vendredi 29 septembre 2017

Dali


Auteur : Chloé Varin
Genre littéraire : Témoignage/Jeunesse
Année de parution : 2017
Éditeur : Guy Saint-Jean
ISBN : 978-2897583057
Nombre de pages : 216 pages

«Je suis une hypersensible (surprise?!), mais, parce que je ne suis pas très expressive, les gens ont tendance à penser que je ne suis jamais de bonne humeur ou que je me fous de tout. Ça leur semble inconcevable que certains d’entre nous ne passent pas leur vie avec un sourire étampé dans la face. À mes yeux, les gens toujours souriants sont suspects. J’ai l’impression qu’ils refoulent quelque chose de très laid. Un genre de monstre sournois, imprévisible, qui attend juste le bon moment, la bonne situation, pour sortir les griffes et attaquer. D’ailleurs à en croire Canal D, les assassins et les tueurs en série sont souvent très gentils… en apparence. Mais je m’égare, tout ce que je veux dire, c’est que les gens trop heureux me font peur. Comme l’animateur culturel de notre école, par exemple. On l’appelait tous Bon Jovial parce qu’il était fan de Bon Jovi (un groupe de rock poche des années 1980) et qu’il était d’humeur joviale au moins dix mois par année, mais ce que l’histoire ne disait pas, c’est: continuait-il à jouer les clowns hyperactifs même en vacances? Ça m’étonnerait.»

Divorce, deuil, dépression... des événements qui touchent une adolescente hypersensible. Réussira-t-elle à passer au travers de ces épreuves sans y laisser trop de plumes?

Dali est une jeune adolescente qui se retrouve bien malgré elle dans le bureau de la psychoéducatrice de l'école. Son meilleur ami Colin est inquiet pour elle et il est allé chercher de l'aide à sa place. Voilà donc la raison de sa présence dans ce bureau!

Elle n'a pas envie de discuter de ce qui se passe actuellement dans sa vie avec cette dame. Celle-ci lui offre un carnet rose où elle devra remplir les pages en faisant du scrapbooking. Le but étant d'y mettre ses émotions, ses pensées. Selon elle, cela lui permettra de mieux se connaître et de mettre ses idées noires en image afin de mieux les combattre. Si elle embarque dans cette scrapthérapie, les séances prendront fin sinon elle devra venir la voir toutes les semaines, et ce, pendant toute l'année scolaire. Et elle est loin d'être terminée cette année scolaire, car elle ne fait que commencer!

Une fois arrivée chez elle, Dali est en colère. Elle commence à arracher les feuilles du carnet jusqu'au moment où ses yeux se posent sur les revues de sa mère. Pourquoi pas après tout? Elle sort son bâton de colle, ses ciseaux et découpe une multitude d'images. Dali ne voit pas les heures passées. Aussitôt que sa mère arrive, elle cache son carnet.

Ce n'est que le lendemain matin que Dali saisit réellement l'ampleur de son travail et du message qu'elle a inséré dans ces collages. Et cela lui permet de repasser au travers des derniers mois vécus et les émotions refont surface... Elle partage donc avec nous ces événements troublants.

Ce roman, basé sur des faits réels, touche divers sujets tels que l'amitié, le divorce, le deuil, la dépression, etc. Malgré que ce soit des sujets parfois difficiles, l'auteure a su y ajouter quelques touches d'humour, ici et là. Cela allège un peu le message tout en gardant la profondeur des émotions au moment propice. Elle se permet également de passer les émotions de Dali par le biais de la culture, tant par la musique que par la peinture. 

Quant aux personnages, ils sont authentiques et vrais. Les émotions véhiculées dans ce roman nous touchent énormément. L'hypersensibilité de Dali est perçue comme étant un aspect positif de sa personnalité.

Extrait : Avec le temps, je m'étais faite à l'idée que tout m'atteignait plus fortement que le commun des mortels. Ça faisait partie de moi, de ma personnalité, je pouvais rien y changer. Ou plutôt, je ne voulais rien y changer parce que je considérais que ce monde se porterait mieux s'il y avait plus d'hypersensibles comme moi.

Il y a également toute la notion familiale qui est abordée au cours du récit. Le divorce de ses parents et leurs impacts, non pas seulement sur Dali, mais aussi sur les deux parents. Sans oublier, les non-dits qui parfois font plus de torts que de bien. Bref, un récit touchant et authentique!

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Guy Saint-Jean pour m'avoir permis de découvrir un nouveau genre de littérature!


mardi 26 septembre 2017

Retour à Cedar Cove, tome 2 : Un printemps à la Villa Rose


Titre : Un printemps à la Villa Rose
Auteur : Debbie Macomber
Série : Retour à Cedar Cove, tome 2
Genre littéraire : Romance
Année de parution : 2015
Éditeur : J'ai Lu
ISBN : 978-2290074787
Nombre de pages : 413 pages

Après la disparition de son mari en Afghanistan, Jo Marie s’est installée à Cedar Cove où elle a ouvert une maison d’hôtes, la Villa Rose. Aujourd’hui elle y reçoit l’énergique Annie qui organise les Noces d’Or de ses grands-parents. Mais ces derniers passent leur temps à se disputer. La fête s’annonce mouvementée ! Il y a aussi Mary, qui a découvert que le pouvoir et l’argent ne servaient à rien contre la maladie. Sa vie en suspens, elle est venue retrouver celui qu’elle a refusé d’épouser vingt ans plus tôt. Pourra-t-il lui pardonner quand elle lui révélera le lourd secret qu’elle cache depuis tout ce temps? Et, au cœur de ce printemps riche en émotions, Jo Marie va recevoir une lettre d’outre-tombe, une lettre de son défunt mari... Qui sait, peut-être la clé d’une nouvelle vie?

Un deuxième tome tout en douceur, mais combien riche en émotions. La Villa Rose est ouverte, venez rencontrer Jo Marie...

Nous voilà déjà au printemps. Jo Marie est installée à Cedar Cove depuis déjà 5 mois. Pour le week-end à venir, elle attend plusieurs hôtes qui vont remplir ses chambres. Elle est fébrile, et ce, pour plusieurs raisons. Il y a bien sûr cette journée portes ouvertes qui aura lieu dimanche, également le fait que Mark s'est blessé à la jambe et que la roseraie tant espérée ne sera pas prête pour cette journée, mais surtout en raison de l'appel du lieutenant-colonel Milford et d'une certaine lettre reçue. Malgré que Milford lui confirme que Paul est bel et bien décédé, malgré qu'ils ont pu récupérer 5 des 6 corps et malgré la lettre d'adieu de Paul, Jo Marie continue d'espérer. Voilà pourquoi la lettre, elle n'est pas près de l'ouvrir, car à ses yeux il y a toujours une chance que Paul soit vivant.

Au cours de ce week-end, nous faisons la connaissance des Shivers qui viennent célébrer leur noce d'or grâce à leur petite-fille Annie qui leur donne l'opportunité de renouveler leurs vœux de mariage. Mais bon, il y a Oliver qui s'est désigné comme chauffeur et qui a également décidé de passer le week-end à la Villa Rose pour tenter de séduire Annie avant de partir en voyage pour un an. Depuis leur enfance que l'un et l'autre sont amoureux, mais en raison d'un petit incident, Annie l'évite depuis. Oliver réussira-t-il à lui dire combien il est toujours aussi amoureux d'elle? Annie réussira-t-elle à mettre fin au harcèlement de son ex-fiancé? Laissera-t-elle une chance à Oliver de s'expliquer? Et les Shivers vont-ils arrêter de se chamailler? N'étaient-ils pas un couple heureux et amoureux?

Il y a également Mary qui est arrivée tôt à la maison d'hôtes. Elle revient sur les pas de son passé, car elle ne sait pas si elle va réussir à passer au travers de son combat contre le cancer. Elle ne savait pas trop si elle devait contacter George après toutes ces années. N'y tenant plus, elle l'appelle. Finalement, ils se verront. Les émotions du passé refont surface. Est-ce que Mary aura la force de lui dire tous les secrets qu'elle lui cache? Et si elle lui dit, quelle serait sa réaction?

La Villa Rose est beaucoup plus qu'une maison d'hôtes, c'est également un endroit pour guérir de ses blessures, tant celles du présent que du passé. Dans ce deuxième tome, Debbie Macomber trouve les mots pour nous amener à bien ressentir les émotions vécues par ses personnages. Tout est fait en douceur, en profondeur aussi. Cela nous permet de vraiment nous attacher à ceux-ci et ainsi adhérer à l'intrigue.

Nous sommes loin de la simple romance. J'y vois également un message d'empathie, de pardon, mais également d'espoir. Il est toujours temps de se réconcilier avec notre passé pour aller de l'avant.

J'ai nettement préféré ce tome-ci comparativement au premier. Et je dois dire que je m'attache de plus en plus au personnage de Mark. J'ai le goût d'en savoir un peu plus sur lui. Il y a une aura de mystère autour de lui. Quant à Jo Marie, réussira-t-elle à faire son deuil? Retrouvera-t-elle la paix et surtout saura-t-elle combler ce vide immense que la perte de Paul a laissé?

Ma note : 4/5

Je tiens à préciser que dépendamment de la maison d'édition choisie, le nom de certains personnages semblent être différents. Par exemple pour le premier tome, j'ai lu la version numérique québécoise La Villa Rose dont le nom du mari de Jo Marie était Kevin. Ici pour ce deuxième tome, j'ai lu la version papier J'ai Lu où le nom était Paul...

Ce roman est aussi connu sous le titre La Villa Rose


Pour lire la chronique du premier tome, cliquez sur le lien suivant : La maison d'hôtes



lundi 25 septembre 2017

Will Trent, tome 8 : Angie


Titre : Angie
Auteur : Karin Slaughter
Série : Will Trent, tome 8
Genre littéraire : Thriller
Année de parution : 2017
Éditeur : HarperCollins
ISBN : 978-1542045087
Nombre de pages : 593 pages

Jusqu’où iriez-vous pour sauver votre fille ?
Le corps sans vie d’un ex-flic vient d’être signalé dans un bâtiment destiné à devenir le prochain night-club branché d’une star du basketball  ; Marcus Rippy. Parce que ses empreintes sont retrouvées sur cette scène de crime particulièrement sordide, Angie est recherchée par la police d’Atlanta.
Elle est la femme de Will Trent, policier taiseux dont Rippy est un ennemi personnel.
Elle est la mère biologique de Jo, conjointe étrangement effacée d’un sportif de haut niveau qui contrôle chaque détail du quotidien de son épouse.
Elle est surtout une flic, une survivante, une manipulatrice. Une femme qui a décidé d’en protéger une autre, sans limite.
Et Will Trent le sait bien  : sa femme peut disparaitre  ; elle finit toujours par revenir. Avec un plan.

Sexe, drogues, meurtres, enlèvement bref, tout un mixte explosif qui vous attend dans ce huitième volet de la saga Will Trent!

Will Trent et sa collègue Faith sont appelés pour aller enquêter sur un meurtre ayant eu lieu dans un bâtiment désaffecté de Marcus Rippy. Cette enquête les mène non seulement vers Angie, la femme de Will, mais également devant une multitude d'indices et la seule qui pourrait bien les aider à y voir plus clair est évidemment disparue. Morte ou vivante, ils ne le savent pas!

Will connaît bien sa femme, elle aime bien apparaître et disparaître comme bon lui semble. Il y a toujours un plan, une stratégie derrière chacun de ses mouvements. Elle ne laisse jamais rien au hasard! Selon lui, elle refera surface quand bon lui semblera...

Angie n'a jamais rien fait de bien de sa vie. Ex-flic pourrie, droguée et dangereuse, elle n'hésite pas à prendre ce qu'elle veut. Alors qu'elle vient de retrouver la trace de sa fille Jo, elle cherche à protéger celle-ci. Et du même coup, si elle pouvait aider Will dans son enquête sur le viol commis par Marcus, pourquoi pas? Mais il semblerait qu'elle ait oublié quelques éléments importants en cours de route. Malgré tout, elle cherche tout de même à tirer son épingle du jeu. Et si en plus, elle peut blesser Will et sa copine Sara en cours de route, eh bien ce serait parfait!

Il y a là une incohérence dans son mode de pensées, pourquoi aider Will dans son enquête si en fin de compte elle veut lui faire du mal? S'en rend-elle seulement compte? Non probablement pas. Elle est furieuse de voir que Will ne l'attend plus à la maison. Elle est furieuse de voir cette rousse prendre sa place. Elle est furieuse, car c'est à elle de décider de quitter Will et non l'inverse!

Dans tout ce labyrinthe de preuves et d'indices, tous les personnages ont un point commun : réussir à sauver sa peau. Et ils sont plusieurs à avoir quelque chose à cacher. Beaucoup plus que l'on peut le penser.

En premier lieu, l'auteure nous montre les événements tels que vus par les yeux de Will. Et je dois dire qu'on s'y perd un peu avec toutes les informations collectées. Tous les doutes sont permis. Pas moyen de pouvoir même songer à saisir exactement ce qui s'est passé ce fameux dimanche où le meurtre de Del fut commis. Ensuite, dans une deuxième partie, l'auteure revient sur les événements, mais avec les yeux d'Angie. Et là, nous saisissons l'ampleur de tout cela. Karin Slaughter sait vraiment nous tenir en haleine et jouer avec nos nerfs!

Finalement, nous revenons au présent et tout s'emboîte à la perfection. Sincèrement, la finale de ce roman m'a jetée par terre.

Tout au long de l'intrigue, les personnages sont fidèles à eux-mêmes. Ils sont imparfaits, certains pourris, mais combien intéressants. Angie est tout simplement détestable et nocive pour les gens qui sont autour d'elle, mais avec le passé qu'elle a eu, peut-on lui en vouloir d'être aussi antisociale? On comprend mieux la psychologie de Will au fil des pages. Sa dépendance pour Angie, son besoin d'elle afin de combler son vide... chacun essaie de combler leur vide comme ils le peuvent.

« Il y a des gens, on dirait qu'ils ont un trou dedans. Ils passent leur vie à essayer de le remplir. »

Une saga que je viens de découvrir et je dois dire que je n'hésiterai pas à lire les tomes précédents. Si vous ne connaissez pas cette auteure, n'hésitez pas, car je suis certaine que vous ne serez pas déçue.

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition HarperCollins pour cet excellent thriller!


vendredi 22 septembre 2017

L'été de mes 16 ans


Auteur : Michelle Dalton
Genre littéraire : Jeunesse
Année de parution : 2017
Éditeur : Albin Michel
ISBN : 978-2226397539
Nombre de pages : 368 pages

Habitante de Dune Island, Anna a tendance à craindre l'arrivée de l'été... et des touristes. Serveuse dans un magasin de glaces, elle passe habituellement sa journée les mains dans les bacs de crème glacée, avant de filer rejoindre ses amis sur la plage pour la soirée. Et cette année, ses deux meilleurs amis, Sam et Caroline, ont enfin décidé de s'avouer leur amour, et elle n'a pas envie de tenir la chandelle. Mais ce qui s'annonçait comme un été des plus ennuyeux change du tout au tout quand elle croise le regard de Will, le beau garçon venu de New York. Leur attirance est immédiate et Anna plonge la tête la première dans cet amour naissant. Le temps passe vite quand on est amoureux, si vite qu'Anna en oublierait presque que Will doit partir à la fin du mois d'août...

Alors que tout aurait pu séparer la « locale » Anna et le « touriste » Will, ces deux adolescents se laissent porter par la vague de l'amour...

Nous avons couru vers les vagues, traversé l'eau écumante du bord en levant haut les pieds et plongé ensemble sous la première grosse vague.

Anna est l'aînée d'une famille un peu hors-norme. Ils sont tous un peu bordéliques, excentriques, mais surtout heureux et attachants. La famille est propriétaire du Scoop, une crémière où Anna aime bien concocter de nouvelles saveurs de glaces. D'ailleurs, elle est probablement la plus grande chimiste en herbe du genre!

Will vient passer son été à Dune Island en compagnie de sa mère et son frère Owen. Dès le premier jour, il voit Anna sur la plage, mais ils n'ont pas la chance de se parler. Ce n'est que quelques jours plus tard qu'il la verra au Scoop. Alors entouré de son frère et du père de celle-ci, il prend son courage à deux mains et lui offre une sortie, un premier rendez-vous.

Au fil des jours, nous voyons ce joli flirt d'été se métamorphoser. Ni l'un ni l'autre ne semble avoir conscience du fait que les jours passent et qu'inévitablement la fin de l'été arrivera. C'est le 4 juillet que Anna se rendra réellement compte du temps qui lui reste auprès de Will et cela la bouleverse énormément. Elle ressent le vide de sa présence alors même qu'il est encore à ses côtés. Elle anticipe son départ... Saura-t-elle profiter des huit semaines qui lui restent avant le départ de Will? Pourront-ils simplement accepter le moment présent sans penser au futur?

Je n'ai pas pu m'empêcher de penser que le compte à rebours avait commencé pour tout, à présent, des fruits à mon paréo, en passant par Will.

L'été de mes 16 ans est un joli roman sur un amour d'été. Un premier amour entre deux adolescents. C'est la beauté des premiers émois amoureux, le premier baiser.

Nous avons la chance de voir au travers des yeux d'une adolescente ce qu'elle ressent réellement, que ce soit en terme d'incertitude face à ses propres émotions, mais également sa joie de pouvoir partager avec une autre personne.

C'est également un regard sur l'amitié et la profondeur des échanges que les adolescents peuvent avoir entre eux. L'intrigue est prévisible, mais elle est douce et fluide. Michelle Dalton a su faire ressortir tantôt de la profondeur dans les échanges, tantôt quelques brins d'humour. Ce qui en fait un récit agréable à lire, tout simplement.

Ma note : 3.5/5


Je tiens à remercier la maison d'édition Albin Michel pour ce roman jeunesse!


mercredi 20 septembre 2017

Le joyau, tome 1.5 : La maison de la pierre


Titre : La maison de la pierre
Auteur : Amy Ewing
Série : Le joyau, tome 1.5
Genre littéraire : Jeunesse/Science-Fiction
Année de parution : 2015
Éditeur : Robert Laffont
ISBN : 978-2221190579
Nombre de pages : 80 pages

Dans Le Joyau, vous avez suivi la vie de Violet sous le joug de la duchesse du Lac. Avec cette nouvelle exclusive d'Amy Ewing, vous allez entendre l'histoire de Raven Stirling, achetée comme Mère-Porteuse par la cruelle Comtesse de la Pierre.
Quand elle est acquise aux Enchères, Raven comprend d'emblée que les choses vont mal se passer. Et lorsqu'elle arrive au palais de la comtesse, elle découvre bientôt que celle-ci la considère davantage comme un cobaye pour ses expérimentations sadiques que comme Mère-Porteuse d'un éventuel enfant. Raven n'a plus alors qu'une idée en tête : s'échapper... et revoir Violet, sans jamais oublier qui elle est et que sa vie lui appartient.

Je suis Raven Stirling, personne ne peut me posséder.

Raven, lot 192, vient d'être vendue à la Comtesse de la Pierre. Cette vieille dame répugnante qui porte bien son nom tant elle n'a pas de cœur. Après la vente aux enchères, Raven se réveille dans une jolie cage dorée dans le donjon du manoir. Et dès son premier jour, les sévices commenceront pour elle. Au lieu de se plier aux normes et faire profil bas, elle décide de les confronter. Malheureusement pour elle, cela n'aide pas sa cause.

Lors de sa première rencontre avec le médecin de la Comtesse, elle se retrouve dans une situation dont elle ne comprend qu'une seule chose : elle n'est pas la première mère porteuse à subir tout cela. Et subir est bien le terme approprié, car il s'avère que le médecin et la Comtesse ne semblent point s'intéresser à sa capacité d'enfanter. Que peuvent-ils bien lui vouloir? Et qu'est-il arrivé aux autres mères porteuses?

Au cours de ce récit, l'auteure nous donne que très peu de détails nouveaux quant à l'intrigue. D'ailleurs, les scènes sont pratiquement à l'identique de celles écrites dans le premier tome. Nous avions déjà connaissance du caractère de la Comtesse de la Pierre. Par contre, l'auteure nous amène un certain questionnement quant aux raisons des examens qu'a subis Raven. Elle recherchait une jeune femme rebelle et ayant un fort caractère, mais dans quel but?

Il est assez rare pour ma part que je prenne le temps de lire un hors série. Et la raison est bien simple... je suis trop souvent déçue! Et c'est malheureusement le cas, encore une fois.

Ma note : 2.5/5

Ce court récit fut lu en lecture commune avec Milleca (Sa chronique est ici)

Pour lire ma chronique du premier tome, cliquez sur le lien suivant : Le joyau, tome 1

mardi 19 septembre 2017

Demonica, tome 1 : Plaisir déchaîné


Titre : Plaisir déchaîné
Auteur : Larissa Ione
Série : Demonica, tome 1
Genre littéraire : Bit-Lit
Année de parution : 2012
Éditeur : Milady
ISBN : 978-2811206963
Nombre de pages : 462 pages


Tayla est chasseuse de démons, elle appartient à un puissant groupe, les Aegis, qui se battent pour le bien de l’humanité. Pourtant, lorsqu’elle est blessée et amenée dans un hôpital tenu par des démons, elle ne peut résister longtemps aux charmes d’Eidolon. Le chirurgien démon qui lui a sauvé la vie et qui a, par là même, ébranlé son monde. Car si tous les démons ne sont pas mauvais, pourquoi les Aegis ne font-ils aucune discrimination ?

... selon la culture des démons, après que Satan fut banni du Paradis, il fut autorisé à créer ses propres races. Mais parce que les humains sont nés bons et peuvent devenir mauvais, Dieu insista pour que l'inverse soit vrai et que cette règle s'applique aux créatures nées mauvaises ...

Tayla est partie à la chasse aux démons avec sa collègue Janet. Elles se sont retrouvées dans les égouts à la poursuite de cruentis. Mais depuis quelque temps, Tayla a, disons... de petits problèmes physiques. Elle se retrouve avec une partie de son corps qui ne lui répond plus et cela, semble survenir aux moments les plus inopportuns. Les démons en profitent pour éliminer sa collègue, mais aussi pour la blesser gravement. Du coup, elle se retrouve aux urgences de l'Underworld General Hospital.

Eidolon est en colère lorsqu'il apprend qu'une tueuse Aegie arrive en ambulance. Mais selon la charte, qu'il a lui-même instaurée dans son hôpital, il se doit d'en prendre soin. Mais ses frères ne voient pas du tout les choses sous cet angle. Une tueuse de démons à l'hôpital? Non, mais qu'est-ce qui cloche chez Eidolon? Est-ce la sgenesis qui lui fait perdre la tête? Toujours est-il que Tayla fait vibrer quelque chose en lui.

L'un comme l'autre tombe sous le charme, mais pour Tayla c'est difficile à accepter. Surtout qu'Eidolon lui démontrera que les choses ne sont jamais aussi noires qu'on peut le croire. Et pendant ce temps, il y a des démons qui disparaissent pour un marché noir des organes. Qui se cache derrière tout cela? Alors que les croyances de Tayla sont en train de s'effondrer, elle devra se protéger, car il semblerait que plusieurs individus, tant humains que démons, veulent sa mort.

Au-delà de la romance, il y a tout un univers fantastique que l'auteure nous fait découvrir. J'ai eu peur de m'y perdre un peu au début. Toutes ces créatures inconnues et ses pouvoirs si puissants, mais rapidement on adhère à l'intrigue et nous en redemandons. Et l'auteure nous en donne amplement. Rebondissement après rebondissements, l'action est constante, surtout en deuxième moitié du récit. Et au milieu de toute cette action, il y a de petits moments très coquins...

Les personnages sont bien ancrés dans l'intrigue et tout comme Eidolon, il est facile d'admirer la force de caractère de Tayla. Personnellement, je trouve que cela fait un bien immense d'avoir une protagoniste qui ne soit pas naïve et qui n'a pas froid aux yeux. J'aime bien aussi le fait que l'auteure est laissée des éléments en suspend quant à certains personnages tels que Shade. Quelle est cette malédiction qui pèse sur lui? Et finalement, le mystère entourant Wraith n'est pas résolu... qui a voulu se faire passer pour lui? Bien hâte de me procurer la suite de cette saga!

Ma note : 4/5

Ce roman est une lecture commune avec Olive-oued (sa chronique est à venir).

lundi 18 septembre 2017

Le berceau de la peur


Auteur : Mark Edwards/Louise Voss
Genre littéraire : Thriller
Année de parution : 2017
Éditeur : AmazonCrossing
ISBN : 978-1542045070
Nombre de pages : 480 pages

La première enfant a été enlevée chez elle.
Le deuxième, dans la voiture de sa mère.
Et la troisième, dans sa propre chambre à coucher…
Lorsqu’un soir, Helen et Sean Phillips sortent en laissant leur fille aînée de 15 ans garder sa petite sœur Frankie, ils ignorent qu’ils s’apprêtent à vivre le pire cauchemar de tous les parents.
Quand l’enquête démarre, l’inspecteur principal Patrick Lennon a bon espoir de retrouver les trois enfants sains et saufs. Mais un premier corps est retrouvé dans un parc de Londres, et Lennon comprend que le temps est compté. Dans cette affaire, les apparences sont trompeuses…

Un roman écrit à quatre mains et qui commence en force avec un prologue qui donne froid dans le dos. Les auteurs sauront-ils nous garder en haleine jusqu'à la fin?

Helen et Sean sont sur le point de quitter la maison pour une soirée en amoureux. Alice, la demi-sœur de Frankie, passera la soirée à la maison pour prendre soin de celle-ci. Pendant que les parents discutent devant un verre de vin au restaurant, ils sont loin de se douter qu'en arrivant à la maison, ils trouveraient Alice endormie et Frankie absente de son lit!

Pour l'inspecteur Lennon, ce troisième enlèvement en moins d'une semaine ne fait aucun doute, ce sont les mêmes personnes qui ont enlevé Frankie. La pression monte d'un cran lorsque le corps d'une petite fille est retrouvé. Heureusement que sa collègue Carmella est à ses côtés pour le soutenir et l'aider dans cette enquête qui l'affecte énormément!

Quant à Helen, nous la voyons effectuer une descente en enfer. Sa fille est kidnappée, sa belle-mère Eileen fait son apparition après deux ans d'absence, sa belle-fille Alice dont elle soupçonne qu'elle en sait plus qu'elle ne le dit et son mari Sean qui passe ses journées dans l'alcool. Bref, la disparition de Frankie déchire la famille Philips et les secrets de l'un et l'autre font surface aux moments les plus inattendus.

J'ai eu de la difficulté à adhérer à ce thriller en grande partie en raison de ses personnages. Lennon est fade et maladroit dans ses prises de décision. Pour un inspecteur principal, il manque d'assurance et de structure. Les auteurs sont tombés dans les clichés en lui donnant une partenaire lesbienne et un adversaire tel que Winkler. Ils ont voulu en faire un personnage narcissique, mais à trop en faire, on tombe parfois dans le ridicule! Par chance que le personnage d'Helen est plus approfondie, cela amène un peu plus de crédibilité au récit.

L'intrigue en elle-même est bien structurée et intéressante, mais il manque ce petit quelque chose pour en faire une lecture mémorable. J'ai bien aimé le fait que les auteurs alternent les chapitres entre les divers personnages. La plupart du temps, ils alternent entre Lennon et Helen, mais également avec les personnages secondaires. Cela amène du rythme au récit. Et la fin m'a littéralement surprise, j'étais loin de me douter de celle-ci. N'empêche que je reste quelque peu mitigée sur cette lecture!

Ma note : 3/5

Je tiens à remercier la maison d'édition AmazonCrossing pour ce thriller!


jeudi 14 septembre 2017

Une simple histoire d'amour tome 2 : La déroute


Titre : La déroute
Auteur : Louise Tremblay D'Essiambre
Série : Une simple histoire d'amour, tome 2
Genre littéraire : Historique
Année de parution : 2017
Éditeur : Guy Saint-Jean
ISBN : 978-2897583583
Nombre de pages : 400 pages

Après l’incendie qui a ravagé le domicile familial et le malheureux accident de drave de Jaquelin, il semble bien que des jours meilleurs attendent la famille Lafrance. La cordonnerie pourrait même rouvrir ses portes. De l’espoir enfin à l’horizon?
Pendant ce temps, les six enfants de la maisonnée semblent se remettre plutôt bien de ces épisodes dramatiques, mais l’heure des choix, qui s’annoncent plutôt difficiles, se profile déjà pour les deux aînés, Cyrille et Agnès. Tout ça, alors que Marie-Thérèse attend à nouveau le passage de la cigogne…
Mais ce qui devrait être un événement heureux deviendra une source de rebondissements à la chaîne. Le fragile équilibre familial sera-t-il préservé?
Et la cordonnerie, si chère aux Lafrance de père en fils, pourra-t-elle maintenir ses activités?
Voici la suite de cette bouleversante saga d’époque, où émotions, drames et résilience se vivent avec une intensité peu commune.

C'est avec beaucoup d'enthousiasme que je me suis replongée au sein de cette merveilleuse saga familiale. Quel plaisir que de retrouver la famille Lafrance!

L'été vient tout juste d'arriver et Marie-Thérèse approche à grands pas de son accouchement. Elle et Jaquelin ont bien évidemment trouvé le moyen de travailler ensemble et la cordonnerie a rouvert ses portes. Tout semble aller pour le mieux à Sainte-Adèle-de-la-Merci. Il ne reste qu'à annoncer la bonne nouvelle!

Pendant ce temps-là à Montréal, Lauréanne et Émile continuent leur petit bout de chemin. À la suite, d'une visite chez son ami Napoléon, Irénée s'est mis en tête d'acheter un chalet. Mais pour cela, il faudrait bien qu'il vende la maison et la cordonnerie, car il ne cesse de mentionner que la bâtisse lui appartient encore, et ce, malgré que son fils Jaquelin lui verse un loyer tous les mois. Mais puisque son fils a perdu l'usage de son bras et que la cordonnerie est fermée, pourquoi garder un local vide?

Quelle n'est pas sa déception lorsqu'il apprend que son fils a non seulement réussi à rouvrir la cordonnerie, mais qu'en plus, Marie-Thérèse y travaille avec lui. Cela n'en prenait pas plus pour le mettre en colère et le pousser à retourner au village!

Cela ne fait même pas deux jours qu'Irénée est arrivé chez son fils, qu'il réussit à semer la pagaille. Il n'en fallait pas plus pour que Marie-Thérèse accouche. Lorsque Lauréanne et Émile viennent au village, Marie-Thérèse est déprimée et a besoin de repos. Sa belle-sœur décide de l'amener à Montréal pour qu'elle puisse se reposer loin d'Irénée. Les filles suivront la mère à Montréal, les plus jeunes garçons resteront auprès de Jaquelin et Cyrille entrera au collège de Trois-Rivières.

Mais tout cela est temporaire... croyez-vous qu'Irénée restera longtemps au village à travailler auprès de son fils? Et Marie-Thérèse qui est si amoureuse de son Jaquelin ne va-t-elle pas s'ennuyer? Cyrille, quant à lui, finira-t-il par aimer le collège ou voudra-t-il revenir à la maison pour suivre les traces de son grand-père et son père?

Au cours de ce deuxième tome, nous en apprenons plus sur les personnages de la famille Lafrance. Nous passons beaucoup plus de temps avec Lauréanne et Émile. En ce qui concerne Cyrille, l'auteure réussit à nous faire comprendre les doutes qui l'assaillent, mais aussi les aspirations qu'il a pour son avenir. Les personnages sont plus approfondis et je les ai trouvé tellement attachants et authentiques. J'ai ressenti beaucoup d'empathie pour le couple Lauréanne et Émile, eux qui auraient aimé avoir des enfants et qui s'attachent à ceux de Marie-Thérèse et Jaquelin. Peut-être même un peu trop?

L'intrigue est vraiment intéressante, addictive et je dois dire que la fin a réellement piqué ma curiosité. J'attends avec beaucoup d'impatience le troisième tome qui sortira cet automne. J'ai bien hâte de savoir si Jaquelin et Marie-Thérèse réussiront à tenir le cap, surtout avec certains éléments laissés en suspend par l'auteure!

Extrait : Elle était encore jeune et en santé, certes, mais serait-ce suffisant pour passer l'année? Serait-ce assez pour que, sans relâche, elle arrive à donner le meilleur d'elle-même à ses enfants, à son mari, à tous ceux qu'elle aimait profondément?

Ma note : 4.5/5


Je tiens à remercier la maison d'édition Guy Saint-Jean pour m'avoir permis de lire ce deuxième tome!


Vous pouvez lire la chronique du premier tome en cliquant sur le lien suivant : L'incendie


mardi 12 septembre 2017

Demain il sera trop tard


Auteur : Jean-Christophe Tixier
Genre littéraire : Jeunesse
Année de parution : 2017
Éditeur : Rageot
ISBN : 978-2700253160
Nombre de pages : 427 pages

Dans une société où règnent en maîtres prévisionnistes et laboratoires scientifiques, chacun connaît sa durée de vie précise. Depuis leur naissance, Virgil et Enna ont des destins opposés. Long Terme, Virgil a toujours eu droit au meilleur. Enna, elle, vit dans un bidonville, car elle est Court Terme. Mais un jour une Brigade tente d’arrêter Virgil. Il s’enfuit. Il apprend que son Terme est erroné et qu’il va mourir à 21 ans…
Qui a commis cette erreur? Quelles conséquences terribles va-t-elle avoir, pour lui et pour d’autres? Enna, elle, graffe sa révolte sur les murs des beaux quartiers. Quand son amie est tuée par un groupuscule, elle jure de la venger…
Traqué, Virgil rencontre une jeune geek, Lou, analyste de données qui s’oppose clandestinement au système. Elle l’entraîne dans le Réseau afin d’organiser la lutte…

Et si un test vous disait à l'avance à quel moment vous alliez mourir? Et si ce même test déterminait les conditions de vie dans lesquelles vous alliez vivre? Quelle serait votre réaction?

Virgil n'avait pas ce type de questions en tête puisqu'il était un Long Terme. Selon son test, il devrait en principe vivre jusqu'à 87 ans! Sa vie était déjà tracée à l'avance. Il allait continuer l'œuvre de son père et prendre la direction de l'entreprise. D'ailleurs, il étudiait en gestion dans ce but ultime. Jusqu'au jour où son visage apparaît sur les écrans de la Brigade pour un mandat d'arrestation à son nom. Il n'y comprend absolument rien et il décide de fuir. Il part donc à la recherche des réponses qui pourraient l'aider à s'y retrouver.

Dès les premiers jours de sa fuite, il fait la connaissance de Lou et du Réseau. Et là, il a la sensation de perdre pied. Il apprend qu'il est en fait un Court Terme et il ne lui reste plus que 4 ans à vivre. Mais il n'est pas le seul dans cette galère, ils sont vingt à avoir reçu les mauvais résultats. Par contre, il est encore le seul qui soit en liberté.

Au cours de cette quête vers la vérité, nous suivons également le parcours d'Enna. Elle est une Court Terme et elle se bat contre le système. Suite au décès de sa copine Diab, elle va rejoindre un groupe qui vit en marge de cette société. Elle évolue donc au sein du groupe « Demain ».

Un jour, les chemins de Virgil et d'Enna vont se croiser ainsi que plusieurs autres individus en quête d'une nouvelle vie basée sur la liberté. Mais où cela les mènera-t-il? Réussiront-ils à contrer le système? Quel espoir leur reste-t-il? Sauront-ils faire une différence?

Extrait : La minute qui va commencer est la même pour tout le monde [...]. Que l'on soit Court, Moyen ou Long terme. Elle durera autant pour chacun. Notre liberté consiste à décider comment on va la vivre, la remplir, ou simplement à quoi on va l'employer. Celui qui a conscience de cela va vivre avec plus d'intensité que les autres.

Cette dystopie est essentiellement basée sur le pouvoir, l'argent et le contrôle. La division de la population en fonction de leur espérance de vie est tout simplement révoltante. Et que dire de ces tests qui déterminent qui ils sont et ce qu'ils feront de leur vie? Nous pouvons nous poser la question à savoir si tout cela est utopique ou si c'est un avenir potentiel? Quel est le réel pouvoir des industries pharmaceutiques sur la société actuelle?

L'intrigue est intéressante et l'on accroche facilement. Les personnages sont simples et somme toute assez ordinaires, mais ils ont un niveau de résilience incroyable et ont des valeurs fondamentales qui m'ont rejointe personnellement. Du coup, j'ai complètement adhéré au récit. Un roman certes fictif, mais qui tout de même nous fait réfléchir sur les actions d'aujourd'hui!

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Rageot qui m'a offert l'opportunité de lire cet excellent roman!


lundi 11 septembre 2017

Marked men, tome 2 : Jet


Titre : Jet
Auteur : Jay Crownover
Série : Marked men, tome 2
Genre littéraire : Romance
Année de parution : 2017
Éditeur : J'ai Lu
ISBN : 978-2290112847
Nombre de pages : 373 pages

Avec ses pantalons moulants et son air provocant, Jet Keller est l'incarnation du fantasme. Lorsqu'il monte sur scène avec son groupe de métal, il réussit même à envoûter la fan de country qu'est Ayden Cross. Question bad boys, la belle du Sud a pourtant eu sa dose. Par ailleurs, si ses jambes interminables pourraient troubler le chanteur, elle reste néanmoins bien trop sage pour lui.
Contre toute attente, l'arrivée de ce dernier dans la colocation de Cora et Ayden éveille un désir nouveau entre eux, et y résister sera bientôt une véritable épreuve. Très différents l'un de l'autre, ils étaient loin de se douter que, derrière les apparences, ils auraient tant en commun.
Il leur faudra maintenant trouver un moyen de cohabiter : en étouffant la flamme naissante... ou en l'attisant pour de bon.

Jay Crownover nous revient avec encore plus de tatouages, de piercings, de sexe et de rock n'roll!

Au cours du premier tome, nous avions vu Ayden craquer pour Jet. Lors d'une nuit où Jet la raccompagnait à la maison, elle s'était plus ou moins jetée sur lui. Mais il avait refusé ses avances et depuis, elle s'est mise en tête qu'elle n'était pas assez bien pour lui. Quand à Jet, il se disait qu'Ayden était trop bien pour lui.

Depuis plusieurs mois, ils cohabitent ensemble, partagent la même salle de bain et pourtant ils restent sur leur garde. La tension monte et les copains autour en ont plus qu'assez de les voir se dévorer des yeux sans oser faire le premier pas. Heureusement que les amis sont là pour leur faire réaliser qu'ils sont faits pour être ensemble!

Tout semble aller comme sur des roulettes, mais voilà que le frère d'Ayden débarque en ville. Lui et ses problèmes. Elle avait décidé de quitter le Kentucky, sa famille et son passé pour une nouvelle vie en s'installant à Denver. Elle avait tout fait pour être une nouvelle Ayden et personne à Denver ne savait qui elle était vraiment et elle ne voulait surtout pas que tout cela revienne à la surface. Mais il semblerait que son ancienne vie ne lui donne pas cette chance.

Extrait : Jet n'avait pas la moindre idée de qui j'étais sous le vernis et les décorations que j'avais appliquées avant de déménager dans le Colorado. Personne ne le savait vraiment. J'en avais parlé brièvement et vaguement à Shaw, mais même ma meilleure amie ne se doutait pas de la vie que je menais avant de commencer mes études il y a trois ans.

De son côté, Jet vit l'enfer avec son père. Il le menace de s'en prendre à sa mère si Jet ne l'aide pas à rejoindre un groupe pour une tournée en Europe. Celui-ci tente par tous les moyens de protéger sa mère, mais encore faudrait-il que celle-ci veuille bien être protégée.

Est-ce que le passé va venir ternir le présent et le futur possible pour ces deux amoureux? Se rendent-ils justement compte à quel point ils ont de multiples points en commun? Vont-ils être en mesure de dévoiler leur vraie personnalité pour enfin mordre dans la vie, et être heureux?

C'est avec beaucoup d'enthousiasme que je me suis plongée dans ce deuxième tome. J'avais hâte de retrouver les personnages de Marked men. Malgré quelques similitudes entre ces deux premiers tomes, il n'en reste pas moins que j'aime cet univers original. D'ailleurs, j'ai particulièrement aimé que l'auteure nous plonge dans un univers musical. Les playlist à la fin du bouquin donnent un petit plus sur la personnalité de Jet et Ayden.

L'auteure a su bien intégrer les personnages du premier tome et les faire évoluer. Et c'est tant mieux. Elle n'est pas restée centrée sur Jet et Ayden. Elle a même donné un petit aperçu de la prochaine intrigue! Une romance originale, des personnages de plus en plus attachants et des petites scènes coquines qui mettent un peu de piquant à l'intrigue. Que demander de plus?

Ma note : 4/5

Vous pouvez lire la chronique du premier tome en cliquant sur le lien suivant : Rule

vendredi 8 septembre 2017

Cobayes tome 1 : Anita


Titre : Anita
Auteur : Marilou Addison
Série : Cobayes, tome 1
Genre littéraire : Horreur
Année de parution : 2014
Éditeur : Éditions de Mortagne
ISBN : 978-2896623983
Nombre de pages : 315 pages 

Ils ne se connaissaient pas…
Ils ont tous répondu à la même annonce…
Une compagnie pharmaceutique.
Des cobayes.
Des effets secondaires insoupçonnés.

Poids à perdre : huit foutues livres.
Méthodes utilisées pour y parvenir : faire de l’exercice de façon saine? Manger santé? Non… Suer à grosses gouttes avec un sac-poubelle sur le dos, ne rien avaler de la journée et, surtout, vomir. Ç’a toujours été la solution la plus efficace. Mais mon chum Manu commençait à en avoir assez de mon petit manège. Et moi aussi, d’ailleurs. Il y a quelques semaines, j’ai trouvé un moyen de ne plus m’enfoncer deux doigts dans la gorge dès que je bouffe la moindre calorie. Une étude clinique qui annonçait plusieurs effets secondaires possibles. Dont un, parfait pour moi : perte de poids. J’ai sauté sur le téléphone et, depuis ce temps, je reçois des injections qui doivent soi-disant me guérir de mon anxiété. Je suis moins stressée, c’est vrai. Toutefois, mon esprit commence à s’embrouiller. J’ai parfois des trous de mémoire. Faut que j’en parle au doc. Et mon appétit change. Je mangerais bien un steak saignant, là, maintenant! Mais je me moque un peu de tout ça, au fond, puisque je maigris à vue d’œil…

Et si une étude pharmaceutique faisait ressortir ce qu'il y a de plus sombre en vous? Mais attention, croyez-vous vraiment qu'ils vont vous le mentionner avant de vous injecter leurs fameuses molécules?

Anita a des problèmes d'anorexie depuis la mort de son père. Son but ultime : atteindre le poids idéal de 100 livres. Elle pige des trucs un peu partout sur le net, mais rien n'y fait, il lui reste toujours huit livres à perdre. Son conjoint est sur le point de craquer, il lui pose un ultimatum. Elle doit se faire soigner. Il lui remet une petite annonce de journal mentionnant les coordonnées d'un psychologue. Mais voilà, Anita remarque plutôt l'annonce un peu plus bas...

Quelques jours plus tard, elle se présente dans une clinique de recherches pharmaceutiques. L'étude porte sur les troubles anxieux. Toutefois, dès sa première injection, les effets secondaires se font sentir. Elle qui croyait participer dans le but de perdre les dernières livres en trop, la voilà plutôt avec un appétit qui monte en flèche. Et ses goûts se modifient considérablement. Elle se met à saliver sur les steaks bien saignants!

Sans oublier que son humeur est de plus en plus exécrable à mesure qu'elle reçoit ses injections. Les pertes de mémoire se multiplient, son empathie n'existe plus bref, elle ressemble de plus en plus à un zombie. Les gens autour d'elle deviennent peu à peu de jolis morceaux de viande tout saignants et bons à manger... attention, vous pourriez devenir son prochain repas!

Si le but de l'auteure est de nous donner une multitude de frissons à vous glacer le sang, alors là, elle y réussit à merveille! J'ai ressenti une de ces frousses en lisant ce livre. C'est glauque, horrible bref, cela nous donne une peur bleue.

La formulation de ses phrases, les mots choisis nous donnent bien malheureusement des images assez claires des scènes. Notre imagination part à toute vitesse en lisant certains passages du récit. Et que dire de ces fiches remplies par le médecin traitant : tout simplement génial. C'est là que l'on remarque tout le côté machiavélique de cette recherche!

Je ne lis pas ce genre de roman habituellement, mais la notoriété de cette saga m'a poussée à y jeter un œil. Je dois dire qu'au début j'étais totalement fascinée par les études cliniques et leurs répercussions. Par contre, le côté morbide et sanglant d'Anita est tout simplement dégoûtant! Mais puisque chaque tome est écrit par un auteur différent, je tenterai peut-être de jeter un œil sur le prochain. Toujours est-il que pour ce premier tome : Si comme moi vous avez le cœur un peu sensible, vaudrait mieux vous abstenir...


Ma note : 3/5

jeudi 7 septembre 2017

Pour te perdre un peu moins


Auteur : Martin Diwo
Genre littéraire : Romance
Année de parution : 2017
Éditeur : Plon
ISBN : 978-2259259491
Nombre de pages : 284 pages

Un garçon, une fille, une histoire universelle. Ils s’aiment, se déchirent, elle s’en va. Lui s’écroule. La jeunesse et l’innocence avec. Un roman qui frappe, âpre, enlevé, emporté, qui ne s’oublie pas. Une signature, une écriture, une voix, une époque, une génération.
« Vous avez peur?
– Oui. Peur de l’après. Peur, parce que mettre le mot fin à ce livre, c’est mettre le mot « fin » à notre histoire. Aujourd’hui, Elle existe grâce à l’écriture, mais après? Après, Elle n’existera plus et ça, je ne sais pas si je suis capable de le supporter.
– N’avez-vous pas envie qu’il soit lu?
– Vous savez quoi? Je l’ignore. Enfin, il faudrait déjà que je le termine. Je ne sais pas si j’ai le courage d’écrire certaines choses. Celles que je vous confie par exemple. À vous, je peux les dire, mais au lecteur? Nos conversations sont quand même très personnelles, non? Et puis le but du livre n’est pas de déballer mes sentiments, c’est un roman, vous savez? Enfin… un roman… en réalité c’est un double meurtre, un cri.
– Et ce cri, n’est-ce pas pour être entendu que vous l’avez poussé?
– Ok je vois où vous voulez en venir. Vous pensez que j’ai écrit ce livre pour la faire revenir, c’est ça? »

On aime comme on n’a jamais aimé, on aime comme on ne pensait pas en être capable, et puis, comme tout le monde, un beau jour, on souffre de la maladie la plus douloureuse, du syndrome le plus terrible, du traumatisme le plus violent qui soit, de ce qui existe de plus pénible sur Terre. Oui, un jour, on a le cœur brisé.

Lui & Elle formaient un beau couple, du moins au début de leur relation. Mais un jour, Elle lui annonce qu'elle ne sait plus si Elle l'aime encore. Elle prend donc quelques jours de réflexion pour finalement lui annoncer que tout est terminé!

Lui ne sait plus comment il fera pour vivre sans Elle. Lui alterne entre les moments passés et comment ce sera lors de leur prochaine rencontre. Car il est certain qu'un jour leurs chemins se croiseront à nouveau. Mais pour l'instant, il souffre énormément. Il se demande où leur rupture a bien pu commencer. Lors de ce week-end ou bien lors de cette soirée au cinéma bref, les occasions se multiplient. Et ce n'est que maintenant qu'il se rend compte combien il était heureux à ses côtés.

C’est un petit rien qui nous emplit de joie. Qui fait battre notre cœur et sourire nos lèvres. Un petit rien qui justifie l’existence et donne une raison à ce grand Tout.
C’est un petit rien qui devient machinal, automatique. Auquel on s’habitue et dont on boude le plaisir qu’il procure. Qu’on finit par ne plus remarquer et dont on oublie la signification.
C’est un petit rien qu’on regrette et dont on se souvient trop tard, car ce petit rien, s’il n’y en a pas, c’est qu’il n’y en aura plus.

Les émotions nous tombent littéralement dessus dès les premières lignes de ce roman. Nous nous sentons un peu à vif, comme notre protagoniste. Nous le suivons dans ses pensées, dans sa descente. Nous voudrions le consoler et le prendre dans nos bras.

À mesure que l'on avance dans le récit, nous aimerions bien que les choses avancent un peu. Il est vrai que cela demande un certain temps pour remonter la pente suite à une peine d'amour aussi intense, mais en même temps, on se lasse un peu de le voir rêver de ce premier moment où il la reverra. Et ressasser le passé, ne servira pas au futur...

Finalement, on ne sait pas trop si l'auteur a réellement vécu cette immense peine d'amour, mais chose certaine, c'est l'impression qu'il en reste. Il écrit pour essayer de garder ses souvenirs d'Elle près de Lui. Au final, la vie finit par reprendre son cours et le soleil est de retour. Mais la tempête aura été bien longue et douloureuse.

Un premier roman empli de vérités et d'émotions pures. Un nouvel auteur à suivre...

Ma note : 3.5/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Plon pour ce roman!