mardi 22 mai 2018

Dernière danse


Titre : Dernière danse
Auteur : Mary Higgins Clark
Genre littéraire : Policier
Année de parution : 2018
Éditeur  : Albin Michel
ISBN : 978-2226396525
Nombre de pages : 338 pages

Musique, rires et flirts : on n’est pas sérieux quand on a presque dix-huit ans! Kerry profite de l’absence de ses parents pour organiser une grande fête de fin d’année. Ce sera sa dernière danse : au petit matin, le corps sans vie de la jeune fille est retrouvé au fond de la piscine. 
La thèse de l’accident écartée, la famille de Kerry doit se résigner à l’idée qu’elle a été tuée par un membre de son cercle proche. Son petit ami, avec lequel elle s’est disputée pendant la fête? Jamie, le voisin de la famille, dont la mère retrouve une pile de vêtements mouillés dans un coin de sa chambre? Un de ses camarades de classe? 
Aline, sa sœur aînée, qui vient juste d’être nommée conseillère d’orientation dans le lycée de Kerry, est peut-être la mieux placée pour découvrir la vérité. Mais ce sera au péril de sa vie.

Les parents de Kerry étant partis pour le week-end, celle-ci en a profité pour faire une petite soirée entre amis au bord de la piscine avant qu'ils ne partent tous pour leur première année à l'université. Par contre, elle n'avait pas prévu que la soirée se terminerait ainsi.

Comme bien souvent, Kerry s'est disputé avec son petit copain, Alan. Kerry aimait bien le rendre jaloux. Alan a quitté la fête avant qu'elle ne se termine. Après quelques textos assez virulents, il s'est calmé. Il est retourné la voir chez elle alors que tous étaient partis. C'est après l'avoir embrassée qu'il est enfin rentré chez lui. Ce n'est que le lendemain matin qu'il apprendra le décès de sa copine.

Jamie, voisin de la belle Kerry, aurait bien aimé participer à la fiesta mais elle a refusé. Il observait donc la soirée à partir de la fenêtre de sa chambre. Il a vu Alan quitter le jardin et surtout, il a vu le Grand Bonhomme venir la frapper. Il fut témoin du meurtre crapuleux de Kerry sans vraiment en prendre conscience. Ensuite, elle est tombée dans la piscine, mais pour Jamie c'était l'occasion rêvée pour aller nager avec elle. Il est allé la rejoindre dans la piscine, mais elle ne voulait pas nager avec lui. Maintenant, il avait mouillé ses baskets neuves, sa mère ne serait pas contente du tout!

Ce n'est que le lendemain matin que Kerry fut retrouvée morte dans sa piscine. Les policiers ont également découvert un club de golf sur la terrasse. Ce serait l'arme du crime et il y a plusieurs empreintes sur le manche. À qui appartiennent les empreintes? Pour l'inspecteur Wilson, les indices s'accumulent... saura-t-il faire le tri et arrêter le bon meurtrier? Aline, la sœur de la victime et conseillère au lycée, l'aidera dans ses recherches. Il y a probablement une élève qui sait quelque chose...

En s'éloignant, il rumina le fait qu'un nouveau suspect venait d'apparaître dans l'affaire Kerry Dowling.

Encore une fois, Mary Higgins Clark sait comment s'y prendre pour nous concocter un bon roman policier! Contrairement à ces autres récits, j'ai trouvé celui-ci un peu différent, et ce, pour plusieurs raisons.

En premier lieu, ce sont les personnages qui m'ont le plus surprise. Il y a Jamie avec sa différence et le rôle de sa mère cardiaque qui tente de le protéger autant des autres que de lui-même. L'auteure nous a amené un personnage authentique et attachant. Elle a su le faire cadrer à merveille dans son enquête. Les points de droit amenés autour de Jamie et de sa mère démontrent le message que l'auteure a voulu faire passer par le biais de ce roman.

Il y a également l'inspecteur Wilson qui m'a semblé prêt à tout pour trouver l'assassin. Sans vouloir entrer dans les détails, je trouve assez surprenant que celui-ci ait demandé expressément de l'aide à Aline. Celle-ci n'hésite pas à briser le lien de confidentialité entre le lycée, les élèves et son rôle de conseillère.

L'enquête nous amène sur diverses pistes. À un moment donné, nous nous sentons un peu comme l'inspecteur, déroutés et empressés de vouloir trouver des preuves supplémentaires, car il y a plusieurs suspects possibles. Qui a bien pu commettre le crime? J'ai eu quelques soupçons dès le début de l'enquête, mais bon... je ne vous en dirai pas plus! N'empêche que j'ai dévoré les cent dernières pages tellement j'ai trouvé l'intrigue addictive.

Malgré que je me sois attachée à certains personnages et que j'ai trouvé l'enquête policière intéressante, il n'en reste pas moins que j'ai l'impression qu'il manquait un petit quelque chose pour que ce roman soit un coup de cœur. Mais au final, j'ai passé un agréable moment grâce à cette auteure de talent!

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Albin Michel pour m'avoir permis de lire un autre récit de cette auteure!



lundi 21 mai 2018

Ensemble, maintenant, pour toujours


Titre : Ensemble, maintenant, pour toujours
Auteur : Emily Blaine
Genre littéraire : Romance
Année de parution : 2018
Éditeur  : Harlequin
ISBN : 978-2280391368
Nombre de pages : 380 pages

Elle est la femme de sa vie. 
Il doit juste la convaincre qu’il est l’homme qu’il lui faut. 
Théo sait tout de Summer : il a passé une partie de sa jeunesse à la protéger de son père violent, à la tirer des pires situations. Peu à peu, il est tombé amoureux d’elle, de l’éternelle optimiste et de la femme forte qu’elle est devenue. Summer a quant à elle toujours refusé une histoire avec lui : ses relations avec les hommes sont chaotiques et leur amitié est trop précieuse pour qu’elle coure le risque de l’abîmer. Respectueux de ce choix, Théo est resté à distance : il a veillé sur elle, en protecteur discret et bienveillant. Mais, grâce à son frère Jérémiah, il prend conscience qu’à trop attendre, il pourrait bien perdre la femme de sa vie... S’il veut un jour être heureux, il doit prendre les choses en main et convaincre Summer qu’il est l’homme qu’il lui faut.

D'emblée, je tiens à préciser que ce roman est, en quelque sorte, une suite de Toi, Moi, Maintenant ou Jamais. Sans que celui-ci soit absolument nécessaire à la lecture du présent récit, il n'en reste pas moins que l'on y retrouve les mêmes personnages et qu'au lieu de centrer l'intrigue autour de Charlotte et Jeremiah, l'auteure nous présente une jolie romance entre Théo et Summer.

Summer travaille pour une grande firme et l'image de sa ville natale lui fait face tous les jours au bureau. Le but étant de se rappeler continuellement d'où elle vient et le chemin qu'elle a parcouru pour y parvenir. Pour ne jamais oublier cette enfance difficile avec une mère dépressive et un père alcoolique et violent. Elle est fière de tout ce qu'elle a accompli. Par contre, au fil des ans, elle a su se créer une carapace qui l'empêche de se laisser aller. Tout doit être contrôlé et analysé.

Théo est le meilleur ami que Summer ait pu avoir au cours de sa vie. Le seul en qui elle a confiance. Malgré que leurs chemins se sont séparés pendant près de dix ans, en raison de l'accident de Théo, il n'en reste pas moins que depuis qu'ils se sont retrouvés, leur amitié est toujours aussi profonde et authentique. Pour Théo, il est plus que temps de bousculer un peu Summer. Il l'aime, il se sait profondément amoureux d'elle. Mais va-t-elle jouer son avenir sur une partie de poker? Va-t-elle enfin décider de perdre le contrôle pour laisser l'amour entrer dans sa vie?

— On fera ce que tu veux, Summer. Tout ce que tu veux, ajoutai-je en m'approchant d'elle. Mais je ne veux plus mentir. Tu me plais. Tu me plais depuis des années et je ne vais pas renoncer à toi parce que tu souhaites préserver notre amitié.

C'est le deuxième roman que je lis d'Emily Blaine et sincèrement, celui-ci est franchement meilleur que All I want for Christmas.

Les personnages sont vraiment bien approfondis. La personnalité de Summer cadre à merveille avec son vécu. L'auteure n'a pas cherché à en mettre trop et a su bien doser les impacts que cette enfance défavorisée et dysfonctionnelle a eus sur sa vie d'aujourd'hui. Il est facile de comprendre que Théo ait voulu prendre soin d'elle. D'ailleurs, Théo est le parfait gentleman dont toutes les femmes rêvent. Il est attentionné, patient et à l'écoute. Il prend soin de Summer au point peut-être d'en faire un peu trop?

L'auteure fait évoluer la relation entre nos deux protagonistes, sans brusquer Summer. Combien de fois voyons-nous des romances où les personnages s'entredéchirent avant de tomber dans les bras l'un de l'autre? Ici, ce n'est pas le cas et c'est tant mieux! Nous avons la chance de voir Théo la séduire à sa manière. Tout nous semble réaliste et plausible. Du coup, nous ne pouvons faire autrement que d'adhérer à cette jolie romance. Par contre, nous sentons bien le côté prévisible de l'intrigue. Il n'y a pas d'élément de surprise ou de rebondissement à nous couper le souffle. Tout coule en douceur.

Je n'ai pas lu Toi, Moi, Maintenant ou Jamais et malgré cela, j'ai pu apprécié ce récit. Par contre, si vous avez une chance de le lire avant celui-ci, je vous le conseille fortement. De plus, je reste avec le sentiment que l'auteure prévoit écrire un autre roman avec ces personnages. On sent qu'il se passe quelque chose entre David, le frère de Summer, et Gemma. Emily Blaine va-t-elle nous revenir avec une suite?

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Harlequin pour cette jolie romance!



samedi 19 mai 2018

Les contes interdits, tome 7 : Le petit chaperon rouge


Titre : Le petit chaperon rouge
Auteur : Sonia Alain
Série : Les contes interdits, tome 7
Genre littéraire : Horreur
Année de parution : 2018
Éditeur : Ada
ISBN : 978-2897864101
Nombre de pages : 205 pages

Une vieille Tsigane en communication avec des esprits, condamnée à une fin tragique pour avoir découvert la vérité au sujet de sa fille. Une enfant retrouvée dans les bois, devenue plus tard une séductrice avide de vengeance. Un groupe d’hommes aux moeurs vicieuses, semant l’horreur sur leur passage. Un sergent de police acharné, tentant d’endiguer une série de meurtres barbares à caractère sexuel. Un loup rôdant dans la nuit, à la recherche d’une proie délectable.


C'est lors de la dédicace pour ce conte que Sonia Alain m'a avertie que ce récit était assez loin de ce qu'elle écrit habituellement. Que celui-ci était glauque et sombre. Eh bien, je vous confirme que c'est effectivement le cas!

Angelika n'avait que neuf ans lorsque sa grand-mère fut assassinée par six hommes pervers et violents. Comme si cela ne suffisait pas, ils voulaient également s'en prendre à la jeune fille. Ils ont relâché des rottweilers dans la forêt en espérant la retrouver. Malicia étant tsigane, elle savait le triste sort qui l'attendait. Elle avait donc fait en sorte de protéger sa petite-fille en l'éloignant de leur demeure. Angelika fut retrouvée quelques jours plus tard. C'est son loup qui l'a protégé. N'ayant plus de famille, la jeune fille fut placée en centre d'accueil.

Ce n'est qu'à l'âge de 18 ans lorsqu'Angelika sortit du centre que l'avocat de Malicia l'a pris sous son aile afin de la protéger des meurtriers de sa grand-mère. Pendant trois longues années, Angelika s'est préparée afin de pouvoir venger non seulement sa grand-mère, mais également sa mère. Le plan est maintenant prêt.

Elle se fait appeler La Louve et a décidé de devenir escorte afin de pouvoir approcher plus facilement les six chasseurs. Ces six hommes pervers et pédophiles. Pour qui le trafic de jeunes filles leur rapporte beaucoup d'argent. Ils utilisent également ces jeunes filles pour combler tous leurs vices. Pour La Louve, le moment est parfait pour mettre son plan à exécution. Elle devra le faire rapidement et avec beaucoup de doigté pour les faire souffrir. Mais la vengeance lui apportera-t-elle la paix?

La lumière et l'ombre font partie d'un tout. Il est facile de franchir la limite qui les sépare l'une de l'autre. Celle-ci est si mince... Plusieurs l'ont compris trop tard.

Je suis à la base une grande fan des contes revisités. Les contes originaux ayant bercé mon enfance, je suis bien heureuse de pouvoir les relire en version pour adultes. Par contre, je suis une vraie froussarde et je dois dire que j'hésitais énormément à lire Les Contes Interdits. Je me suis donc lancée dans ce premier conte exclusivement en raison du fait que j'admire le talent et la plume de l'auteure.

Le petit chaperon rouge est très loin des romances que Sonia Alain a l'habitude de nous offrir. Après avoir lu le premier quart de ce récit, je me suis dit que finalement il n'était pas si glauque que cela... je n'avais pas encore lu la suite!

Ce n'est pas un conte à lire à vos enfants avant de s'endormir. Effectivement, il y a certaines scènes qui sont assez violentes, mais pour ma part, c'est surtout les scènes d'agressions sexuelles qui m'ont coupé le souffle. Et même si parfois ces scènes ne sont que des pensées perverses de ces chers chasseurs, il n'en reste pas moins qu'elles sont violentes et dégradantes. J'ai réellement ressenti des frissons de frayeur. Sincèrement, je n'aurais jamais pu imaginer que l'auteure avait une telle créativité. Elle m'a surprise! Je n'ai rien contre les scènes d'érotisme ou de BDSM dans un récit, mais là, nous sommes complètement ailleurs. Cela rejoint à la perfection le côté glauque et sombre des contes interdits.

En ce qui concerne l'intrigue, je suis agréablement surprise. J'ai particulièrement aimé le petit côté tsigane qui amène une aura de mystère autour de notre protagoniste, mais également autour d'Olivier, ce policier qui cherche à mettre la main sur le réseau de pédophiles. D'ailleurs, ce personnage m'a beaucoup plu. Il n'est pas tout blanc, ni tout noir. Également, il y a le personnage secondaire de la jeune fille gothique qui ajoute du mystère. Elle apparaît et disparaît assez soudainement, et tout cela, pour venir en aide à Angelika et Olivier.

Au final, j'ai ressenti quelques frissons de frayeur parfois même de dégoût, mais tel n'est pas le but de ce type de conte? Donc mission accomplie pour l'auteure! Maintenant, la question est : vais-je oser lire un autre conte interdit?

Ma note : 4/5

mercredi 16 mai 2018

Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki

Titre : Tsubaki
Auteur : Aki Shimazaki
Série : Le poids des secrets, tome 1
Genre littéraire : Contemporain
Année de parution : 2005
Éditeur : Babel
ISBN : 978-2742757909
Nombre de pages : 115 pages

Dans une lettre laissée à sa fille après sa mort, Yukiko, une survivante de la bombe atomique, évoque les épisodes de son enfance et de son adolescence auprès de ses parents, d'abord à Tokyo puis à Nagasaki. Elle reconstitue le puzzle d'une vie familiale marquée par les mensonges d'un père qui l'ont poussée à commettre un meurtre.
Obéissant à une mécanique implacable qui mêle vie et Histoire, ce court premier roman marie le lourd parfum des camélias (tsubaki) à celui du cyanure. Sans céder au cynisme et avec un soupçon de bouddhisme, il rappelle douloureusement que nul n'échappe à son destin.

Il y a des cruautés qu'on n'oublie jamais. Pour moi, ce n'est pas la guerre ni la bombe atomique.

Tsubaki est un court récit qui raconte beaucoup, mais en peu de mots, en peu de pages. L'auteure nous permet de bien saisir ce que la Seconde Guerre mondiale a eu pour effet sur le peuple japonais. La vision des événements nous est amenée sous un angle tout à fait différent de celui que l'on nous donne dans les médias et autres médiums de communication.

Également, Tsubaki est un récit sur la famille. Les secrets qui s'y cachent et que certains portent sur leurs épaules tout au long de leur vie. Aujourd'hui, la matriarche est décédée. Lors de la lecture du testament, sa fille Namiko reçoit une lettre manuscrite de celle-ci. Sa mère ne lui a jamais raconté son enfance, mais là, elle se livre à cœur ouvert.

Nous lisons donc cette lettre avec Namiko et nous découvrons ainsi l'enfance de cette femme. Les épreuves qu'elle a vécues et les secrets qui ont pesé sur sa conscience tout au long de sa vie. Et effectivement, la cruauté peut se cacher dans le quotidien des gens. Nous découvrons également que Yokiko avait un demi-frère. Qui est-il? Pourquoi sa mère n'a jamais parlé de celui-ci? Et comment faire pour le retrouver?

Aki Shimazaki nous dévoile son talent à travers ce petit bijou. Chaque mot est choisi avec soin et avec délicatesse. Il y a également une certaine poésie et cela m'a surprise étant donné que le français n'est pas sa langue maternelle. Enfin bref, ce premier tome est non seulement une belle découverte, mais également il porte à réflexion. À suivre...

Ma note : 4/5

mardi 15 mai 2018

Sorcières et chasseurs, tome 2 : Harmonie


Titre : Harmonie
Auteur : Charlotte Munich
Série : Sorcières et chasseurs, tome 2
Genre littéraire : Fantastique
Année de parution : 2018
Éditeur : Amazon Publishing
ISBN : 978-1503953819
Nombre de pages : 508 pages

Après avoir échappé de justesse aux chasseurs, Leila tente de reconstruire sa vie partie en fumée. Elle doit plus que jamais rester discrète, car chasseurs et sorcières ont entamé d’improbables négociations de paix pour éradiquer la magie noire. Envoyée en Bretagne en mission diplomatique auprès de Cassandra, la mère de la petite Dita, elle découvre que Dita a joué avec le feu. Prête à tout pour rompre sa solitude, la fillette s’est servie de pouvoirs peu recommandables. Mais chaque sort a un prix dont il faut, tôt ou tard, s’acquitter.
Alors que le village est troublé par de violentes manifestations magiques, Leila se doit d’intervenir pour empêcher une chasse aux sorcières. Ses efforts l’amènent sur la piste d’un puissant grimoire de magie blanche, Harmonie, qui porte bien mal son nom. Privée du soutien de son chevalier blanc Arthur, elle doit s’allier avec son ennemi mortel, Satie, l’ancien patron des chasseurs.
De Paris à la Bretagne, entre envoûtements, faux-semblants et quête identitaire, Harmonie explore les complexités d’une magie ni tout à fait noire, ni tout à fait blanche.


Le syndicat des praticiennes se retrouve avec une nouvelle présidente à sa tête et du côté des chasseurs Satie fut également remplacé. Est-ce pour le mieux? Quel impact cela aura-t-il sur Leila et la communauté des sorcières?

Depuis qu'Elizabeth est à la tête du syndicat, un nouveau mouvement prend vie. Elle a fait une alliance avec les chasseurs afin de cesser la chasse aux sorcières. En échange, elle s'assure que les sorcières n'utilisent plus de magie noire. Du coup, les sorcières lui apportent leur grimoire. La communauté ainsi réunie fait en sorte de brûler ces grimoires dangereux. Mais Leila n'est pas convaincue que c’est là une très bonne idée. Surtout depuis que le chef des chasseurs, Duncan, est aussi pressé de voir ses grimoires.

Elizabeth tente par tous les moyens de rallier les sorcières à sa vision et demande à Leila d'aller convaincre la mère de Dita afin qu'elle puisse rejoindre leur communauté. Pour Leila c'est l'occasion rêvée pour se rapprocher de la petite fille. Surtout qu'elle a le pressentiment que Cassandra a laissé sa fille utiliser Convoitise.

Tout ce que Leila avait prévu de faire en arrivant au village où demeure Cassandra et Dita ne semble pas vouloir se réaliser. Tout le village est en pleine pagaille depuis que Dita a effectivement utilisé Convoitise pour se faire une amie. Et comme si ce n'était pas assez, Leila se retrouve face à face avec Arthur. Mais que fait-il dans ce village perdu? Et qui est cette Lorraine qui prend soin de lui? D'ailleurs, elle semble prendre soin de tout le village... serait-ce elle qui a le jumeau de Convoitise, ce grimoire de magie blanche Harmonie? Comme si ce n'était pas assez troublant, il y a Satie qui rôde autour d'elle. Elle ne sait pas s’ils vont s'entretuer ou bien allier leurs forces. 

Toi qui braves l'ordre établi en t'associant avec ton pire ennemi, tu ouvres une nouvelle voie dangereuse, étroite comme le chas d'une aiguille. Cet homme sera ton allié et ta chute, ton familier et le coup de couteau entre tes omoplates. Utilise-le, mais méfie-toi de ses désirs profonds. Il t'amènera au succès et à la catastrophe.

Il aurait été fort possible que le deuxième tome ne soit pas à la hauteur du premier. Cela arrive fréquemment, mais ce n'est vraiment pas le cas! Charlotte Munich a dû, elle-même, utiliser un peu de magie pour réussir à envoûter autant la lectrice que je suis. Sérieusement, j'ai replongé dans l'univers de Leila avec un immense sourire aux lèvres.

Notre protagoniste a le don pour semer la pagaille autour d'elle. J'aime toujours autant sa personnalité flamboyante et son petit côté frondeur. Malgré qu'elle ait la peur au ventre, elle n'hésite pas une seule seconde à se jeter sur le danger. À plusieurs reprises au cours du récit, elle se considère comme étant un monstre, mais en fait, l'auteure nous fait voir aussi son côté lumineux. Rien n'est tout noir, rien n'est tout blanc.

J'ai bien apprécié la façon dont Charlotte Munich réussit à réintroduire les personnages du premier tome au cours de ce deuxième récit. Elle le fait avec beaucoup de doigté et tout coule facilement. Elle sait comment manier son intrigue autour de ses personnages.

Quant à l'intrigue, assurément on ne s'ennuie pas une seule seconde. Il y a moins de potions, mais tout autant de magie, de grouille et de cafards. En fait, il y a de l'action mur à mur. Les événements s'enchaînent à une vitesse folle et l'on reste accrocher du début jusqu'à la fin. D'ailleurs en tournant la dernière page, nous restons comme suspendus et n'avons qu'une hâte soit celle de poursuivre cette saga. J'ai vraiment le goût de savoir où l’auteure va nous emmener lors du prochain tome maintenant que Satie, Arthur et Leila ne sont plus ensemble... et que Convoitise a fait en sorte de lier ces deux hommes à notre chère protagoniste!

Ma note : 4.5/5

Je tiens à remercier chaleureusement la maison d'édition Amazon Publishing pour m'avoir permis de poursuivre la lecture de cette merveilleuse saga!



Pour lire la chronique du premier tome, cliquez sur le lien suivant : Convoitise

dimanche 13 mai 2018

Maman a tort


Titre : Maman a tort
Auteur : Michel Bussi
Genre littéraire : Thriller
Année de parution : 2016
Éditeur  : Pocket
ISBN : 978-2266265843
Nombre de pages : 543 pages

Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit. Il est le seul… Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s’effacent. Ils ne tiennent plus qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche. Le compte à rebours a commencé. Avant que tout bascule. Que l’engrenage se déclenche. Que les masques tombent. Qui est Malone?

Depuis des mois que je vois et lis des chroniques sur les romans de Michel Bussi et malgré l'enthousiasme qui semble commun à tous, j'hésitais encore. Pourquoi? En fait, aucune raison particulière! Mais là, je me suis laissée porter par son univers et je dois dire que j'en ressors agréablement surprise.  

Malone est un petit garçon tout à fait mature pour son âge et bien articulé. Il est vrai qu'il se trimbale un peu partout avec sa peluche Gouti. Il est incapable de s'en départir, car celle-ci lui raconte sa vie d'avant, celle avec sa vraie maman. Pas cette vie avec Maman-da, malgré que celle-ci soit gentille et prenne bien soin de lui. Malone fait des cauchemars, il dort peu la nuit. Toujours les mêmes rêves qui reviennent. Est-ce seulement des cauchemars ou bien des souvenirs de sa vie d'avant?

Vasile Dragonman est le psy du petit Malone et pour lui cela ne fait aucun doute. Malone dit la vérité et il a besoin d'aide pour retrouver sa mère, mais il semblerait que ce ne soit pas aussi simple. Plusieurs personnes semblent couvrir la famille Moulin. C'est sa copine Angie qui lui recommandera de prendre contact avec la commandante Augresse. Est-ce que celle-ci le croira et voudra bien l'aider?

Pour Marianne Augresse, sa priorité est de retrouver Timo Soler, cet individu qui se cache depuis plusieurs mois. Lui et sa bande ont braqué un magasin de luxe. Non seulement Timo leur a échappé, mais le butin n'a jamais été retrouvé. De plus, la commandante soupçonne fortement qu'il aurait pu y avoir un quatrième membre, mais pour l'instant, le plus important est de mettre la main sur ce Timo!

Tout de même, il y a quelque chose qui dérange Marianne dans le récit de ce petit Malone. Entre la recherche de Timo et celle de la mère de Malone, les cadavres se multiplient et les gens impliqués également. Et si Malone disait vrai? Et pourquoi a-t-elle l'impression qu'il y a un lien entre ces deux enquêtes?

Des milliers d'étoiles dans le ciel, Des milliers de fleurs au jardin, Des milliers d'abeilles sur les fleurs, Des milliers de coquillages sur la plage, Et seulement, seulement une maman.

Malgré que l'auteur ait pris la décision de nous dévoiler certains éléments de résolution de l'enquête au cours du premier chapitre, avant de faire un retour en arrière, il n'en reste pas moins que je suis stupéfaite par la fin du récit.

Dès le début, l'intrigue m'a complètement captivée. J'étais un peu dans le flou et je me posais une panoplie de questions. J'avais hâte d'en savoir un peu plus sur les raisons de la présence de Malone au sein de la famille Moulin. Pourquoi était-il là, mais surtout où était sa vraie maman? Et plus l'on avance et plus l'enquête devient addictive. J'ai littéralement dévoré les cent cinquante dernières pages! De plus, les histoires de Gouti sont tout à fait originales et piquent notre curiosité. Nous sentons qu'il y a un lien avec la réalité...

Quant aux personnages de ce thriller, j'ai eu beaucoup de difficultés à adhérer à celui de la commandante Augresse. Il y a un élément principal dans sa personnalité qui m'a profondément contrariée. Elle est à l'aube de la quarantaine et elle cherche un homme pour lui faire un bébé. Tout au long du récit, j'avais l'impression qu'elle regardait les hommes comme s'ils étaient tous du bétail. Ses pensées m'ont dérangée à un point tel que je n'ai pas accroché à son personnage.

Je suis restée accrochée à ce roman en raison de la qualité de l'intrigue, mais aussi en raison du personnage de Malone. Il y a quelque chose d'irrésistible dans ce petit bout de chou. Il y a également le personnage d'Angie qui m'a charmée malgré qu'elle ne soit pas mise de l'avant. En fait, elle m'a surprise par son ingéniosité.

Finalement, je ressors de ce thriller avec une envie de découvrir les œuvres de cet auteur. Je comprends un peu plus l'engouement qui entoure ces récits.

Ma note : 4/5

samedi 12 mai 2018

La fille de Maggie


Titre : La fille de Maggie
Auteur : Joanna Goodman
Genre littéraire : Littérature Contemporaine
Année de parution : 2018
Éditeur  : Guy Saint-Jean
ISBN : 978-2897584719
Nombre de pages : 408 pages

Les parents de Maggie, un commerçant anglophone des Cantons de l’Est et son épouse francophone, ont des ambitions pour leur fille aînée. Qu’elle s’amourache de Gabriel Phénix, un jeune fermier, est donc inacceptable. Qu’elle tombe enceinte à quinze ans? La honte. Sans autre forme de procès, Maggie est forcée de « reprendre le droit chemin » et d’abandonner cette petite Élodie qu’elle adorait avant même de la connaître.
À l’institut psychiatrique où elle se retrouve, Élodie est soumise, comme des milliers d’orphelins de Duplessis, à une existence tragique. Invisible et abandonnée de tous, elle parvient, à force de détermination et de résilience, à endurer les horribles sévices qui lui sont infligés. Enfin libérée à l’âge de dix-sept ans, elle est projetée sans repères dans un monde inconnu et terrifiant.
Au fil des ans, les destinées de Maggie et d’Élodie s’entrecroisent sans se toucher. Maggie, qui a épousé un homme plus convenable, n’a jamais oublié sa fille; aussi, lorsque l’occasion se présente de renouer avec Gabriel, le passé la rattrape brutalement. Elle doit à tout prix retrouver son enfant et laisser éclater l’horrible vérité qui leur a volé, à toutes les deux, la vie qu’elles auraient dû vivre.

Le synopsis dévoile tout... ou presque de l'intrigue. Il n'y a pas de grand suspense à vous couper le souffle. Si tel est votre attente, vous serez déçus. Par contre, si vous cherchez un roman qui vous fera vivre des étincelles en terme d'émotions, je vous le conseille fortement. Pour moi, ce fut un réel feu d'artifice que j'ai ressenti en suivant le parcours de Maggie et d'Élodie!

La fille de Maggie est le récit d'une mère qui ressent un vide immense depuis qu'on lui a enlevé sa fille et qui se promet de tout faire pour la retrouver. C'est également le récit d'une enfant qui aura une enfance extrêmement difficile au sein de l'orphelinat où elle sera envoyée et à plusieurs fois, les événements relatés par Joanna Goodman m'ont fait passer de la tristesse à la colère.

Dès les premières pages, l'auteure nous démontre avec justesse le contexte sociopolitique de l'époque au Québec. Et cela aura un impact majeur sur la vie de Maggie. Cette jeune fille qui doit parler français à la maison, mais dont le père veut qu'elle suive ses études à l'école anglophone, mais surtout, qu'elle se comporte comme une vraie Anglaise. On ressent le déchirement de cette enfant entre ses deux parents. Quelle n'est pas la déception du père de constater que sa fille bien-aimée, sa fleur sauvage, se retrouve enceinte du jeune fermier canadien-français d'à côté!

Une fois que la fille de Maggie, Élodie, lui sera enlevée, et ce, sans qu'elle ait pu la serrer dans ses bras, nous sentons que notre protagoniste ne sera plus jamais la même. Par la suite, l'auteure nous amène également au sein de l'univers d'Élodie. Sous le règne de Duplessis, les religieuses et le gouvernement provincial décident de convertir les orphelinats en hôpitaux psychiatriques afin d'obtenir une subvention du gouvernement fédéral.

... Nous sommes maintenant un hôpital psychiatrique. Il n'y a plus d'orphelinat ni d'orphelins. À partir d'aujourd'hui, vous êtes des malades mentales...

Dès ce jour, les jeunes filles non désirées n'iront plus à l'école et devront travailler. Pour Élodie ce n'est que le début de l'enfer. Les événements relatés par l'auteure sont puissants et troublants. Personnellement, cela m'a bouleversée et fait enrager. Ces passages ne sont pas faciles à lire et je reste avec une panoplie de questions. C'est tellement inconcevable... pour quelle raison fait-on subir de tels sévices à de jeunes enfants? Mon cœur de mère n'arrive pas à comprendre.

Il est difficile de ressortir de ce récit et de pouvoir en dire que ce fut un coup de cœur tellement le récit est sombre. Il m'a chaviré le cœur et je sais qu'il restera gravé dans ma mémoire encore bien longtemps. Un roman vibrant d'émotion qui prouve qu'au-delà de la noirceur, il y a toujours de la lumière qui finit par apparaître là où on s'y attend le moins!

Ma note : 4.5/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Guy Saint-Jean pour ce récit bouleversant!



mercredi 9 mai 2018

Chère Mrs Bird


Titre : Chère Mme Bird
Auteur : A.J. Pearce
Genre littéraire : Littérature Contemporaine
Année de parution : 2018
Éditeur : Belfond
ISBN : 978-2714478047
Nombre de pages : 354 pages

Londres, 1941. À vingt-quatre ans, Emmy n’a qu’un rêve : devenir reporter de guerre. Un rêve qui semble sur le point de se réaliser lorsque la jeune femme décroche un poste au London Evening Chronicles. Enfin, Emmy va pouvoir entrer dans le vif du sujet, partir sur le front, se faire un nom au fil de la plume! Las, c’est un poste d’assistante à la rédaction du magazine féminin Women’s Day qui lui est offert.
Sa mission : répondre aux courriers des lectrices adressés à Mme Bird, la rédactrice en chef. Mais attention, la terrifiante Mrs Bird est très stricte, et seules les demandes les plus vertueuses se verront offrir une réponse expéditive dans le poussiéreux journal. Un cas de conscience pour la jeune journaliste qui refuse d’abandonner ses concitoyennes en mal d’amour et de soutien amical. Alors que Londres sombre peu à peu sous les bombes, Emmy va mettre sa carrière en jeu pour venir en aide aux femmes restées seules à l’arrière. L’heure de la résistance féminine a sonné!


Emmeline, alias Emmy, rêve depuis toujours d'être reporter de guerre. Alors qu'elle envoie sa candidature pour un poste au Evening Chronicles, elle croit être près de réaliser son rêve. Ce n'est que lors de sa première journée de boulot, qu'elle réalise qu'en fait elle sera assistante pour le magazine féminin Woman's Friend. Faut bien commencer quelque part n'est-ce pas? Au moins, elle est déjà dans la bâtisse!

Le poste d'assistante n'est pas tout à fait ce qu'elle espérait. En réalité, elle se voit dans l'obligation de trier le courrier de Mrs Bird. Les lectrices lui envoient leurs Problèmes et Mrs Bird leur répond mais pour Emmy, c'est tout un travail de sélection qui l'attend. Car voyez-vous Mrs Bird est, disons, assez intransigeante et n'accepte que le courrier de Gens Fréquentables. Plusieurs sujets sont à proscrire... presque tous en fait!

Du coup, Emmy prend le sort de ces jeunes, et moins jeunes, femmes sur ses épaules. Elle subtilise les lettres et répond à ces lectrices en cachette. Elle va même jusqu'à échanger les textes de Mrs Bird qui seront à paraître au magazine... croyez-vous qu'elle s'en sortira indemne?

Au cours de ces jours qui passent, la guerre continue et toutes les nuits les bombes fauchent des vies. Entre son bénévolat à la caserne de pompiers, son boulot et le mariage de sa meilleure amie Bunty, Emmy tente d'aider son prochain, mais y parviendra-t-elle sans y laisser des plumes?

Au premier abord, l'auteure nous situe bien le contexte dans lequel évolue notre protagoniste. Nous sommes au début de la Deuxième Guerre mondiale et Hitler tente carrément de détruire Londres et ses environs. L'auteure nous expose également avec beaucoup de justesse le vécu de ces femmes qui attendent leur mari, leur fils partis à la guerre. Ses mêmes femmes qui restent à la maison et qui font tout ce qu'il leur est humainement possible de réaliser afin d'aider la communauté à passer au travers de ces heures sombres.

Le personnage d'Emmy m'a touchée par sa simplicité, mais également par sa détermination. Il y a quelque chose d'à la fois naïf et de courageux. Nous sentons à quel point elle est authentique et sincère. Son souci pour les autres m'a fait du bien! J'ai particulièrement apprécié l'amitié qui l'unit à son amie Bunty.

Les moments où l'auteure nous décrit les événements entourant cette horrible guerre sont puissants de réalisme. Ce qui rend ce roman encore plus touchant et bouleversant! Il nous est impossible de rester insensible face à tout cela. Heureusement qu'il y a cette chère Emmy pour ajouter un peu de légèreté et nous faire sourire.

Également, l'auteure a une plume assez singulière. Elle aime bien utiliser les majuscules afin de faire ressortir les émotions. Surtout pour les expressions de cette chère Mrs Bird. Ce personnage caractériel et haut en couleur m'a fait rire plus d'une fois.

En ce qui concerne la fin, je dois dire que je suis un peu déçue. Je ne sais pas trop quoi en penser. Il me semble que certains éléments sont restés en suspens. Est-ce que l'auteure prévoit écrire une suite? Il me semble que cela serait tout à fait logique. J'aimerais savoir ce qu'il adviendra de la relation qui s'est établie entre Emmy et Charles. Et qu'adviendra-t-il finalement du Woman's Friend? Définitivement, je suis restée sur ma faim...

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Belfond pour ce joli roman!



mardi 8 mai 2018

Agatha Raisin, tome 9 : Sale temps pour les sorcières


Titre : Sale temps pour les sorcières
Auteur : M.C. Beaton
Série : Agatha Raisin, tome 9
Genre littéraire : Policier
Année de parution : 2018
Éditeur  : Albin Michel
ISBN : 978-2226400338
Nombre de pages : 297 pages

Traumatisée après qu'une coiffeuse rancunière l'a shampouinée à la crème dépilatoire, Agatha Raisin se réfugie incognito dans un hôtel de la côte en attendant que sa chevelure repousse. N'ayant plus rien à perdre, elle consulte également une sorcière réputée pour ses talents. Miracle, la magie opère, mais pour peu de temps, car la sorcière est retrouvée assassinée... Agatha renoue aussitôt avec ses réflexes de détective, aidée par l'inspecteur Jimmy Jessop, ensorcelé par ses charmes. À moins que ce ne soient les effets du philtre d'amour qu'Agatha a acheté à la pauvre sorcière?

Cette fois-ci, Agatha aurait mieux fait de s'enfermer chez elle avec ses deux chats au lieu de s'enfuir dans un petit village perdu. Décidément, les criminels se réveillent lorsqu'elle est dans les environs!

Quelle histoire épouvantable. On dirait que les assassins la suivent où qu'elle aille.

Agatha vient tout juste d'arriver au Garden Hotel. La saison touristique est terminée et le climat est déprimant. De plus, il ne reste que quelques résidants retraités et permanents à l'hôtel. Pour Agatha, il n'est pas question de passer ses soirées à jouer au Scrabble avec ces petits vieux. Alors qu'elle est de retour d'une promenade sur la jetée, Daisy, une résidente de l'hôtel lui recommande d'aller voir Francie, la sorcière du village afin qu'elle l'aide avec ses cheveux. L'on se souviendra que lors de sa dernière enquête, notre chère Agatha a perdu une partie de ses cheveux... Enfin bref, tant qu'à aller la sorcière pour ses cheveux, pourquoi ne pas en profiter pour acheter un philtre d'amour afin de reconquérir le cœur de son beau James?

Suite à sa rencontre avec la sorcière, Agatha prend un verre dans un pub miteux du village et fera la connaissance de l'inspecteur Jimmy Jessop. Il n'en fallait pas plus pour qu'Agatha tente d'oublier James et jette son dévolu sur cet inspecteur en testant les bienfaits du philtre d'amour. Mais les événements se bousculent pour Agatha. Alors qu'elle retrouve son vison vandalisé dans sa chambre, celle-ci est certaine que c'est la sorcière qui a fait le coup. Elle décide donc de se rendre chez elle afin de lui remettre les pendules à l'heure. Malheureusement, quelqu'un est passé avant notre chère Agatha. La sorcière du village vient d'être assassinée! Notre détective en herbe est suspecte et ne peut quitter le village. Aussi bien utiliser ce temps pour enquêter!

Vraiment, les vacances, ça ne réussit pas à notre chère Agatha. Chypre fut un désastre et maintenant, Wyckhadden. Peu importe où elle va, les meurtriers semblent sortir de leur cachette lorsqu'elle arrive en ville.

Un peu comme lors du sixième tome, les habitants du village de Carsely m'ont horriblement manqué. Heureusement que notre protagoniste appelait Mrs Bloxby pour prendre des nouvelles. La relation entre James et Agatha ne va pas en s'améliorant. Décidément, elle a le don de toujours faire des bêtises qui éloignent son voisin à chaque fois. Si seulement, l'un et l'autre savaient le nombre de rencontres manquées... Faut dire que Sir Charles est toujours là au moment où il ne faut pas! Mais j'adore voir toutes ses mésaventures. Cela me fait sourire à chaque fois.

Quant à l'enquête, eh bien cette fois-ci, l'auteure m'a drôlement surprise. J'ai bien apprécié suivre les pistes pas à pas et je n'aurais pas pensé que l'enquête se terminerait ainsi. J'ai eu des soupçons, mais tout est resté flou. Ce fut une fin vraiment rocambolesque et qui donne un aperçu sur la suite de cette saga. D'ailleurs, je me demande si Agatha et James vont finir par se revoir un jour!

Ma note : 4/5

Encore une fois, je tiens à remercier la maison d'édition Albin Michel pour cette saga incroyable!


Pour lire la chronique du tome précédent, cliquez sur le lien suivant : Coiffeur pour dames


vendredi 4 mai 2018

Romy, tome 1 : L'anatomie du bonheur


Titre : L'anatomie du bonheur
Auteur : Judicaëlle Bouget
Série : Romy, tome 1
Genre littéraire : Romance
Année de parution : 2018
Éditeur  : Montlake Romance
ISBN : 978-1542048866
Nombre de pages : 272 pages

Romy, étudiante en médecine sérieuse et investie, commence avec appréhension son stage en chirurgie orthopédique, dans un service redouté par les jeunes externes pour son ambiance pesante et le machisme des chefs de clinique, notamment un certain docteur Marco Latoré. Bien décidée à ne pas se laisser intimider, Romy préfère se concentrer sur son travail et la découverte de la chirurgie. Contre toute attente, le docteur Latoré qu’elle découvre au bloc et qu’elle apprend à connaître au fil des gardes ne ressemble pas à l’homme volage et blagueur qu’elle avait imaginé.
Si Marco semble prendre un malin plaisir à jouer avec la timidité de Romy, il ne la prend pas moins sous son aile et est le premier à reconnaître ses qualités. Mais entre les cours, les révisions, les amis, les soirées et les gardes, la vie de Romy est déjà suffisamment remplie sans qu’elle ait besoin que son cœur se mette à lui jouer des tours. Et si ce stage était l’occasion d’en apprendre autant sur elle-même que sur la médecine?


Le synopsis nous laisse miroiter une jolie romance, le tout se déroulant dans le milieu médical... le récit est-il à la hauteur des attentes qu'il a créées?

Pour Romy, c'est sa première journée de stage au département d'orthopédie. Elle est tout de même un peu anxieuse étant donné la réputation de dragueur de ses futurs chefs, surtout celle du charmant Dr Marco Latoré. Elle devra faire face à leur caractère bouillant pour les deux prochains mois.

Romy se rend compte que la réputation de Marco semble vraiment à la hauteur de tout ce qu'elle a entendu dans les couloirs du CHU. Dès la première intervention chirurgicale, Marco tente de la séduire avec son sourire et ses remarques grivoises. Comme si ce n'était pas suffisant, celui-ci en ajoute puisque toutes les excuses sont bonnes pour la complimenter et la toucher.

Mais Romy n'est pas dupe! Ce beau dragueur est marié et a une jeune fille. Sa réputation le précède et il n'est pas question de se laisser séduire par ses beaux yeux. Mais Marco a décidé qu'elle serait son externe attitrée. Sera-t-elle en mesure de lui résister?

Je ressors de ce récit avec un avis assez mitigé. Plusieurs éléments au cours de cette lecture m'ont dérangée et pourtant, je sentais que le potentiel était là. Personnellement, il manquait ce petit quelque chose qui fait qu'on adhère à l'intrigue. C'est dommage, car je trouve génial d'avoir pris le milieu médical en toile de fond pour cette romance.

Dès les premiers chapitres, je ne savais que penser du comportement de Marco vis-à-vis de Romy. Était-ce vraiment de la séduction? La ligne est mince entre le harcèlement et la séduction dans le contexte qui nous est présenté, du moins à mes yeux!

Le personnage de Romy ne m'a pas vraiment séduite et je fus incapable de m'y attacher. Elle se pose tellement de questions au cours de ce roman et bien souvent ce sont les mêmes questions qui reviennent. Elle est vraiment trop ambivalente en première moitié de récit.

D'ailleurs, je dois dire que l'intrigue m'a paru vraiment longue, et ce, malgré que ce soit un court roman. Il manque d'actions, de rebondissements, d'événements. C'est un peu monotone et sincèrement, j'ai remarqué à plusieurs reprises que l'auteure tombait dans la redondance. Tant au niveau des pensées de Romy et de ses questionnements, mais également lors des échanges entre Marco et Romy.  

Et que dire de la fin sinon que l'auteure a tenté le tout pour le tout afin de nous garder accrocher à cette saga, mais peine perdue pour moi, car je ne lirai pas la suite! Je trouve cela tellement dommage, j'aurais tellement aimé pouvoir embarquer.

Ma note : 2.5/5

Je tiens tout de même à remercier la maison d'édition Montlake Romance pour ce roman!



Ce roman est une lecture commune avec Readeuse, pour lire sa chronique, cliquez sur le lien suivant : L'anatomie du bonheur

mercredi 2 mai 2018

Comment devenir la Mégaboss de ta super vie


Titre : Comment devenir la Mégaboss de ta super vie
Auteur : Lilly Singh
Genre littéraire : Développement personnel
Année de parution : 2018
Éditeur  : Albin Michel
ISBN : 978-2226403667
Nombre de pages : 320 pages

MÉGABOSS, nom (hors du) commun : se dit d’une personne qui respire la confiance, jongle avec toutes ses casquettes tant dans sa vie personnelle que dans sa carrière professionnelle, attire les regards et se bat pour atteindre ses objectifs. Une mégaboss conquiert sa vie au lieu de la regarder défiler devant elle.
Lilly Singh n’est pas juste une superstar, elle est Superwoman, l’une des plus célèbres YouTubeuses au monde, avec plus de 13 millions d’abonnés. Ce succès ne lui est pas tombé dessus par hasard, elle a travaillé dur et surmonté un nombre incalculable d’obstacles pour y arriver. En un mot, Lilly Singh est une MÉGABOSS !
Le livre que tu tiens entre tes mains est la somme de toutes ces expériences. Alors si toi aussi tu souhaites réaliser tes rêves, nouer des relations positives avec ceux qui t’entourent et prendre les commandes de ta vie, ouvre ce livre, car le moment est venu de mégabosser !
ATTENTION ! Ce livre ne contient ni grigris ni citations faussement inspirantes. Il ne propose pas de raccourci vers le bonheur et le succès, tout simplement parce qu'il n'en existe pas.
Tout ce dont tu rêves se situe au-delà de ta zone de confort, et Lilly est là pour t'aider à en sortir.

Tu te trouves au milieu d'une feuille blanche géante. Libère ton cartographe intérieur et trace ta route vers le succès.

Lilly Singh n'est pas une jeune femme comme les autres... elle est la Superwoman! Et ça se sent qu'elle est unique, déterminée et drôle. Son succès, elle ne le doit pas à la chance, car elle a travaillé dur et elle continue de travailler encore et encore. Tout ne tombe pas du ciel, elle l'explique très bien, il faut savoir monter les escaliers, une marche à la fois!

Ce bouquin n'est pas un livre de recettes, il est avant tout une bonne dose d'encouragement pour les jeunes filles d'aujourd'hui. Les propos de l'auteure sont réalistes et bourrés de bon sens. Il n'y a pas de grandes révélations ou de magie dans ce bouquin, il est avant tout là pour remettre les choses en perspectives et permettre d'apprendre à se connaître. À réfléchir sur ce que l'on désire vraiment.

L'auteure ne va pas en détail sur sa vie privée, mais nous sentons à certains moments qu'elle se livre un peu et qu'il y a eu un moment déclencheur dans sa vie. Sa dépression! Elle a ensuite décidé de prendre sa vie en main, de travailler encore et encore pour monter les échelons et malgré le fait qu'elle soit l'une des youtubeuses les plus connues au monde, elle continue de vouloir s'améliorer et de vouloir progresser.

Certains passages m'ont bien fait rire. Elle n'hésite pas à donner des exemples de son expérience passée et cela permet de bien comprendre le message qu'elle tente de véhiculer. D'ailleurs, le fait qu'elle n'hésite pas à démontrer les faiblesses au cours de son cheminement permet de démontrer la personne authentique qu'elle est devenue.

Les images, les photos, les couleurs bref, tout cela apporte un plus au texte. Son écriture est simple et accessible. Le fait qu'elle tutoie le lecteur permet de sentir un certain rapprochement.

Si vous ne connaissez pas encore Lilly Singh, n'hésitez pas à aller sur YouTube pour voir ses vidéos. Et même si son nom ne vous dit rien, ce n'est pas grave, car son livre reste accessible à toutes, surtout si vous désirez un peu petit boost pour vous aider à progresser dans votre vie personnelle et professionnelle.

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Albin Michel pour ce bouquin si coloré!



mardi 1 mai 2018

Hercule Poirot, tome 1 : La mystérieuse affaire de Styles


Titre : La mystérieuse affaire de Styles
Auteur : Agatha Christie
Série : Hercule Poirot, tome 1
Genre littéraire : Policier
Année de parution : 2008
Éditeur : Le Livre de Poche
ISBN : 978-2253015840
Nombre de pages : 223 pages

Pendant la Première Guerre mondiale, Arthur Hastings, rapatrié en Angleterre, est invité dans la demeure de Styles Court (ou Styles en version abrégée) par son ami John Cavendish, qui lui apprend que sa mère s'est remariée avec un homme beaucoup plus jeune, le mystérieux Alfred Inglethorp. À Styles, tout le monde a l'air de le détester. Sauf évidemment Mrs Inglethorp.
Plus tard, Emily Inglethorp est empoisonnée et les soupçons pèsent sur Alfred Inglethorp. Hercule Poirot, ancien Inspecteur de Police Belge, qui est aussi au village de Styles Saint-Mary, est invité par Hastings à résoudre cette affaire. Apparemment, Poirot pense qu'Alfred Inglethorp n'est pas l'assassin et il essaye de le disculper. Mais Poirot a-t-il une idée derrière la tête?...

Ne me demandez pas pourquoi je lis les romans d'Agatha Christie dans le désordre... je ne le sais pas. Mais une chose est certaine, je m'amuse toujours autant à suivre les aventures de notre cher détective le plus connu au monde!

Hastings est invité au « château » pour y passer quelques jours auprès de son bon ami John Cavendish. À peine arrivé, celui-ci assiste à la mort de Mrs Inglethorp, la mère de John. Les circonstances sont nébuleuses et l'on suspecte immédiatement qu'elle est victime d'un meurtre par empoisonnement. Il n'en fallait pas plus pour qu'Hastings ne demande à nul autre qu'Hercule Poirot, le célèbre détective belge, de venir les aider à trouver le coupable.

Tous les soupçons sont dirigés vers le mari, mais contre toute attente, Hercule Poirot demande au Yard de ne pas l'arrêter. L'inspecteur Japp connaît bien le détective et lui fait entièrement confiance, mais pour Hastings, c'est tout bonnement impossible qu'il ne soit pas le coupable! Sinon qui aurait pu commettre le crime? Est-ce qu'Hercule Poirot serait en train de perdre la tête?

Comme à son habitude, Agatha Christie réussit à nous faire douter de tous ses personnages et c'est vraiment ce que j'adore de ses romans! Encore une fois, elle a su écrire une finale qui nous surprend et nous jette par terre.

Dès le début de l'enquête, j'ai senti que le meurtre semblait beaucoup plus complexe qu'en apparence. C'était trop facile de soupçonner le mari. D'ailleurs, sans Mrs Ingelthorp pour prendre soin de tous et chacun, qu'allaient-ils devenir? Qui allait hériter de Styles et du compte en banque? Car il ne faut pas se le cacher, ils vivaient tous à ses dépens surtout depuis que Lawrence et John avait dilapidé une partie de leur héritage venant de leur père!

Au fil des pages, je dois dire que Hastings m'a légèrement irritée. Il semble tellement prendre Hercule Poirot de haut, un peu comme si le pauvre détective devenait sénile. En fin de compte, il était bien loin du compte notre protagoniste. Heureusement que notre célèbre détective était là pour trouver l'assassin! Il est vrai qu'Hercule peut parfois nous paraître un peu imbu de lui-même, mais quand même...

Quant à son insupportable suffisance, en revanche, elle fait partie de son personnage...

Comme d'habitude, j'ai pris beaucoup de plaisir à suivre les pistes que nous livre l'auteure et j'ai bien tenté d'élucider le meurtre. Heureusement que nous avons Hercule Poirot, car ce n'est pas avec mes déductions qu'on arriverait à arrêter les meurtriers. Ce n'est peut-être pas le meilleur roman d'Agatha Christie que j'ai pu lire jusqu'à maintenant, mais il fait partie de ceux qui nous font passer un agréable moment.

Ma note : 4/5