vendredi 28 avril 2017

La maison de poupée


Auteur : M.J. Arlidge
Genre littéraire : Policier
Année de parution : 2017
Éditeur : Les Escales
ISBN : 978-2365693240
Nombre de pages : 284 pages

Une jeune femme se réveille, désorientée. Elle n’est pas dans son lit mais dans une cave. Prisonnière d’un simulacre de chambre. La panique monte. Comment a-t-elle atterri là ?Pourquoi ?
Non loin de là, des promeneurs font une découverte macabre : le corps décomposé d’une femme. Sa disparition n’a jamais été signalée : sa famille recevait régulièrement de ses nouvelles via les réseaux sociaux et n’avait donc aucune raison de s’inquiéter. Quel assassin peut être assez pervers pour jouer ainsi avec les proches de ses victimes ?
La détective Helen Grace se lance sur la piste de ce meurtrier redoutable. Un prédateur vicieux et intelligent qui ne recule devant rien. Mais elle doit faire vite. Quelque part, une femme lutte pour sa survie.

L'auteur nous emmène dans la tête d'un psychopathe, un tueur en série qui kidnappe des jeunes femmes pour ensuite les enfermer dans cette chambre aux allures de maison de poupée. C'est à donner des frissons de peur!

Tout commence lorsque le corps d'une jeune femme, Pippa, est découvert sur une plage par de jeunes enfants. Le corps indique que le tueur l'a non seulement privé de nourriture, mais également de luminosité et ce, jusqu'à sa mort! Ce psychopathe est bien organisé et n'a laissé aucune preuve derrière lui permettant de le relier à cette jeune femme... à l'exception d'un merle bleu tatoué sur la peau.

Au même moment, une autre jeune femme, Ruby, semble avoir disparu. Du coup, Helen voit là un lien entre ces deux enquêtes et demande à sa collègue Sanderson de jeter un œil aux dossiers afin de trouver ce qui pourrait permettre d'en savoir plus sur ce tueur. Et le temps est compté, elles veulent retrouver Ruby avant qu'il ne soit trop tard. Mais plus le temps avance et plus son flair lui dit que ce ne sont pas les seules victimes de ce psychopathe. Helen doit user de stratégie et persuasion pour faire avancer l'enquête, car il y a plusieurs jeux politiques au sein de la brigade.

Effectivement, sa supérieure, Ceri Harwood qui n'a qu'un seul objectif en tête : se débarrasser d'Helen, jusqu'au point de mettre des bâtons dans les roues de cette enquête. Parallèlement, Harwood tente de monter une mise en situation afin de démontrer qu'Helen est corrompue. Ce que Ceri n'a pas compris, c'est que celle-ci est entourée de femmes qui sont prêtes à la soutenir.

Bref, c'est un excellent roman policier, mais on peut lui reprocher le fait qu'il est assurément trop court. Du coup, plusieurs éléments auraient dû être plus approfondis. Par conséquent, la fin est bâclée, trop rapide! J'ai bien aimé la structure des chapitres, car ils sont courts et ils alternent entre chaque protagoniste, ce qui apporte beaucoup de dynamisme au récit et nous garde en haleine jusqu'à la fin!

Ma note : 3.5/5


Je tiens à remercier la maison d'édition Les Escales pour la découverte de ce thriller!


mardi 25 avril 2017

Calendar Girl - Avril


Auteur : Audrey Carlan
Série : Calendar girl, tome 4
Genre littéraire : Érotique
Année de parution : 2017
Éditeur :  Hugo Roman
ISBN : 978-2755629156
Nombre de pages : 156 pages

Le premier contact avec Mason Murphy est assez rude ! Le joueur phare de l’équipe des Red Sox est un véritable goujat. Mais il ne connaît pas encore le caractère bien trempé de Mia qui va rapidement le faire changer d’attitude.
Un mois entourée des joueurs de son équipe de base-ball favorite, Mia est aux anges. Pourtant, son bonheur va être entaché d’une mauvaise nouvelle. Pourra-t-elle surmonter cette déception ?


Après avoir lu le livre de Mars, je m'étais réconciliée avec Mia, mais là, je dois dire que je suis un peu déçue... encore une fois!

Ce mois-ci, Mia semble encore devoir faire vœu d'abstinence. Dès son arrivée, Mason, ce magnifique joueur de base-ball et nouvel employeur, trouve le moyen d'enrager Mia. Son attitude arrogante, son trop-plein d'assurance et ses paroles obligent Mia à le remettre à sa place. Mais suite à cela, la relation évoluera vers une belle amitié et complicité entre eux.

Lors de son premier soir à Boston, Mia est triste et Wes lui manque. Elle fait l'erreur de suivre son impulsion du moment et décide de l'appeler. Quelle mauvaise idée! La visite de Wes à Chicago semble avoir créé certaines attentes et par le fait même, cela amène son lot de déception pour notre belle Mia : C'est injuste et parfaitement ridicule de supposer qu'il allait m'attendre, surtout quand, de mon côté, je baise avec qui je veux. Or pour moi, quelque chose a changé lorsqu'il m'a fait la surprise de venir à Chicago.

Toujours est-il que pour la première fois de sa vie, Mia se sent réellement seule. Et cela est d'autant plus vrai à mesure que la relation entre Rachel et Mason évolue. Les voir ensemble la rend heureuse, mais également, triste lorsqu'elle passe ses nuits seule sous les couvertures.

Et puis, tout à coup vient un voyage surprenant... Mason et son équipe doivent se rendre à Seattle pour un match et Mia doit les accompagner. Pourquoi ne pas en profiter pour voir son beau Frenchie? Elle passera une nuit de rêve auprès du beau Alec. M. Février l'a fera vibrer et cela amène enfin un peu d'érotisme et de sensualité à ce roman.

Ce 4e tome m'a laissée un peu froide... à l'exception d'une certaine nuit très chaude entre Mia et Alec! Mais plus sérieusement, je suis déçue de retrouver dans ce tome les éléments qui m'avaient tant agacée depuis le début de la saga. Que ce soit le langage vulgaire entre Mia et Ginelle, les fins de phrases à Alec et j'en passe. Je suis également déçue de la tension entre Wes et Mia même si c'était à prévoir. Malgré cela, il y a encore un petit quelque chose qui me fera acheter le prochain tome. Mais si l'auteure poursuit sur cette lancée, il se pourrait bien que je ne poursuive pas jusqu'en décembre. Mai sera décisif!


Ma note : 3/5

Pour le premier tome, cliquez sur le lien suivant : Calendar Girl - Janvier
Pour le deuxième tome, cliquez sur le lien suivant : Calendar Girl - Février
Pour le troisième tome, cliquez sur le lien suivant : Calendar Girl - Mars

lundi 24 avril 2017

L'invité sans visage


Auteur : Tana French
Genre littéraire : Policier
Année de parution : 2017
Éditeur : Calmann-Lévy
ISBN : 978-2702161197
Nombre de pages : 520 pages

Pour l’inspectrice Antoinette Conway, intégrer la brigade criminelle de Dublin est un rêve qui se transforme vite en cauchemar. Son quotidien est fait d’affaires ingrates, de plaisanteries cruelles et de harcèlement. Antoinette a beau être solide, elle approche du point de rupture. Seul son partenaire, Stephen Moran, apprécie sa présence.
Leur nouvelle enquête ressemble à une histoire d’amour qui a mal tourné. Aislinn Murray, jolie blonde bien sous tous rapports, est retrouvée assassinée chez elle, au pied d’une table dressée pour un dîner romantique. Rien ne semble suspect dans le passé de la victime. Le seul élément qui trouble Antoinette est la conviction de l’avoir déjà vue quelque part. Les autres inspecteurs poussent Antoinette et Stephen à arrêter le fiancé d’Aislinn, coupable tout désigné. Mais quand une amie de la défunte avoue à demi-mot qu’elle savait Aislinn en danger depuis quelque temps déjà, sa mort prend une tournure bien moins banale, et dévoile une part beaucoup plus sombre de la belle. De découverte en découverte, l’image de la poupée parfaite semble se fissurer, tout en mettant Antoinette au centre de l’énigme…
Mais est-ce le harcèlement qu’Antoinette subit qui la rend paranoïaque ? Est-elle encore clairvoyante dans cette affaire qui semble plus obscure et trompeuse qu’elle n’y paraît sous le vernis poli des apparences?



Tana French vient de signer une autre excellente intrigue policière. Elle a un talent fou pour nous faire sentir comme partie prenante à l'enquête et nous amener sur diverses pistes sans tout dévoiler!

Antoinette Conway, inspectrice à la brigade criminelle depuis deux ans, est non seulement novice en la matière, mais également la seule femme. Ce qui lui apporte au quotidien son lot de plaisanteries et de harcèlements de la part de ses collègues. Heureusement que son coéquipier Steve Moran est à ses côtés pour l'aider. N'empêche que Conway est à la croisée des chemins. Elle est sur le point d'accepter un nouvel emploi sinon elle risque de mordre quelqu'un de son entourage!

Alors que Conway et Moran étaient sur le point de terminer leur quart de nuit, les voilà mandater pour enquêter sur le meurtre d'une jeune femme. Au premier abord, tout semble indiquer un souper romantique qui se serait mal terminé. Bien malgré eux, le chef de la brigade leur colle aux fesses un autre inspecteur pour superviser l'enquête et ce n’est nul autre que Breslin, cet inspecteur à la voix un peu trop mielleuse.

La victime, Aislinn, est une jeune femme qui attendait son petit copain Rory pour un souper aux chandelles. Celui-ci jure que lorsqu'il est arrivé, il n'y avait personne à la maison pour lui ouvrir la porte. Selon le coroner, la victime serait morte justement à cette heure-là! Et fait assez troublant, il n'y a aucune empreinte dans toute la maison. Impassible, le meurtrier aura effacé non seulement toutes les preuves pouvant l'incriminer, mais il aura pris le temps de fermer le gaz pour éviter que la maison ne parte en fumée. Et ce, pendant que la victime était en train de mourir. Mais pourquoi avoir éteint le gaz?

Très rapidement, on comprend que Breslin tente absolument de mener l'enquête vers un seul et unique suspect afin de clore rapidement celle-ci. Mais pourquoi? Quel est son avantage à faire incriminer Rory? Moran part dans toutes les directions avec ses suppositions, faisant en sorte de mettre Conway sous pression. Au fur et à mesure que Conway et Moran amassent les preuves et témoignages, ceux-ci sont de plus en plus perdus... et nous aussi d'ailleurs! Tout l'entourage d'Aislinn semble avoir quelque chose à cacher : Lucy la meilleure amie de la victime qui tait certaines informations, Rory le petit copain qui devient nerveux lorsqu'il parle de son emploi du temps lors du soir fatidique, sans oublier cet individu bizarre qui semble surveiller la maison de Conway et ayant une description assez similaire au meurtrier d'Aislinn. Est-ce que tout cela a un lien?

Bref, l'intrigue nous tient en haleine et tout est bien ficelé. Le seul bémol que je donnerais à ce roman policier, et ce n'est pas le moindre, c'est la personnalité de notre protagoniste. Conway est antipathique, à la limite antisociale. Un animal enragé et qui peut vous sauter à la gorge pour un rien. Un personnage un peu trop caractériel à mon goût. Mais une fois cet élément mis de côté et qu'on entre dans l'enquête et les interrogatoires, on se laisse prendre au jeu.

Ma note : 4/5


Je tiens à remercier la maison d'édition Calmann-Lévy pour cet excellent thriller!


vendredi 21 avril 2017

Calendar Girl - Mars


Auteur : Audrey Carlan
Série : Calendar girl, tome 3
Genre littéraire : Érotique
Année de parution : 2017
Éditeur :  Hugo Roman
ISBN : 978-2755629149
Nombre de pages : 155 pages

Avant de s’envoler vers sa prochaine mission, Mia fait un petit séjour à Las Vegas où elle retrouve sa sœur et sa meilleure amie. Elle en profite pour aller rendre visite à son père qui est toujours dans le coma. Elle a rendez-vous avec son usurier pour lui remettre le deuxième versement, et cette rencontre n’est pas des plus sympathiques ! Mais la voilà à nouveau dans un avion, direction Chicago, pour y retrouver le bel Anthony Fasano, propriétaire d’un restaurant italien.


J'étais inquiète à la fin de ma lecture de Février. Sincèrement, j'espérais que l'auteure n'allait pas me décevoir de plus en plus en avançant dans la saga. Heureusement que Mars m'a réconciliée avec Mia.

Ce mois-ci, Mia prend quelques jours à Las Vegas afin de se refaire une beauté avec sa sœur et sa meilleure amie. Elle en profite également pour aller voir son père qui est toujours dans le coma et pour faire son deuxième paiement auprès de Blaine. L'auteure nous fait voir Mia sous un angle très touchant. On la voit parler de ses nouvelles aventures à son père, jouer le rôle de la grande sœur avec Maddy, mais également, elle est plus à l'écoute avec sa grande amie Ginelle.

À son arrivée à Chicago, Mia est plus que surprise par ce nouveau contrat. Elle surprend Tony, son nouvel employeur, alors qu'il sort de la douche, mais celui-ci n'est pas seul. Hector est à ses côtés! Eh oui, celui-ci est gay, mais cela semble être problématique. Tony est boxeur, chef d'entreprise, chef de famille et n'ose pas faire son coming-out. Il a donc pensé que Mia pourrait jouer le rôle de sa fiancée. Il veut calmer un peu sa mère qui lui met de la pression pour qu'il se marie et lui donne un petit-fils, et ce, le plus rapidement possible. Tony est le seul fils qui peut continuer la lignée des Fasano.

Je dois dire qu'au début du roman, j'étais agréablement surprise et je ne savais pas trop à quoi m'attendre de cette intrigue. Je suis bien heureuse de la continuité de la relation entre Mia et Wes. La petite scène coquine au téléphone était juste sexy, sans vulgarité!

L'intrigue autour de Tony et Hector est très intéressante, mais je trouve le sujet trop profond pour un bouquin de seulement 155 pages. L'auteure n'a fait qu'effleurer le sujet. Et c'est bien dommage! La fin est beaucoup trop rapide, un peu bâclée à mon avis. Sinon, j'aime bien les changements qui s'opèrent chez Mia. Dans le deuxième tome, elle apprenait à s'aimer. Dans celui-ci, à affronter ses peurs. J'ai bien hâte de voir où Avril nous mènera! Encore neuf mois...Wes saura-t-il attendre?


Ma note : 3.5/5

Pour le premier tome, cliquez sur le lien suivant : Calendar Girl - Janvier
Pour le deuxième tome, cliquez sur le lien suivant : Calendar Girl - Février

mercredi 19 avril 2017

Calendar Girl - Février


Auteur : Audrey Carlan
Série : Calendar girl, tome 2
Genre littéraire : Érotique
Année de parution : 2017
Éditeur :  Hugo Roman
ISBN : 978-2755629132
Nombre de pages : 153 pages

Mia se rend à Seattle où elle sera la muse d’un célèbre peintre français.
L’amour sur toile, tel est le titre de l’œuvre du bel artiste avec lequel elle va partager ce mois qui sera riche en émotions. Il faut dire qu’Alec est surprenant dans son travail et qu’il a cette manie si sexy d’utiliser des expressions françaises lorsqu’il s’adresse à Mia.

Je dois dire que j'avais beaucoup de réticences à lire ce 2e tome suite aux commentaires que j'ai pu lire sur divers blogues.

Cette fois-ci, Mia passera le mois à Seattle auprès d'Alec, un célèbre artiste français! Dès son arrivée, Mia tombe sous le charme de celui-ci. Peut-être même un peu trop rapidement si l'on tient compte du premier tome où celle-ci ne semble pas emballée par le fait de devoir jouer le rôle d'escorte. Mais également parce qu'elle a eu de la difficulté à quitter Wes. Et sincèrement peut-on parler d'alchimie dès le premier jour? Peut-être qu'un bouquin plus volumineux aurait permis à l'auteure de prendre son temps afin de bien mettre en place la relation entre Mia et Alec?!

Quant à Alec, je dois dire qu'il a une façon de s'exprimer qui est vraiment agaçante à la longue. Cette manie de terminer les phrases par un oui! Sinon sa vision de l'amour est assez singulière : Je m'engage à t'aimer tant que tu es là et je te promets que mon amour restera avec toi toute la vie. De mon côté, j'emporterai ton amour partout où je vais. Nous saurons toute notre vie que cette relation était construite sur la confiance, l'amour et l'amitié... Et je dois dire que sa vision de l'art m'a beaucoup émue. J'aurais aimé voir en vrai ses toiles! Il y a également certains passages écrits qui sont presque poétiques : il caresse mon corps comme si j'étais une toile et que sa main était un pinceau.

Mia reste fidèle à elle-même en gardant son intégrité et son authenticité. L'auteure met cet aspect bien en évidence, notamment lorsque Mia se rend compte que Wes et Alec lui ont alloué un bonus pour avoir baisé avec elle. On remarque également à ce moment-là que la vision de Mia qu'elle a d'elle-même est assez intransigeante : Ce ne sont pas les hommes qui me voient comme une pute, c'est moi.

Bien que ce deuxième tome soit moins emballant que le premier, il n'en reste pas moins que l'auteure sait garder notre attention afin de poursuivre la lecture de cette saga, principalement en revenant sans cesse sur Wes. Elle a su dès le premier tome nous captiver avec ce personnage haut et fort. On remarque que les pensées de Mia ne cessent de revenir vers celui-ci et l'on en redemande! Au moins, le fil conducteur est là. J'espère sincèrement que le prochain tome sera un peu plus relevé que celui-ci.

Ma note : 3/5

Pour le premier tome, cliquez sur le lien suivant : Calendar Girl - Janvier

mardi 18 avril 2017

L'homme qui haïssait le bien


Auteur : Sébastien Bohler
Genre littéraire : Thriller
Année de parution : 2017
Éditeur : Robert Laffont
ISBN : 978-2221192382
Nombre de pages : 416 pages

Le crime était une maladie. On a découvert le traitement.
Qu’y a-t-il dans la tête de Franck Corsa, le psychopathe le plus dangereux de France ?
Pour la première fois, grâce aux progrès fulgurants de l’imagerie cérébrale, quelques scientifiques peuvent le savoir. Ils proposent alors un marché au prisonnier : effacer les causes du mal dans son cerveau par une opération chirurgicale jamais tentée à ce jour.
Lorsque Corsa se réveille, il n’est plus le même homme. Bonté, compassion, douleur : toute une gamme de sentiments humains lui est brusquement révélée.
Seul problème : être un homme bon ne faisait pas partie de ses plans.


Encore une fois, la maison d'édition Robert Laffont nous revient avec un excellent thriller.

Celui-ci est basé sur un fictif scandale politique en France impliquant un centre en neurosciences. Après avoir réussi à étouffer un précédent scandale à Neuroland (référence au précédent bouquin Neuroland écrit en 2015), le ministre de l'Intérieur, Levareux n'hésite pas à se lancer dans un nouveau projet de réforme de santé pénale afin d'obtenir non seulement suffisamment de fonds pour la campagne électorale du président Dejaby mais également pour garder Corsa sous contrôle et ainsi l'empêcher de dévoiler ses petits secrets. Donc, Levareux prend entente avec la société Ovotech afin d'obtenir des cellules souches et cela sans même faire de vérifications et sans se demander réellement pourquoi et comment fait cette entreprise pour soumissionner à un prix aussi bas. L'entente prévoit une surfacturation où les fonds seront envoyés sur un compte en Suisse... bref, une belle arnaque!

Vincent Carat est un jeune scientifique en neurosciences à Neuroland et se voit contraint de travailler sur ce nouveau projet, en grande partie pour faire plaisir à sa conjointe Maria. Et ce, malgré ses réticences à devoir travailler sur le cerveau de Corsa. Il est nécessaire de rappeler que Corsa est le pire psychopathe que la France a connu. Il a, entre autres, torturé, violé et tenter d'assassiner Maria. Mais celle-ci insiste auprès de Vincent, car elle voit son salut dans la guérison de Corsa. Car le projet a pour objectif de développer la notion de bien dans le cerveau du psychopathe en y implantant tout simplement des cellules souches! Maria travaillera en étroite collaboration avec toutes les parties prenantes afin de s'assurer de l'évolution du projet.

Pour fournir ces fabuleuses cellules souches, Ovotech est prête à tout! Mais ce que les autres ne savent pas, c'est comment l'entreprise obtient sa matière première et c'est là que l'exploitation des plus faibles rentre en ligne. L'entreprise n'hésite pas à aller menacer des tribus reculées du Nicaragua pour cette matière première en utilisant les cellules du cerveau de fœtus! L'entreprise n'avait pas prévu par contre que Maria allait surveiller de près leurs opérations.

La mise en place des personnages et de l'intrigue pourrait être difficile si vous n'avez pas lu le premier bouquin, mais une fois cette section passée, on embarque littéralement. À mesure que j'avançais dans l'intrigue, plus vite je voulais tourner les pages. Un thriller vraiment addictif! J'ai eu parfois un peu de difficultés à lire certains passages en raison du côté sombre et cruel, mais heureusement, l'auteur ne s'y attarde pas trop longtemps. Évidemment, l'auteur nous laisse sur une tonne de questions. Il y aura une suite et j'espère qu'elle arrivera très bientôt, car la fin est un peu abrupte!

Ma note : 4/5


Je tiens à remercier la maison d'édition pour ce thriller!


lundi 17 avril 2017

Une nuit, rien qu'une seule


Auteur : Simona Ahrnstedt
Genre littéraire : Romance/Érotique
Année de parution : 2017
Éditeur :  NiL/Robert Laffont
ISBN : 978-2841119363
Nombre de pages : 434 pages

L’éblouissante Natalia De la Grip est la fille de l’une des plus riches familles de Suède. Étoile montante de la finance, elle ne souhaite rien d’autre que l’admiration de son père, dirigeant d’Investum.
David Hammar, bad boy de la finance suédoise, a des vues sur cet empire industriel… et sur Natalia. Il espère qu’elle le mènera à son père et l’aidera à son insu à réussir une OPA hostile. Son désir de vengeance contre l’homme le plus puissant du pays remonte à son enfance.

Dès leur rencontre, l’attirance entre les deux jeunes gens est irrésistible. Le temps d’un été suffocant et moite, entre Stockholm et les « Hamptons » suédois, ils enchaînent les rendez-vous passionnés alors même que David prépare son coup d’éclat.

Enfin une jolie romance avec une intrigue tout à fait originale! Et surtout, l'auteure a osé créer deux personnages ayant une belle personnalité.

Natalia est une femme brillante qui travaille d'arrache-pied afin d'être digne d'obtenir un poste au sein de l'entreprise familiale Investum. Mais serait-ce vraiment une bonne chose sachant que son père, Gustaf, est misogyne? Il traite les femmes, travaillant sous sa gouverne, comme du bétail et prend plaisir à les insulter. À ses côtés pour diriger l'entreprise, son fils Peter. Un fils soumis dont la pression augmente de jours en jours et qui attend avec impatience de pouvoir voler de ses propres ailes. Mais Natalia veut sa place chez Investum mais également dans le cœur de ses parents. Elle ne comprend pas pourquoi ceux-ci sont si distants avec elle, ce qui l'amène à se dire qu'elle n'est pas digne d'être aimée!

David, quant à lui, fut élevé par une mère monoparentale ayant à sa charge deux enfants illégitimes d'un comte marié et qui refusait de les reconnaître comme étant les siens. Toujours est-il que David a reçu une bourse pour faire des études en finance, et ce, au sein de l'école la plus prestigieuse au pays. Il fut malheureusement le bouc émissaire de ces jeunes riches et cela a eu des répercussions également sur sa sœur. Il se promit donc de réussir dans la vie afin de prendre sa vengeance sur ses bourreaux.

Et c'est ce qui le mènera vers Natalia. Afin de pouvoir finaliser son plan et anéantir son dernier bourreau soit la famille De la Grip, il doit prendre le pouvoir sur Investum. Par contre, il n'avait pas prévu de tomber sous le charme de Natalia, cette femme aussi énergique et aux yeux dorés. Une femme passionnée par son travail, « workaholic » tout comme lui! Alors pourquoi ne pas profiter du moment présent seulement pour une nuit : Monter chez elle est une très mauvaise idée : ne doit-il pas veiller à interrompre leur relation au lieu de la consolider? Au fond, il sait très bien qu'il a déjà perdu la bataille contre sa conscience. Peut-être même a-t-il déclaré forfait trop tôt. Il n'a sans doute jamais rien voulu d'autre que raccompagner l'élégante et raisonnable Natalia De la Grip, et lui faire l'amour.
Une nuit, rien qu'une seule. Cela n'aura pas de conséquences.

À chaque jour, David essaie de couper les ponts avec Natalia en sachant que la date de l'OPA approche et il devient de plus en plus difficile de séparer sa vie personnelle et professionnelle. Il se retrouve à devoir faire un choix soit laisser tomber la mise en œuvre de son plan, soit quitter Natalia. Extrait : Voilà c'est donc la dernière fois, se persuade-t-il lorsque le taxi s'immobilise dans la rue calme de Natalia et qu'il paie la course. Il va coucher avec elle une dernière fois, conclure tout cela de la manière la plus élégante possible. Puis il sera libre. L'esprit vif et concentré.

Nous retrouvons également en parallèle, Michel, l'associé de David dont le chemin croisera celui de la meilleure amie de Natalia. Michel et Asa se sont connus il y a de cela dix ans et sont restés sur une relation qui n'est pas encore terminée tant pour l'un que pour l'autre, mais parfois, il est difficile d'oser avouer ses sentiments!

Il y a de nombreux clichés et aucune surprise quant à l'issue finale du roman, mais cela n'empêche pas que j'ai passé un moment agréable en compagnie de David et Natalia. Plusieurs scènes assez coquines qui ajoutent un peu de piment fort à cette romance sexy! L'intrigue est originale... dommage que l'auteure n'ait pas trouvé une fin qui soit à la hauteur afin de terminer en beauté cette jolie romance. Et cet épilogue, sincèrement : était-ce nécessaire?

Ma note : 3.5/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Robert Laffont pour cette jolie romance!


samedi 15 avril 2017

La cueilleuse de thé


Titre : La cueilleuse de thé
Auteur : Jeanne-Marie Sauvage-Avit
Genre littéraire : Romance
Année de parution : 2017
Éditeur : Charleston
ISBN : 978-2368121467
Nombre de pages : 311 pages

Au Sri Lanka, l'ancien Ceylan, Shemlaheila est cueilleuse de thé dans une plantation. Depuis dix ans déjà, elle ploie sous les lourds sacs de feuilles de thé et sous le joug des contremaîtres, mais, à l'aube de ses vingt ans, la jeune femme a d'autres rêves. Elle est bien décidée à partir, à échapper à la condition de celles qui, dans les théiers et dans les maisons, sont au service des hommes. Elle ne sera pas cueilleuse de thé toute sa vie, comme sa mère, comme toutes ces femmes asservies qui n'ont d'autres horizons que les interminables rangées de théiers…
 Du Sri Lanka à Londres, à la découverte d'un pays complètement différent du sien, Shemla va découvrir une autre culture, d'autres personnes et surtout d'autres envies. La cueilleuse de thé qu'elle a toujours été choisira-t-elle de revenir au pays, ou de se créer une nouvelle vie ?

Ce livre est beaucoup plus qu'une simple romance. C'est un aperçu de ce que vivent les cueilleuses de thé du Sri Lanka, mais également des embûches que toute femme qui prend la décision de conquérir le monde peut rencontrer sur sa route.

Le parcours de Shemla est celui d'une jeune femme qui vient de perdre sa mère et qui décide de prendre sa vie en main afin d'échapper à sa vie actuelle et pouvoir réaliser ses rêves. Tout cela malgré ses peurs, malgré les obstacles à venir, malgré l'inconnu. Elle décide donc de foncer dans la vie et elle devra user de stratégies pour réussir à sortir de la plantation avec son passeport. Il est facile de comprendre dès le début du roman que ces femmes sont en fait esclaves de cette vie. Le patron a le plein contrôle sur leur vie en décidant du salaire qu'il versera, les conditions de vie sont exécrables et en plus, elles ne peuvent quitter la plantation, car celui-ci garde leurs passeports.

Que ce soit sur le bateau lors de sa traversée vers l'Angleterre ou lors de son arrivée en terre nouvelle et même lorsqu'elle est au service des Rosay, Shemla aura la chance de rencontrer des gens qui l'aideront tant au niveau de la langue, que du travail et des études. Cela lui permettra de gagner en assurance et pourra par la suite, faire face à son passé. Et cela demande beaucoup de courage. On comprend au fil de son histoire que la vie n'a pas été tendre avec elle et qu'elle a fait preuve d'une très grande résilience pour en arriver où elle en est aujourd'hui!

Tout le récit tourne autour d'un seul et même bourreau soit Datu-Guemi (mais on comprendra qu'il n'est pas le seul à agir ainsi sur les plantations). Cet homme aura détruit la vie de plusieurs femmes sur son passage. En premier lieu, il y a Pokonaruya, sa première femme qui vivra l'horreur tant par la violence physique que psychologique. Il y a également Mohanty qui débutera son travail à la plantation. Elle ira voir sa mère, car elle se sent comme une proie face au kangani Datu-Guemi...sa mère tentera donc de la marier : On va essayer de te trouver un mari qui veuille bien de toi, car tous les hommes savent que les cueilleuses ont des vies difficiles sur les plantations et que les plus jolies ont déjà servi d'une manière ou d'une autre. Et toi tu es jolie. Les hommes n'aiment pas les filles qui ont déjà servi

Cette violence faite sur les plantations, ce que subissent ces cueilleuses de thé semble être la norme et les patrons n'en font pas de cas. Le vécu de ces femmes m'a énormément touchée, scandalisée. Étant amateur de thé, je peux vous garantir que je regarderai ma tasse sous un angle nouveau.

L'auteure a une plume vraiment singulière, une finesse dans les mots malgré parfois la violence qui caractérise la vie de ces femmes. Elle sait choisir les bons mots pour nous toucher directs au cœur. Il y a parfois quelques passages à la fois doux et poétique : Ils avançaient sans bruit sur le sentier sablonneux parsemé des dernières feuilles mortes. À travers la trouée des arbres, l'eau du lac miroitait comme un plat d'argent posé sur l'herbe.

En passant par le Sri Lanka, l'Inde et l'Angleterre, l'auteure nous fait découvrir ces merveilleux pays au travers des yeux d'une jeune femme courageuse... mon coup de cœur du printemps!

Ma note : 4.5/5

Je tiens à remercier très chaleureusement la maison d'éditions Charleston pour m'avoir offert ce roman!


mardi 11 avril 2017

Il était une fois, tome 1 et 2


Titre : Au douzième coup de minuit
Auteur : Eloïsa James
Série : Il était une fois, tome 1
Genre littéraire : Romance, Historique
Année de parution : 2012
Éditeur : J'ai Lu pour elle
ISBN : 978-2290058091
Nombre de pages : 344 pages


Réduite au rang de servante depuis la mort de son père, Kate vit sous le joug de sa belle-mère Mariana. L'odieuse femme va bientôt marier sa fille, Victoria, à un éminent parti, mais avant tout, la future épouse doit être présentée au prince Gabriel. Par un coup du sort, Victoria ne peut se rendre au château. C'est donc Kate qui est envoyée à sa place, déguisée en fiancée. Kate va rencontrer Gabriel, un prince aussi charmant qu'arrogant. Un prince pour qui son cœur vacille, mais que le destin s'acharne à lui dérober. Et si un baiser avait le pouvoir de tout changer ? Et si les contes de fées existaient ?

Au douzième coup de minuit est inspiré du conte de Cendrillon mais l'auteure y a mis son grain de magie. En y ajoutant de nouveaux éléments dont certains passages un peu plus coquins.

Contrairement au conte, ici la belle-mère méchante est très peu présente (heureusement d'ailleurs car elle est vraiment désagréable) et il s'avère qu'elle n'a qu'une seule fille, Victoria. Celle-ci se retrouve enceinte et fiancée. En principe, elle devait quitter le manoir pour quelques jours avec son fiancé mais malheureusement, elle s'est fait mordre par un de ses chiens. Alors son fiancé est contraint d'aller au château du prince, qui se trouve également être son oncle, avec sa belle-sœur Kate (qui jouera le rôle de sa sœur Victoria).

C'est en arrivant au château que l'intrigue commence réellement. Kate fait la rencontre du prince ainsi que de sa marraine dont elle ne connaissait pas l'existence. En peu de temps, le prince découvrira que Kate n'est pas la vraie Victoria et tentera de la séduire avant l'arrivée de la princesse russe avec qui, il prévoit se marier pour sauver son château et sa famille.

J'ai particulièrement aimé le personnage de Henry, la marraine de Kate. Elle est tout à fait incroyable et rafraîchissante. J'aime son caractère et son brin d'humour. Il est assez rare de voir les personnages secondaires laisser leurs marques aussi profondément dans notre mémoire. Quant à la fin, l'auteure a malheureusement suivi les classiques de la romance. Dommage car tout le récit était original.

Bref, un vrai conte de fée tel qu'on les aime, mais sans surprise si ce n'est les petits passages coquins.

Ma note : 3.5/5


Titre : La belle et la bête
Auteur : Eloïsa James
Série : Il était une fois, tome 2
Genre littéraire : Romance, Historique
Année de parution : 2013
Éditeur : J'ai Lu pour elle
ISBN : 978-2290058237
Nombre de pages : 372 pages

À cause d’une malencontreuse méprise, la ravissante Linnet Thrynne est déshonorée. Sa tante trouve alors une solution : Linnet épousera Piers Yelverton, futur duc dont personne ne veut. Et pour cause : victime d’un accident qui l’a laissé boiteux et impuissant, il terrorise son entourage de ses fureurs dévastatrices. Puisqu’il n’a aucun espoir d’engendrer un héritier, il acceptera de donner son nom à une femme qui, pense-t-il, porte la vie.
Ce sera l’union de la Belle et de la Bête.
Sauf que Linnet est aussi pure que la blanche colombe et que son irascible fiancé est loin d’être un monstre.

Oubliez le récit que vous connaissez depuis l'enfance, celui-ci est tout à fait différent et c'est tant mieux!

Linnet se retrouve au Pays de Galles pour rencontrer son futur époux, accompagnée seulement de sa femme de chambre. Son père n'est pas à ses côtés, ni sa tante et aucun chaperon pour la surveiller. D'ailleurs, pourquoi cela serait-il nécessaire puisqu'elle est déjà déshonorée et cela, sans avoir pour autant fait quoi que ce soit d'irréprochable. La pauvre fera donc le voyage avec le duc pour aller y rencontrer son fils. Ce fils que le duc n'a pas vu depuis plus de vingt ans.

Dès son arrivée, Piers, surnommé la bête, la prend en grippe. Et voilà que commencera une série d'échanges tout à fait surprenante et qui m'a bien fait sourire. 

Extrait : - Est-ce que c'est à cause de votre boiterie que vous marchez ainsi? s'enquit-elle en élevant la voix.
- A votre avis? répliqua-t-il en s'immobilisant. Vous supposez peut-être que je tangue comme un marin ivre pour le plaisir?
- Je ne faisais pas allusion au tangage, mais à cette manière de détaler dans le couloir comme une fille de cuisine effrayée par le maître queux. 
L'espace d'un instant, il demeura figé sur place. Puis, à la grande surprise de Linnet, il éclata d'un rire qui ressemblait à un jappement enroué - ou rouillé faute de servir.
- Les couloirs m'ennuient, dit-il.

- Le dos des gens m'ennuie.

On découvrira une Linnet fougueuse, intelligente et qui ne se laisse pas impressionner par le caractère de la bête! Au fil du roman, on découvre pourquoi Piers déteste à ce point son père et pourquoi cela a un tel impact sur Linnet.

Il est particulièrement intéressant d'apprendre où en était la médecine à cette époque. Ce qui permet à l'auteure d'ajouter toute une gamme de personnages secondaires. Un plus au récit.

J'ai passé un agréable moment avec ces personnages. Ils vont me manquer! Ce deuxième tome est vraiment réussi. De la romance, de l'érotisme et un brin d'humour...bref, un excellent mélange!

Ma note : 4/5

Harry Bosch, tome 20


Titre : Jusqu'à l'impensable
Auteur : Michael Connelly
Série : Harry Bosch, tome 20
Genre littéraire : Policier
Année de parution : 2017
Éditeur :  Calmann-Lévy
ISBN : 978-2702156513
Nombre de pages : 400 pages


Harry Bosch, retraité du LAPD malgré lui, tente de tuer le temps en remontant une vieille Harley lorsque Mickey Haller, son demi-frère avocat de la défense, lui demande de l'aide. Il ne voit en effet que Bosch pour l'aider à innocenter Da'Quan Foster, un ex-membre de gang accusé d'avoir battu à mort la directrice adjointe des services municipaux de West Hollywood. Même si la preuve est accablante, Haller en est sûr, son client est innocent.? Dilemme pour Harry ! Passer du côté de la défense quand on a travaillé avec passion pour la police de Los Angeles toute sa vie ? Tout simplement impensable.

Une autre enquête d'Harry Bosch! La réputation de Michael Connelly n'est plus à faire et à chaque nouveau bouquin, on peut se demander s'il va réussir, encore une fois, à nous garder en haleine.

Cette fois-ci, Harry ne fait plus parti du LAPD. Il est maintenant mis à la retraite forcée! Il a beau dire à son frère et avocat, Mickey Haller, qu'il veut remonter le moteur de sa vieille Harley, rien n'y fait. Mickey a besoin de lui car son détective privé, Cisco, s'est blessé en cours d'enquête. D'ailleurs était-ce vraiment un accident? Faut dire que Cisco commençait tout juste à enquêter sur l'affaire...

Toujours est-il que Mickey réussit à convaincre Bosch de regarder le dossier pour ensuite prendre sa décision car il est convaincu que son client est innocent. Après avoir examiné le dossier, Bosch finit par accepter le poste de détective privé et ce, pour cette seule enquête. Il a pour son dire que si le client, Foster, est innocent, il y a donc un meurtrier qui court encore dans les rues et risque de faire de nouvelles victimes. Bosch avertit Haller, il l'aidera que pour ce client. Il est hors de question de travailler à long terme pour lui.

En allant travailler pour la défense, il est perçu comme un traître vis-à-vis ses anciens collègues du LAPD mais également vis-à-vis sa fille et cela le blesse. Il s'attendait à une réaction négative de sa part mais pas à ce point!

Le crime dont Foster est accusé est horrible et comble du malheur, le mari de la victime est adjoint au shérif. Bosch marche sur des œufs. Mais à force d'enquêter et d'analyser le dossier, Bosch voit des liens avec un autre meurtre. L'étau se resserre sur les meurtriers.

Le suspense de ce 20ième tome est quelque peu amoindri en grande partie en raison du fait que l'auteur dévoile les méchants dès les premières lignes. Personnellement, je préfère les romans policiers où je dois essayer de trouver le coupable. Ici, l'auteur joue plutôt sur les liens entre les victimes et les méchants en donnant des informations au compte-gouttes pour ainsi augmenter le suspense. Nous sommes dans une approche du Pourquoi et Comment. Le mobile n'étant dévoiler qu'à la toute fin!

Il y a certaines tournures de phrases qui laissent à désirer et qui selon moi serait le fruit de la traduction : Bon, d'accord, et un badge, hein? lui renvoya le jeune homme. Vous n'avez pas de badge? Il a un badge ou non? Pas tellement explicite cette phrase.

Ce n'est pas le meilleur roman policier de Connelly mais j'ai passé un agréable moment. Avec les années, on a tendance à avoir des attentes assez élevées vis-à-vis un auteur aussi célèbre. Quelle sera la suite de cette série? Est-ce que Bosch restera du côté sombre de la force? Haller réussira-t-il à le convaincre de travailler à nouveau pour lui sur une autre affaire en tant que détective privé?

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'éditions Calmann-Lévy pour m'avoir offert ce 20ième tome!