des États-Unis serait-il devenu un lieu de rendez-vous incontournable pour les esprits dérangés? 
C'est bien ce qui affole le débonnaire inspecteur Barry Duckworth, dont la pression artérielle ne cesse de grimper : quel genre de psychopathe aurait pris ses quartiers en ville? Y a-t-il seulement un lien entre tous ces faits divers? 
La chasse au crime commence. Aidé de David Harwood, père de famille déprimé et journaliste au chômage, Duckworth se lance dans une déroutante enquête, qui ne tarde pas à virer au cauchemar. 
Qui a dit que Promise Falls était une petite ville tranquille?

Promise Falls, une ville en plein déclin. Five Mountains vient de fermer, le journal Standard aussi, mais cela n'empêche pas certaines personnes de commettre des crimes...

David Harwood est de retour dans sa ville natale suite à sa démission au Global de Boston. Il revient pour travailler au Standard et reprendre son poste de journaliste. Il n'est pas aussitôt assis sur sa chaise qu'on lui annonce que le journal ferme ses portes. Depuis, il est au chômage et habite chez ses parents avec son fils. Un bon matin, sa mère lui remet des plats cuisinés afin d'aller les porter à sa cousine Marla. À son arrivée, il remarque du sang sur le cadre de la porte d'entrée et sa cousine a un bébé dans les bras. Un ange est venu lui apporter ce bébé...

David retrouve une facture dans l'une des pochettes de la poussette du bébé et emmène Marla et le poupon à cette adresse. Au même moment, Bill arrive chez lui. C'est en entrant ensemble dans la maison que David et Bill voient le cadavre de Rosemary, la femme de Bill. Il constate également que son bébé a disparu, serait-ce le poupon que Marla a dans ses bras? Où est la nounou? Qui a bien pu avoir tué cette femme et pour quelles raisons?

Entre-temps, l'inspecteur Buckworth enquête sur plusieurs petits crimes. Vingt-trois écureuils tués et accrochés sur une clôture, un prédateur sexuel sur un campus est assassiné alors qu'il portait un chandail avec le numéro vingt-trois et finalement, un petit comique qui a laissé trois mannequins dans la grande roue dont la cabine porte le numéro vingt-trois. Est-ce que ces crimes ont un lien avec le meurtre de Rosemary?

C'est le premier roman de Linwood Barclay que je lisais et je n'étais pas certaine au début que c'était une bonne idée de commencer avec celui-ci malgré qu'il soit le premier tome de la trilogie. Dès les premiers chapitres, l'auteur revient sur des événements qui seraient survenus au cours de ses autres romans. Je me suis donc posée la question pourquoi ne pas les avoir inclus dans la saga?! Du coup, j'ai eu peur de ne pas pouvoir adhérer complètement au récit. Heureusement, ce ne fut pas le cas, j'ai tout de même réussi à me plonger dans l'intrigue et à rester bien accrocher. Mais je reste avec le sentiment que je suis peut-être passée à côté de quelque chose...

Dès le début, l'auteur divise l'enquête sur le meurtre de Rosemary. Nous avons d'un côté l'ancien journaliste, David, qui a la chance de pouvoir questionner les habitants sans qu'ils soient sur la défensive. De plus, le fait qu'il soit le cousin de Marla l'aide grandement à obtenir certaines informations. D'un autre côté, l'inspecteur a, quant à lui, toutes les données scientifiques pour avancer dans l'élucidation du crime. L'un comme l'autre, ils ont des informations qui les font avancer pratiquement au même rythme, mais ils auraient tout avantage à travailler ensemble. Toujours est-il qu'au final, si vous vous attendez à une fin où les crimes sont tous élucidés, oubliez cela!

Avec ce premier tome, l'auteur semble plutôt mettre en place les personnages et le contexte pour la suite, et ce, malgré l'enquête sur le meurtre de Rosemary, car en fin de compte, le seul élément qui sera élucidé au cours de ce récit, c'est qui est l'ange de Marla. Nous n'en savons pas vraiment plus sur les enquêtes entourant le numéro vingt-trois, le meurtrier de Rosemary n'est pas encore arrêté et la fin nous laisse supposer que tout cela pourrait être relié à d'autres crimes survenus dans les romans précédents. Bref, nous restons sur notre appétit... vivement le prochain tome! Et si possible, lisez les romans précédents de l'auteur avant d'entamer cette trilogie, cela vous aidera grandement.

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Belfond pour m'avoir fait découvrir cette saga!


J'ai lu ce roman policer avec mon amie Stéphanie, cliquez sur le lien pour lire sa chronique : 

jeudi 22 février 2018

Un peu, beaucoup, à la folie


Titre : Un peu, beaucoup, à la folie
Auteur : Liane Moriarty
Genre littéraire : Littérature Contemporaine
Année de parution : 2018
Éditeur : Albin Michel
ISBN : 978- 2226393234
Nombre de pages : 525 pages

Trois couples épanouis. De charmants enfants. Une amitié solide. Et un barbecue entre voisins par un beau dimanche ensoleillé : tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment. Alors, pourquoi, deux mois plus tard, les invités ne cessent-ils de se répéter : « si seulement nous n’y étions pas allés »?
Liane Moriarty continue de dévoiler la noirceur qui rôde sous les vies ordinaires et nous plonge au cœur des redoutables petits mensonges et des inavouables secrets qui sont en chacun de nous… Fin, décapant, et jubilatoire.

Nous découvrons trois couples qui n'ont visiblement rien en commun, mais par une belle journée, ils se réuniront pour un barbecue. La journée est belle et ensoleillée, les enfants s'amusent dans la cour... qui aurait pu prévoir qu'un événement tragique allait survenir quelques heures plus tard?

Erika et Oliver sont mariés depuis plusieurs années. Ils ont essayé à multiples reprises d'avoir un enfant, même les FIV n'ont pas fonctionné. Il ne leur reste qu'une chance, celle d'obtenir des ovocytes d'une donneuse. Pourquoi ne pas demander à sa meilleure amie Clémentine?

Sam et Clémentine sont également mariés et ont eu deux jolies filles ensemble. Alors que Clémentine prépare sa future audition pour obtenir un poste à temps plein en tant que violoncelliste, Sam vient tout juste de débuter un nouvel emploi. Tous deux sont absolument abasourdis lorsque Erika et Oliver leur demandent de les aider à avoir un enfant. Accepteront-ils? Avant même de pouvoir répondre, ils seront sauvés par l'arrivée de Dakota leur demandant de traverser la rue, car le barbecue est prêt!

Vid et Tiffany sont voisins avec Erika et Oliver. Ils ont décidé de les inviter cet après-midi afin de mieux les connaître autour d'un barbecue. Leur fille Dakota s'amuse bien avec les deux fillettes de Clémentine et Sam. Quant au voisin grincheux, Harry, il a refusé de venir les rejoindre. D'ailleurs, il ne se gêne pas pour leur demander de baisser le son de leur musique. Pourquoi est-il si insupportable?

Bref, tout ce beau monde s'amuse, se dévoilent de petits secrets en douce jusqu'au moment où un événement tragique viendra bouleverser la vie de tous. Par la suite, ils devront apprendre à vivre avec cet événement. Sauront-ils surmonter cette épreuve? Parfois une tragédie rapproche les gens tandis que parfois cela crée un fossé...

Dès le début du récit, nous sentons qu'un événement tragique s'est déroulé lors du barbecue, mais volontairement, l'auteure nous dévoile le fil de cette journée au compte-gouttes. Le suspense ne cesse donc d'augmenter au fil des pages. De plus, le fait d'alterner entre le présent et le passé nous garde encore plus en haleine. Également, l'alternance d'un personnage à un autre nous donne une vision d'ensemble et nous permet de bien comprendre ce qui s'est passé et des impacts que cela semble avoir eus sur chacun d'entre eux. Nous nous sentons comme partie prenante au récit, un peu comme si nous étions présents cette journée-là.

L'auteure décide de dévoiler le tragique événement à mi-parcours. Bien évidemment, le suspense qui était présent depuis le début n'y est plus. L'auteure continue malgré tout à alterner entre le passé et le présent, mais ce sont les émotions qui prennent le dessus. La culpabilité que chacun ressent face à ce qu'il est arrivé, l'acceptation et la reconstruction.

Liane Moriarty maîtrise bien son sujet et ses personnages, mais nous ressentons parfois quelques longueurs au cours du récit. Ce qui m'a énormément surprise c'est de voir autant de profondeur et de singularité dans la personnalité et la psychologie de chacun des personnages. Nous ressentons tous les côtés sombres de l'amitié et de l'amour, mais également la lumière qui peut ressortir face aux épreuves. À plusieurs moments au cours de ma lecture, l'auteure a su me toucher par le réalisme de son intrigue et de ses personnages. Je n'ai pas lu les précédents ouvrages de l'auteure, mais celui-ci était à la hauteur de mes attentes. Il en manquait très peu pour un coup de cœur!

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Albin Michel pour m'avoir fait parvenir ce roman!


mercredi 21 février 2018

Hâte-toi de vivre


Titre : Hâte-toi de vivre
Auteur : Laure Rollier
Genre littéraire : Littérature Contemporaine
Année de parution : 2018
Éditeur : Mazarine
ISBN : 978- 2863744789
Nombre de pages : 250 pages


« Après un accident de voiture, Léo, professeure de philosophie dans un lycée du Sud-Ouest se réveille face au fantôme de sa grand-mère, mamie au caractère bien trempé et à la répartie cinglante. Contre toute attente, la jeune femme devra composer avec cette présence qui ne la quittera plus d’une semelle et va bouleverser sa vie irrémédiablement. » Une histoire pour se reconstruire, qui fait du bien, mêlant amour, amitié et secrets de famille.

Hâte-toi de vivre, mais pense à regarder les étoiles, de temps en temps.

Nous faisons la connaissance de Léo qui est professeur de philosophie. Elle est très attachée à son travail et ses élèves. Un matin qu'elle est en retard pour le boulot, elle a le malheur d'avoir un accident et de se retrouver à l'hôpital. Elle est dans un profond coma. Sa famille, ses amis Louloune et Juju sont à ses côtés.

À son réveil, sa vie n'est plus la même. Elle est maintenant poursuivie par le fantôme de sa mamie Lina. Et cette charmante mamie s'amuse à apparaître et disparaître comme bon lui semble. Sans oublier qu'elle a le don de commenter tout et n'importe quoi. Dès son retour à la maison, les choses se corsent, car sa colocataire a une charmante jeune fille qui voit et discute elle aussi avec mamie Lina.

Au fil des jours, la convalescence se termine et Léo reprend son boulot et retrouve avec joie ses élèves. Reprendra-t-elle la vie comme avant? Que fera-t-elle du fantôme de mamie Lina... d'ailleurs pourquoi est-elle à ses côtés?

Laure Rollier signe un premier roman qui est à la fois touchant et divertissant. Touchant en raison des sujets invoqués au cours du récit tel que le suicide, la dépression, l'amitié, mais également divertissant en raison du côté léger et drôle des répliques émanant des personnages, surtout de mamie Lina!

Alors que le titre nous laisse croire que nous lirons une intrigue profonde et émouvante, malheureusement le contenu reste un peu trop en surface, principalement en raison du nombre de pages de ce récit. Cela ne permet pas à l'auteure de détailler les émotions véhiculées par ses personnages. Comme je le mentionnais précédemment, certains sujets auraient dû être plus approfondis afin de toucher encore plus le lecteur. De plus, le titre laisse supposer une certaine urgence de vivre que l'on ne retrouve pas vraiment au sein de l'intrigue. Je me serais attendue, à ce que notre protagoniste change divers aspects de sa vie, se jette à l'eau en quelque sorte afin de pouvoir profiter de chaque jour qui passe.

Pour un premier roman, je dois dire que la plume de l'auteure m'a tout de même un peu surprise. Il y a de la fraîcheur dans cette écriture simple et tout de même réaliste. Je suis certaine qu'au fil des ans, Laure Rollier saura rendre ses romans plus touchants, plus approfondis et ainsi nous faire succomber à son charme, mais pour l'instant, ce récit est quant à moi pas tout à fait abouti. Il lui manque ce petit quelque chose pour en faire un vrai roman feel good...

Ma note : 3.5/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Mazarine pour m'avoir permis de lire ce roman!


lundi 19 février 2018

Un palais d'épines et de roses, tome 1


Titre : Un palais d'épines et de roses
Auteur : Sarah J. Maas
Série : Un palais d'épines et de roses, tome 1
Genre littéraire : Fantasy
Année de parution : 2017
Éditeur : La Martinière
ISBN : 978-2732472300
Nombre de pages : 528 pages

En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l'irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.
Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n'a rien d'un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse.
Et quel est ce mal qui ronge le royaume et risque de s'étendre à celui des mortels?
À l'évidence, Feyre n'est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d'origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs?
Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.

Qui ne connaît pas le conte de La Belle et la Bête? Sarah J. Maas a réécrit ce conte pour nous en y ajoutant une touche de poésie, de fantaisie et de féerie.

Feyre est une jeune femme pauvre qui chasse pour nourrir sa famille. Depuis la faillite de sa famille et le décès de leur mère, elle a délaissé les jolies robes pour parcourir la forêt. Alors qu'elle est sur le point de tuer une jolie biche, un loup énorme pointe le bout de son museau. Elle n'a d'autres choix que de le tuer si elle veut offrir de quoi manger au souper à son père et ses sœurs. Mais ce loup n'est pas comme les autres...

Quelques jours plus tard, un Grand Fae enfonce la porte d'entrée de leur petite maison. Il est en colère, car Feyre a tué un des leurs. En échange de sa vie, elle devra lui donner la sienne. Elle n'a d'autres choix que de le suivre au-delà de la frontière pour aller habiter chez les Immortels si elle veut sauver sa famille.

Mais Tamlin n'est pas comme les autres immortels, il est en fait le Grand Seigneur de la Cour du Printemps et sa cour vit avec une terrible malédiction. Feyre aimerait en savoir un peu plus, mais aucun immortel ne répond à ses questions. Tout ce qu'elle sait c'est qu'elle doit rester auprès du Grand Seigneur. Mais voilà qu'elle se retrouve au centre d'une guerre de pouvoir...

La plume de cette auteure est à la fois poétique et légère. Il y a des passages très doux où la nature est décrite avec une belle sensibilité. J'ai particulièrement apprécié ces passages...

Les chants d’oiseaux se muèrent en un orchestre, en une symphonie de cris d’allégresse. Je n’avais encore jamais entendu autant de lignes mélodiques en même temps, avec une telle multitude de variations et de thèmes entrelacés à leurs arpèges. Et derrière le chant des oiseaux se cachait une mélodie, une voix de femme mélancolique… celle du saule.

Au fil du récit, nous avons la chance de voir évoluer, tout en douceur, les sentiments de Feyre et de Tamlin. Sarah J. Maas aurait pu tomber dans la mièvrerie. Heureusement pour nous, ce n'est pas le cas. Où tant d'auteurs ont succombé, elle n'est pas tombée dans le piège des gros clichés. De plus, elle s'est permis de décrire avec détails les passages plus sombres afin de nous démontrer à quel point la magie n'est pas seulement jolie, elle peut également faire ressortir le côté le plus lugubre d'un être.

Dès les premiers chapitres, je me suis laissée plonger dans le monde féerique et magique de cet univers où une multitude de créatures se côtoient. Les personnages sont bien développés et je me suis attachée à cette Feyre qui est si déterminée et courageuse. Également, j'ai bien aimé son côté artistique, ce qui permet d'ajouter de la couleur au récit permettant ainsi d'avoir une vision un peu comme à travers un kaléidoscope. Le personnage fort de Rhysand, le Grand Seigneur de la Nuit, m'a séduite malgré son côté sombre et calculateur. Il a ce petit quelque chose de vraiment singulier et qui ne peut nous laisser indifférent.

L'intrigue m'a également séduite malgré certains petits événements prévisibles alors qu'à d'autres moments ils m'ont touchée. Je dois dire que mes attentes envers ce roman étaient vraiment élevées étant donné la médiatisation qu'il y a eu et a encore autour de cette saga. De plus, il n'est jamais facile de reprendre un conte et de le moderniser. L'auteure a su relever tous ces défis et à nous garder accrocher et ce, jusqu'à la toute fin.

Définitivement, ce premier tome est un joli coup de cœur et qui soit dit en passant était tout à fait inattendu. J'ai bien hâte de voir si l'auteure saura rester au même niveau de qualité lors des prochains tomes...

Ma note : 4.5/5

vendredi 16 février 2018

Bay Village, tome 2 : Diamant & mauvais karma


Titre : Diamant & mauvais karma
Auteur : Tamara Balliana
Série : Bay Village, tome 2
Genre littéraire : Chick-lit
Année de parution : 2018
Éditeur : Amazon Publishing
ISBN : 978-1542048040
Nombre de pages : 304 pages

En se levant ce matin-là, Julia ne s’attendait sûrement pas à passer une journée aussi éprouvante. Pourtant, tout avait commencé plutôt normalement : son amie Libby était ravie de lui confier ses enfants et Julia était prête à faire contre mauvaise fortune, bon cœur pour aider son amie… Jusqu’à ce que le petit Kyle se blesse et finisse aux urgences, après avoir confié à Julia son « trésor » trouvé dans le bac à sable : un magnifique solitaire!
Très vite, les catastrophes commencent à s’enchainer et Julia réalise que le pouvoir de nuisance de cette bague est proportionnel à la taille de son diamant. Elle n’a, dès lors, plus qu’une idée en tête : s’en débarrasser. Mais d’où vient cette bague et qui l’a perdue? Et surtout, qui est ce bel homme que Julia ne cesse de croiser?

J'avais particulièrement apprécié le premier tome, d'ailleurs l'auteure m'avait agréablement surprise donc lorsque j'ai reçu ce deuxième tome, j'étais plus qu'enchantée.

Cette fois-ci, nous avons la chance de connaître un peu plus Julia. Elle est peintre et quelque peu désordonnée. Elle a des expressions assez singulières lorsqu'elle est en colère et disons, que cela arrive fréquemment depuis quelque temps. En fait, le sort semble s'acharner sur elle depuis qu'elle a en sa possession un magnifique solitaire trouvé dans un bac de sable du jardin d'enfants. Son frère s'est fait arrêter, elle a attrapé une grippe qui dure depuis plusieurs jours, elle a du retard et soupçonne sérieusement d'être enceinte, sans oublier qu'elle a perdu deux emplois!

Matthew est avocat et il est sur le point de demander sa copine en mariage. Cette journée-là, il arrive plus tôt à la maison et découvre Kathleen au lit avec le jardinier. Quelques heures plus tard en sortant d'un bar avec son meilleur ami Noah, ils décident d'aller faire des bêtises au jardin d'enfants. Noah perdra le magnifique solitaire dans le bac de sable. Les jours suivants, Matthew démissionnera de son travail pour devenir associé avec un ami et se séparera définitivement de Kathleen.

Le sort s'acharnant sur Julia, elle décide de retrouver le propriétaire de la bague et ainsi rééquilibrer son karma. Lorsqu'elle arrive devant Matthew, ils se rendent compte que depuis quelques jours déjà, leurs chemins se sont régulièrement croisés. Est-ce que cette bague chercherait à les rapprocher?

Tamara Balliana vient de nous concocter un deuxième tome tout aussi intéressant que le premier. En premier lieu, j'ai bien aimé le fait qu'elle ait divisé le roman en trois parties. Dans la première partie, nous apprenons à connaître Julia et l'intrigue prend place. Ensuite, l'auteure revient au début des événements, mais selon la vision de Matthew. Et finalement, elle termine le roman avec la rencontre de ces deux êtres réunis autour d'un solitaire et nous sentons la tension qui monte entre eux.

Contrairement au premier tome, nous ne sommes pas du tout dans une intrigue policière, mais vraiment au sein d'une jolie romance. L'écriture est plus légère et un brin plus humoristique. Les expressions et le caractère de Julia donnent une belle gamme de couleurs au récit. De plus, il est agréable de retrouver les personnages du premier tome et de voir leur évolution.

Plusieurs passages m'ont fait sourire grâce aux petites touches d'humour que l'auteure a su insérer tout au long du récit et j'ai particulièrement aimé la vision artistique de Matthew face aux œuvres de Julia. Cela m'a émue. Un deuxième tome que j'ai bien aimé et j'ai déjà hâte de découvrir la suite de cette saga.

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Amazon Publishing pour m'avoir fait sourire avec ce roman!


Pour lire la chronique du premier tome, cliquez sur le lien suivant : Coup de foudre & Quiproquos

jeudi 15 février 2018

Agatha Raisin, tome 4 : Randonnée mortelle


Titre : Randonnée mortelle
Auteur : M.C. Beaton
Série : Agatha Raisin enquête, tome 4
Genre littéraire : Policier
Année de parution : 2016
Éditeur : Albin Michel
ISBN : 978-2226322708
Nombre de pages : 243 pages

Après un séjour de six mois à Londres, Agatha retrouve enfin ses chères Cotswolds — et le non moins cher James Lacey. Même si le retour au bercail de son entreprenante voisine ne donne pas l'impression d'enthousiasmer particulièrement le célibataire le plus convoité de Carsely.
Heureusement, Agatha est très vite happée par son sport favori : la résolution d'affaires criminelles. Comme le meurtre d'une certaine Jessica, qui militait pour le droit de passage de son club de randonneurs dans les propriétés privées des environs.
Les pistes ne manquent pas : plusieurs membres du club et quelques propriétaires terriens avaient peut-être de bonnes raisons de souhaiter sa disparition. Mais la piste d'un tueur se perd aussi facilement que la tête ou... la vie!

Si seulement l'agent Bill Wong disait vrai...

Vous mourez d'envie de jouer à nouveau les détectives, Agatha. Alors là, je vous dis : stop! Suivez mes conseils, consacrez-vous à la randonnée. C'est une occupation saine et tranquille. Une randonnée ne risque pas de se terminer par un meurtre.

Agatha est de retour de Londres après avoir terminé son contrat de six mois. À peine a-t-elle déposé ses valises à la maison que voilà Mrs Mason qui vient la voir. Sa nièce Deborah fait partie d'un groupe de randonneur qui milite pour le droit d'accès aux sentiers. Jessica qui était à la tête de leur groupe vient d'être retrouvée morte sur l'un des sentiers. Qui peut bien avoir commis le meurtre? Les soupçons planent sur tous les membres du groupe ainsi que sur le propriétaire de la terre agricole où fut retrouvée la jeune femme. Mrs Mason sollicite donc l'aide d'Agatha en tant que détective.

Agatha est tellement enthousiaste qu'elle accepte avec plaisir. Malgré que James soit froid avec elle depuis son retour de Londres, elle ne peut que profiter de cette situation pour faire à nouveau équipe avec son charmant voisin. Ensemble, ils iront s'installer en ville en tant que M. et Mme Lacey afin de s'intégrer au groupe de randonneurs et ainsi pouvoir démasquer l'assassin. La relation entre Agatha et James ne se déroule pas tout à fait comme elle l'espérait... et pendant qu'ils enquêtent, le meurtrier récidive.

Encore une fois, Agatha et son caractère flamboyant réussissent à nous séduire, à nous faire rire. Par moment, elle est tellement intense que nous pouvons très bien comprendre pourquoi James place une chaise sous la poignée de la porte de sa chambre. Il a tellement peur de retrouver Agatha dans son lit au milieu de la nuit.

Plus sérieusement... j'ai particulièrement apprécié ce quatrième tome pour l'intrigue. Cette fois-ci, il y avait plusieurs suspects possibles et je me suis laissée prendre au jeu de trouver le coupable. D'ailleurs, je me suis plantée royalement. Ce fut une réelle surprise de découvrir quel personnage a commis les meurtres. L'auteure a su tisser des liens autour de ses personnages et plus je pensais avoir trouvé, et plus j'avais tout faux. Même Agatha et James semblaient sur une fausse piste!

La relation entre Agatha et James n'était pas le centre de l'intrigue de ce tome-ci, mais la fin nous laisse supposer qu'il y aura des changements prochainement dans leur relation et que Roy pourrait y jouer un rôle important. Sans vouloir vous en dévoiler plus, disons que tout ce que je peux vous dire c'est que décidément ce récit m'aura vraiment surprise et encore une fois, j'ai bien hâte de lire la suite! Gageons que dans le cinquième tome Agatha réussira encore une fois à se mettre les deux pieds dans le même plat...

Ma note : 4/5

Encore une fois, je remercie chaleureusement la maison d'édition Albin Michel pour cette formidable saga!


Pour lire les chroniques des tomes précédents, cliquez sur le lien désiré :

mardi 13 février 2018

Sorcières et chasseurs, tome 1 : Convoitise


Titre : Convoitise
Auteur : Charlotte Munich
Série : Sorcières et chasseurs, tome 1
Genre littéraire : Fantastique
Année de parution : 2018
Éditeur : Amazon Publishing
ISBN : 978-1503953796
Nombre de pages : 494 pages


Accro à la magie noire, tueuse à gages malgré elle, traquée par une secte… Elle n’avait pas le profil pour sauver un enfant. Leila, jeune sorcière parisienne, a hérité d’une magie singulièrement noire. Elle est cependant obligée d’utiliser cette énergie qui lui grouille sous la peau, sous peine de foudroyer ses proches. Ou ce qu’il en reste. Car les sorcières ont leurs propres prédateurs : des chasseurs qui les poursuivent, les séduisent… et les dévorent pour leur voler leur pouvoir. Le chef des chasseurs parisiens est justement à deux doigts de la repérer. La situation de Leila ne se prête donc pas vraiment au baby-sitting. Lorsqu’une étrange petite fille lui demande de retrouver sa maman, Leila commence par refuser. On ne prend pas une gamine sous son aile quand on est accro à la magie noire. Mais l’enfant n’a personne d’autre, et Leila doit la protéger avec les moyens du bord. Quitte à foncer dans la gueule du loup, à pactiser avec l’ennemi et à céder à l’appel de son plus sinistre grimoire, Convoitise.

Les Choses est en liberté surveillée, Les Gens sort parfois sous bonne garde. Les sorts qu'ils contiennent ne sont déjà guère reluisants. Convoitise est pire encore, et propose essentiellement des abominations : il mérite la prison à perpétuité, dans un quartier de haute sécurité.

Leila a un gros problème depuis que sa sœur Iris a utilisé le grimoire Convoitise. Déjà que l'utilisation de leur grimoire respectif Les Choses et Les Gens est dangereux, Convoitise n'aurait pas dû être sorti du coffre-fort! Depuis qu'elles ont suivi ses conseils, Iris a disparu et Leila voit sa grouille augmenter de jour en jour. Faut dire que l'utilisation de la magie noire a toujours un effet boomerang, un prix à payer dont on ne sait pas exactement ce qu'il en sera...

Voilà qu'une jeune fille, Dita, se présente à sa porte et lui demande son aide pour retrouver sa maman. Comment cette petite sait que Leila a la capacité de la retrouver? Il semblerait que Titus, le père de Leila, soit encore de ce monde et que ce soit lui qui ait envoyé Dita... Entre-temps, une cliente potentielle lui demande un sort que seul Convoitise soit en mesure de réaliser. Elle lui refuse en argumentant qu'elle n'a pas les compétences pour le réaliser, mais la cliente semble penser le contraire et insiste. Et comme si ce n'était pas suffisant, il semblerait que les chasseurs, dont Satie fait partie, soient à la poursuite de Leila. Cela fait un peu trop de coïncidences en même temps au goût de celle-ci. Elle n'a d'autre choix que de consulter sa tante Nora.

Avec toute cette grouille qui la démange, sa sœur qui reste introuvable et la venue d'un prince charmant en Arthur bref, Leila sera-t-elle en mesure d'éviter d'utiliser à nouveau Convoitise? Surtout que la chasse est maintenant commencée....

Au début du récit, j'ai eu une certaine difficulté à bien comprendre le personnage de Leila. Ce concept de grouille n'était pas évident à saisir, c'était un peu flou. En fait, c'était assez simple. Toute cette énergie, ces cafards comme Leila les appellent, n'est en fait qu'un surplus de magie dont elle doit utiliser au péril des gens autour d'elle. Une fois que j'ai saisi tout cela, j'ai pu réellement me plonger dans le récit et apprécier. Et là, ce fut le coup de foudre! Déjà que je suis une mordue de magie et de fantastique, je fus agréablement servie avec ce premier tome.

Charlotte Munich a su créer des personnages hauts en couleur et attachants. Malgré que Leila soit convaincue d'être une mauvaise sorcière, en raison du fait qu'elle pratique la magie noire, il n'en reste pas moins qu'elle s'est laissée attendrir par la petite Dita. D'ailleurs, cette petite m'a fait sourire avec sa maturité et ses répliques envers Leila. Viviane, la reine, est machiavélique et l'on prend plaisir à la détester! Quant à Satie, je ne sais pas trop encore où le situer. Il n'en reste pas moins un chasseur, mais peut-être que dans les prochains tomes, il pourrait bien changer le concept de la chasse aux sorcières.

L'auteure a un sens créatif très élevé. Que ce soit au sujet des potions que Leila fabrique ou bien au niveau de l'intrigue et de ses rebondissements, il ne semble y avoir aucune limite. Son écriture fluide et simple nous permet de nous sentir comme partie prenante au récit et du coup, à mesure que nous avançons dans le récit, nous ne pouvons plus le quitter. Un peu comme si Leila nous avait ensorcelés. Malgré une fin quelque peu simpliste et un début qui fut quelque peu difficile pour moi, il n'en reste pas moins que c'est un joli coup de cœur!

Ma note : 4.5/5

Je tiens à remercier chaleureusement la maison d'édition Amazon Publishing pour m'avoir permis de découvrir cette saga!


J'ai découvert cette saga en même temps que mon amie Stéphanie, cliquez sur le lien suivant si vous désirez lire sa chronique : Convoitise

lundi 12 février 2018

Charley Davidson, tome 3 : Troisième tombe tout droit


Titre : Troisième tombe tout droit
Auteur : Darynda Jones
Série : Charley Davidson, tome 3
Genre littéraire : Bit-lit
Année de parution : 2012
Éditeur : Milady
ISBN : 978-2811208752
Nombre de pages : 413 pages


Détective privé paranormal. Sinistre faucheuse extraordinaire. Peu importe. Charley Davidson est de retour! Et elle boit de grandes quantités de café pour rester éveillée, parce que chaque fois elle ferme les yeux, elle le voit : Reyes Farrow, le mi-humain, mi-mannequin fils de Satan. D’accord, elle a fait emprisonner Reyes pour toute l'éternité. Mais comment est-elle censée résoudre un cas de personnes disparues, traiter avec un médecin à l’ego sur-dimensionné, calmer son père grincheux, et attraper un gang de motards déterminé à assassiner, quand le fils du diable ne veut tout simplement pas renoncer à son plan de séduction... et de vengeance?

La mort vient à ceux qui savent attendre. Ainsi qu'aux autres. Alors, de toute façon...

Cela fait presque deux semaines que Charley n'a pas dormi et du même coup, qu'elle a lié Reyes à son corps. Chaque fois qu'elle s'endort, même quelques minutes, elle se retrouve en compagnie de ce beau ténébreux. Et il est en colère. Il cherche par tous les moyens de convaincre Charley de le libérer. Réussira-t-il à l'amadouer?

Au bureau, Charley vient d'avoir une rencontre avec le Dr Yost. Sa femme a disparu et il a besoin de son aide. En plus, d'être la Faucheuse, Charley peut également détecter les émotions des gens. Du coup, elle sait d'avance que ce cher docteur est impliqué dans cette disparition. Elle décide donc d'enquêter afin de trouver sa femme avant qu'il ne soit trop tard!

Finalement Reyes est tellement enragé envers Charley, qu'il décide de prendre les choses en main et s'évade de prison. Il lui donne le mandat de retrouver son père, celui qu'il a supposément tué il y a de ça dix ans et qui l'a fait enfermer en prison. Se pourrait-il qu'il soit encore en vie?

Pour ce troisième tome, j'ai trouvé que l'auteure maîtrisait davantage son intrigue et ses personnages. J'étais déjà sous le charme de cette saga, mais là, je suis carrément devenue accro.

Nous avons la chance d'apprendre à connaître un peu plus les personnages qui entourent Charley, et ce, à notre plus grand plaisir. La relation d'amitié avec Cookie est tellement rafraîchissante. Leurs répliques me font sourire à chaque fois. Un nouveau personnage est apparu au cours du récit et c'est le beau Donovan. Je suis curieuse de voir si Charley va succomber à son charme pour faire enrager Reyes. Quant à Garrett, malgré qu'il soit un peu plus discret au cours de ces enquêtes que mène Charley, il n'en reste pas moins qu'il est toujours près d'elle pour l'aider, et ce, au péril de sa vie.

Justement, en ce qui concerne les deux enquêtes que mène notre protagoniste, je dois dire que certains éléments étaient prévisibles, mais en même temps, j'ai trouvé que l'auteure a bien aidé son personnage à ce qu'elle soit plus assumée et responsable dans ses actions. Elle se jette quand même devant le danger, mais je l'ai trouvé un peu moins négligente qu'au cours des deux premiers tomes. Toujours est-il que Charley n'a pas le temps de s'endormir. Il y a tellement d'action et de rebondissements que même moi, j'ai eu envie de passer la nuit sans dormir pour terminer le roman.

En ce qui concerne l'avenir de la saga, je dois dire que Darynda Jones sait vraiment nous accrocher. Où s'en va comme ça notre Faucheuse avec cette fameuse guerre qui s'en vient et que tout le monde semble être au courant sauf elle? Et quels pouvoirs a-t-elle et dont elle ne sait pas encore? Sans oublier le fait que son père désire qu'elle ferme son agence et qu'il est prêt à tout pour lui faire entendre raison...

Ma note : 4.5/5

Pour lire la chronique des tomes précédents, cliques sur le lien désiré :

jeudi 8 février 2018

Agatha Raisin, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière


Titre : Pas de pot pour la jardinière
Auteur : M.C. Beaton
Série : Agatha Raisin enquête, tome 3
Genre littéraire : Policier
Année de parution : 2016
Éditeur : Albin Michel
ISBN : 978-2226322693
Nombre de pages : 246 pages


De retour dans les Cotswolds après de longues vacances, Agatha Raisin découvre que son voisin James Lacey, objet de tous ses fantasmes, est tombé sous le charme d'une nouvelle venue au village. Aussi élégante qu'amusante, Mary Fortune est une jardinière hors pair, et la journée portes ouvertes des jardins de Carsely s'annonce déjà comme son triomphe. Mais une Agatha Raisin ne s'incline pas avant d'avoir combattu (quitte à se livrer à l'une de ces petites supercheries peu reluisantes dont elle a le secret)! C'est alors que la belle Mary est retrouvée morte, enfoncée tête la première dans un de ses grands pots de fleurs. De toute évidence, Agatha n'était pas la seule à souhaiter la disparition de sa rivale…

Agatha est de retour au village, une nouvelle habitante s'est installée en son absence et a conquis le beau James et un concours d'horticulture prochainement... il n'en fallait pas plus pour qu'un nouveau meurtre soit commis!

Le retour de vacances d'Agatha ne se déroule pas tout à fait comme elle l'avait prévu. James semble s'être entiché de la nouvelle habitante du village, Mary Fortune. Par contre, Agatha est bien heureuse de retrouver ses amis et ceux-ci semblent également heureux de la revoir et d'écouter ses péripéties de voyage. Le fait qu'elle soit le centre d'attention dérange Mary. D'ailleurs, celle-ci ne se prive pas pour faire quelques remarques désobligeantes.

Au fil des jours, Agatha apprend que Mary et James partagent la même passion. Ils sont mordus d'horticulture. Il n'en fallait pas plus pour qu'Agatha décide d'investir elle aussi dans ce domaine. Elle s'inscrit au club d'horticulture du village, s'achète une serre et bien évidemment, elle s'inscrit au concours! L'esprit de compétition d'Agatha refait surface et il n'est pas question de laisser toute la place à cette nouvelle venue.

Le nouveau concours au village est le sujet présent sur toutes les lèvres des habitants. Surtout depuis qu'un malfaisant s'amuse à détruire les jardins de tous et chacun jusqu'au jour où l'on retrouve un des participants assassinés. Il n'en fallait pas plus pour que notre détective en herbe et son beau James enquêtent!

C'est toujours un immense plaisir de retrouver cette chère Agatha. Dans ce tome-ci, nous avons la chance de la découvrir sous un nouvel angle. Elle est un peu moins caractérielle. Elle-même se rend compte à quel point elle s'est attachée aux gens du village.

Encore une fois, elle m'a bien faire rire. Il n'y a qu'elle pour avoir de telles pensées et décider de s'inscrire à un concours d'horticulture alors qu'elle ne connaît aucun nom de fleurs. Il est agréable de voir évoluer la relation entre Agatha et James. C'est à se demander s'ils vont finir ensemble ces deux-là! Aussitôt qu'Agatha fait un pas en avant, James recule de deux.

Cette fois-ci, l'assassin m'est apparu assez rapidement. L'auteure aurait pu inclure un peu plus de suspense à ce niveau. Quelques rebondissements auraient ajouté un petit plus à l'intrigue. D'ailleurs, le meurtre est survenu quand même assez tard dans le récit. Je crois que l'auteure a privilégié la relation entre Agatha et James au détriment du roman policier.

Malgré tout, j'ai passé un moment vraiment agréable avec nos deux enquêteurs. J'ai bien hâte de lire le prochain tome. J'espère que James va finir par se laisser séduire par sa voisine... pour l'instant, elle est partie à Londres pour un contrat de six mois, il va peut-être s'ennuyer d'elle?

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Albin Michel pour m'avoir fait parvenir la saga complète!


Si vous désirez lire les chroniques précédentes, cliquez sur le lien désiré :

mardi 6 février 2018

Histoires à faire rougir - La collection ultime


Titre : Histoires à faire rougir - La collection ultime
Auteur : Marie Gray
Genre littéraire : Nouvelles/Érotique
Année de parution : 2018
Éditeur : Guy Saint-Jean
ISBN : 978- 2897584740
Nombre de pages : 728 pages

Avec UN MILLION d’exemplaires vendus à travers le monde et des traductions en quatorze langues, les Histoires à faire rougir de Marie Gray sont les ultimes classiques du genre.
Vingt ans après leur lancement, ces nouvelles incontournables sont toujours actuelles et continuent de séduire de toutes les générations. Pas étonnant: la volupté, l’érotisme « classe » et l’imagination exubérante (avec une petite touche d’humour coquin) sont indémodables!
Cette compilation est le cadeau parfait pour découvrir, redécouvrir ou faire découvrir l’érotisme charmant et émoustillant à souhait – made in Québec! – qui a fait la renommée de Marie Gray.

Marie Gray s'est fait connaître avec la saga Histoires à faire rougir dans les années 90 et le succès fut immédiat. Elle était la première auteure de littérature érotique et de surcroît québécoise dont tout le monde parlait. C'est à cette époque que j'ai découvert ses livres. J'étais donc bien heureuse de m'y replonger, vingt ans plus tard avec cette version intégrale et revisitée!

Ce que l'on retrouve de particulier au sein de ces nouvelles, ce sont les petits twists surprenants à la fin de chacune d'entre elles. Marie Gray a le don de nous surprendre à chaque fois. Elle réussit à intégrer quelques brins d'humour dans ses récits torrides et chaque fois, cela m'a fait sourire.

Il est impossible de ne pas y trouver son compte. Cette collection ultime regroupe pas moins de 41 nouvelles.

Par exemple, au sein de la première nouvelle Les lumières de la ville, nous y retrouvons un couple qui vient d'emménager dans un nouvel appartement et découvre que leur voisine reçoit bien souvent de la visite intéressante. Il y a plusieurs avantages aux grandes fenêtres...

Il y a également cette nouvelle Faiblesse passagère où notre protagoniste envoie des courriels à son amie pour lui dire à quel point elle fantasme sur le nouvel employé au bureau. Cette nouvelle m'a bien fait rire en lisant le dernier paragraphe. Une fin surprenante et hilarante!  

Certaines nouvelles sont plus explicites que d'autres, plus torrides aussi tandis que nous pouvons également y trouver des moments où la tendresse et la délicatesse sont au rendez-vous. Mais au centre de toutes ces nouvelles, les fantasmes sont omniprésents. Fantasmes que nos protagonistes rêvent en secret ou bien qu'ils ont parfois l'opportunité de réaliser! Et bien souvent, le résultat n'est pas celui qu'ils escomptaient...

Le format nouvelles, nous permet d'en lire une ou deux à tout moment. Vous pouvez lire seule, à deux bref, selon vos envies. De quoi réchauffer vos soirées en cette période de l'année!

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Guy Saint-Jean pour m'avoir fait parvenir cette collection ultime!