lundi 16 octobre 2017

Depuis l'au-delà


Titre : Depuis l'au-delà
Auteur : Bernard Werber
Genre littéraire : Science-Fiction
Année de parution : 2017
Éditeur : Albin Michel
ISBN : 978-2226400307
Nombre de pages : 448 pages

Je me nomme Gabriel Wells. 
Je suis écrivain de romans à suspense.
Ma nouvelle enquête est un peu particulière car elle concerne le meurtre de quelqu'un que je connais personnellement : Moi-même.
J'ai été tué dans la nuit et je me demande bien par qui.
Pour résoudre cette énigme j'ai eu la chance de rencontrer Lucy Filipini.
En tant que médium professionnelle, elle parle tous les jours aux âmes des défunts.
Et c'est ensemble, elle dans le monde matériel, moi dans le monde invisible, que nous allons tenter de percer le mystère de ma mort.

Si les morts pouvaient continuer à vivre encore un peu en profitant de ce qu'ils ont compris à leurs derniers instants...

Gabriel se réveille un bon matin et remarque qu'il n'a plus d'odorat. Il se rend chez son médecin, et par le fait même, rencontre Lucy, une médium qui vient consulter pour une migraine. Sans préambule, elle lui annonce qu'il est mort. Elle ne le voit pas, mais ils peuvent discuter ensemble. Pour Gabriel, c'est le choc! Il n'arrive pas à y croire.

Gabriel retourne chez lui et se rend compte qu'il porte les signes d'un empoisonnement. Qui a tué Gabriel? C'est Lucy qui se retrouve responsable de mener l'enquête à sa place. En échange de quoi, Gabriel tentera de retrouver l'homme dont Lucy est amoureuse depuis plusieurs années.

Qui a pu vouloir tuer Gabriel? Son frère jumeau avec qui il entretenait une relation amour-haine? Son agent qui profite de son décès pour relancer les livres de Gabriel? Son ex-fiancée qui a tenté de revenir dans sa vie? Ou bien son pire ennemi, Moisi ce critique littéraire et écrivain qui ne cesse de crier haut et fort que les auteurs tels que Wells ne devrait pas exister?

Et puis, où a bien pu disparaître Samy, l'amoureux de Lucy? Après toutes ces années, elle l'aime encore et ne souhaite qu'une chose, le retrouver. Heureusement que dans l'au-delà, Gabriel a la chance d'avoir retrouvé son grand-père et ex-enquêteur. Tous deux partiront à sa recherche, mais peut-être qu'en fait Samy n'aimerait pas que Lucy le retrouve...

Bernard Werber réussit encore une fois à nous captiver tant par cette enquête sur le meurtre de son protagoniste, mais également avec tous les éléments sur la vie après la mort qu'il place au cours de son roman grâce à l'Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu.

Personnellement, j'aime bien prendre mon temps pour lire un roman de Werber. Bien souvent, son écriture me touche, m'oblige à prendre un temps d'arrêt et à relire la dernière phrase. Il nous oblige à prendre le temps de réfléchir. Je n’en ressors jamais indemne et c'est encore une fois le cas avec Depuis l'au-delà.

Sa plume est singulière et réfléchie. Il n'y a aucun mot placé au hasard. Son écriture peut sembler lourde en raison du fait qu'elle est analytique, mais en fait, je vois plutôt cela comme un auteur qui cherche à aller vraiment en profondeur.

L'intrigue est bien soutenue et les personnages uniques. Par contre, nous sentons quelques similitudes entre ce roman et Les thanatonautes. Mais au final, je suis immensément heureuse d'avoir reçu ce roman. Werber relève encore une fois le défi de m'intriguer, de me toucher et me faire réfléchir.

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier très chaleureusement la maison d'édition Albin Michel pour m'avoir offert ce roman!



vendredi 13 octobre 2017

Le crime de l'Orient-Express


Titre : Le crime de l'Orient-Express
Auteur : Agatha Christie
Série : Saga Hercule Poirot, tome 10
Genre littéraire : Policier
Année de parution : 2009
Éditeur : Le Livre de Poche
ISBN : 978-2253010210
Nombre de pages : 218 pages


Par le plus grand des hasards, Hercule Poirot se trouve dans la voiture de l'Orient-Express — ce train de luxe qui traverse l'Europe — où un crime féroce a été commis. Une des plus difficiles et des plus délicates enquêtes commence pour le fameux détective belge. Autour de ce cadavre, trop de suspects, trop d'alibis.

Il peut arriver qu'un train soit en arrêt en raison de la neige, mais parfois, rien ne peut arrêter un assassin de commettre un crime. Il aurait peut-être dû éviter de le commettre dans le train, car Hercule Poirot est à bord de l'Orient-Express et aucun meurtrier ne résiste à ce célèbre enquêteur!

Il n'était pas prévu qu'Hercule Poirot retourne à Londres aussi rapidement, mais un message de dernière minute, l'oblige à prendre le prochain train. Heureusement pour lui, son bon ami M. Bouc, directeur de la Compagnie Internationale des Wagons-Lits, lui trouve une place sur le train. Il occupera la cabine se situant tout juste à côté de M. Ratchett.

Après le départ du train, Hercule refuse une affaire soit celle de M. Ratchett qui dit recevoir des menaces. Il regagne donc sa cabine. La nuit sera courte pour Hercule. Il y aura tout ce bruit dans la cabine voisine, le cri d'une dame disant qu'il y a un homme soi-disant caché dans sa cabine bref, les gens bougent dans le train alors que le train lui-même se retrouve arrêté en raison de la neige.

Ce n'est au matin que l'on découvrira qu'un meurtre a été commis et que la victime n'est nul autre que ce fameux M. Ratchett. Il n'en fallait pas plus pour Hercule Poirot pour ouvrir une enquête sur le meurtre!

Le personnage d'Hercule Poirot m'a plus d'une fois exaspérée au cours des précédentes enquêtes qu'il a menées. Je l'ai souvent trouvé imbu de lui-même et parfois même arrogant, mais ce ne fut pas le cas au cours de cette enquête. Ici, notre célèbre détective était sympathique, rusé et surtout attentif. J'ai pris beaucoup de plaisir en sa compagnie.

L'intrigue est vraiment bien ficelée et je dois dire qu'à aucun moment je n'ai vu venir ou même soupçonné le déroulement de ce qui s'est réellement passé dans cette cabine où le meurtre fut commis. C'est probablement l'une des meilleures enquêtes réalisées par notre Hercule Poirot.

J'ai trouvé intéressant de voir le plan du wagon ainsi que les grilles de réflexion de notre enquêteur. Cela permet de bien résumer où nous en sommes rendus dans l'enquête, car à un moment on ne sait plus où donner de la tête. Ils semblent tous suspects! Encore une fois, Agatha Christie nous démontre à quel point elle est la reine du roman policier.

J'ai bien hâte de voir l'adaptation cinématographique de ce roman. J'espère qu'il sera à la hauteur du livre. À suivre...

Ma note : 4.5/5

mercredi 11 octobre 2017

Les chroniques lunaires, tome 1 : Cinder


Titre : Cinder
Auteur : Marissa Meyer
Série : Les chroniques lunaires, tome 1
Genre littéraire : Science-Fiction/Jeunesse
Année de parution : 2016
Éditeur : Pocket
ISBN : 978-2266218177
Nombre de pages : 414 pages

À New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire une paria. Elle partage sa vie entre l'atelier où elle répare des robots et sa famille adoptive. À seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches plus ou moins dégradantes qu'elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre.
Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie — son seul ami —, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu'éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n'a aucune chance de s'épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune!
Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l'humanité est peut-être entre ses mains.

Quand l'un de vos contes préférés d'enfance est revisité par une auteure de talent... vous ne pouvez faire autrement que de tomber en amour avec le bouquin en question!

Cinder est une jeune mécanicienne, cyborg, mais surtout l'esclave de sa belle-mère Adri. Elle travaille à l'atelier le jour et doit faire tout ce que lui demande sa belle-mère aussitôt arrivée à la maison. Heureusement qu'Iko, l'androïde de la famille, est là pour lui tenir compagnie.

Un jour, un jeune homme se pointe le bout du nez à son atelier pour lui demander de réparer son androïde. Mais quelle n'est pas sa surprise lorsqu'elle constate que ce jeune homme n'est nul autre que le prince Kai. Peut-on vraiment refuser quelque chose au prince? Pourquoi lui avoir demandé à elle, Cinder, de réparer son androïde alors qu'il a les meilleurs mécaniciens à sa disposition au palais?

Depuis quelque temps une pandémie sévit sur Terre. La boulangère vient tout juste d'être mise en quarantaine. Dans la même soirée, ce sera la sœur de Cinder. Est-ce que Cinder serait le lien? Adri, en temps que tuteur légal de Cinder, décide d'envoyer celle-ci comme cobaye afin non seulement de se débarrasser d'elle et d'aider à trouver un antidote au virus, mais aussi pour avoir l'indemnité qui sera allouée à la famille. D'ailleurs, pourquoi Cinder n'est pas affectée par la maladie puisqu'elle fut en contact avec la maladie à deux reprises au cours de la même journée?

Entretemps, Kai semble à bout de nerfs. La reine Levana vient tout juste de lui annoncer qu'elle venait expressément le voir afin de continuer les négociations avec lui alors même que son père vient de mourir. Depuis plus d'un siècle qu'aucun dirigeant de la Lune n'est venu sur la Terre donc pourquoi maintenant? Il le sait trop bien pourquoi... va-t-il être en mesure de lui résister sans déclencher une nouvelle guerre entre la Terre et la Lune ou va-t-il être obligé de l'épouser?

J'ai tellement entendu parler de cette saga que je dois dire que mes attentes étaient assez élevées. Dès les premiers chapitres, j'ai littéralement succombé au charme de Cinder. Il y a un petit quelque chose en elle que j'ai adoré immédiatement. Et plus les pages passaient, et plus j'étais complètement absorbée par le récit. Je me suis mise à soupçonner tout l'entourage du prince. Il semble y avoir tellement de complots derrière cette intrigue!

Malgré la prévisibilité, en raison du fait que l'auteure a revisité l'un de mes contes favoris, soit Cendrillon, il n'en reste pas moins que certains éléments m'ont surprise. Marissa Meyer nous surprend par sa créativité et son originalité. Son écriture est fluide et rythmée. De quoi, rester accroché et ne plus vouloir cesser notre lecture.

Au final, Cinder est un roman addictif, un brin romantique sans tomber dans la mièvrerie et surtout, une fin qui nous donne le goût de poursuivre la saga. Cinder réussira-t-elle à conquérir le cœur de Kai malgré le fait qu'elle soit cyborg? Réussira-t-elle à échapper à la reine Levana? Quel est l'avenir qui l'attend? Et surtout, le prince réussira-t-il à éviter une nouvelle guerre?

Ma note : 4.5/5

lundi 9 octobre 2017

Il était une voix


Auteur : Marie Gray
Genre littéraire : Littérature Contemporaine
Année de parution : 2017
Éditeur : Guy Saint-Jean
ISBN : 978-2897582999
Nombre de pages : 448 pages

Après plus de trente ans d'une carrière durant laquelle elle n'a fait qu'effleurer une certaine gloire, Annie Stone envisage de se retirer du monde du spectacle. Tant de sacrifices et d'années consacrées à la musique, pour aboutir là, chanteuse vedette du Castel, un bar quelconque du Vieux-Montréal!
Un soir, Jade Dupuis, une ambitieuse et jolie jeune femme, se présente sur scène lors d'une soirée spéciale au Castel. Comment ose-t-elle lui voler sa chanson, sa scène et ce qui lui reste de fierté? Le talent et la fougue de la jeune interprète n'ont d'égal que la jalousie et la nostalgie qu'éprouve Annie.
La rockeuse saisit alors une occasion en or, l'ultime tentative de revenir sous les projecteurs : elle s'inscrit aux auditions pour participer à un concours télévisé d'envergure. Sans savoir que Jade caresse la même ambition...
Entre les deux chanteuses se tisse une relation amère et mordante : l'impétuosité de la jeunesse rencontre la force de la maturité. Jade et Anne entraîneront leurs proches dans un duel musical corsé ô combien humain.

Marie Gray est connue pour ses sagas telles que Baiser et Histoires à faire rougir. Elle nous revient ici avec un roman tout à fait différent, où elle a puisé à même son expérience personnelle sur le monde de la musique, sans pour autant en faire une œuvre autobiographique.

Annie Stone espère toujours réussir à percer dans le domaine de la musique, mais les jours lui sont comptés. Elle travaille depuis quelques années au Castel et monte sur la scène quelques fois par semaine. Pour elle, la musique est, et a toujours été, sa raison de vivre. À l'aube de la cinquantaine, elle se demande si elle devrait tout quitter même si chanter est toute sa vie.

Lorsqu'on ouvre la bouche et que la note sort à la perfection, claire, forte, solide et vibrante, qu'elle provoque des frissons chez ceux qui la reçoivent... l'effet est plus puissant qu'une drogue.

Jade est une jeune femme dans la vingtaine et qui a quitté son Abitibi natale pour venir s'installer dans la ville métropolitaine de Montréal afin de percer comme chanteuse. Elle a participé à de multiples concours, mais elle est toujours méconnue. Mais un jour, elle passe devant le Castel alors qu'elle entend Annie Stone faire un tour de chant. Pour Jade, il est plus que temps que cette vieille quitte la scène et laisse la place à la jeunesse, c'est-à-dire elle!

Malgré toute l'admiration que ma mère avait pour elle, les vieux devraient savoir lorsqu'il est temps de laisser leur place aux jeunes. Et puis, je lui rendrais sûrement service, elle doit se rendre ridicule en s'incrustant de la sorte. Dégage! Matante!

C'est alors que commence une compétition malsaine entre Annie et Jade puisque bien évidemment, Jade trouve le moyen de prendre racine au Castel. Alors que Jade mise sur sa jeunesse, sa voix et son corps, Annie mise plutôt sur son expérience. Mais voilà qu'un nouveau concours voit le jour permettant ainsi aux deux femmes de s'inscrire et de compétitionner l'une contre l'autre... que la meilleure gagne!

En premier lieu, je dois dire que je ressentais une certaine curiosité face à ce nouveau genre pour Marie Gray. Je dois dire qu'elle réussit haut la main avec ce roman.

Annie et Jade sont totalement à l'opposé. Alors que nous ressentons de l'empathie pour le vécu d'Annie, j'ai plutôt ressenti de l'indignation face à l'arrogance et à l'estime démesurée de Jade. Elle est tellement détestable! Bref, nous adhérons totalement aux deux personnages de ce récit. Par contre, j'explique mal toute cette haine que ressent Jade envers Annie... serait-ce en fait de la jalousie? Je me pose toujours la question!

J'ai particulièrement apprécié comment l'auteure a structuré son récit. Elle débute la mise en place de l'intrigue en date d'aujourd'hui pour ensuite, revenir dans le passé de nos deux protagonistes. Et enfin, elle revient au moment présent. Près de la moitié du roman est dédié aux expériences passées et cela permet de voir à quel point, non seulement, la vie n'a pas été tendre tant avec Annie qu'avec Jade, mais également, qu'au fond ces deux jeunes femmes se ressemblent beaucoup plus qu'elles ne peuvent l'imaginer. Seulement, il y a une trentaine d'années d'expérience qui les sépare.

C'est donc avec un regard différent sur nos deux protagonistes que nous entamons la fin du récit et cela ajoute une perception des événements totalement différente. Alors qui gagnera le concours? Qui en ressortira vraiment gagnante sur tous les plans? Faut lire le roman pour le savoir...

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Guy Saint-Jean pour m'avoir permis de découvrir une autre facette de Marie Gray!


vendredi 6 octobre 2017

D'amour et de haine, tome 1 : Quand tout bascule


Titre : Quand tout bascule
Auteur : Sonia Alain
Série : D'amour et de haine, tome 1
Genre littéraire : Romance/Historique
Année de parution : 2016
Éditeur : AdA
ISBN : 978-2897676056
Nombre de pages : 465 pages

1914, l'année de tous les dangers.
Adélaïde de Beauchamp est une jeune lady qui s'est vue contrainte de quitter l'Angleterre à la suite d'un scandale. Sommée par ses parents de revenir chez elle au bout de deux ans, elle s'embarque sur l'Empress of Ireland, un paquebot luxueux qui effectue la liaison entre la ville de Québec et l'Angleterre.
En cette nuit du 29 mai, période de l'année où les eaux sont encore glaciales dans l'embouchure du fleuve Saint-Laurent, l'Empress of Ireland fend doucement la nappe brumeuse lorsqu'il est soudainement embouti par un charbonnier. Personne n'aurait pu prévoir le drame !
Dès lors, le destin d'Adélaïde sera changé à tout jamais...

Secrets, romance, tragédie... Quand tout bascule est le premier tome d'une saga historique qui ne nous laisse aucun moment de répit!

La vie d'Adélaïde n'est plus la même depuis qu'elle a quitté l'Angleterre. Elle a pris le nom de jeune fille de sa mère et afin de se faire un peu oublier, elle a passé les deux dernières années à Québec chez son oncle et sa tante. Mais la voilà de retour vers ses parents, vers sa terre natale. Alors qu'elle est sur l'Empress of Ireland, celui-ci fera naufrage près de Rimouski. À plusieurs reprises, Adélaïde est près de mourir jusqu'au moment où un jeune homme la retirera des eaux pour la sauver extremis. C'est sur le retour vers la terre ferme qu'Aidan prendra soin d'Adélaïde jusqu'à ce que le docteur prenne la relève.

Elsie Redford étant une bonne amie de la tante d'Adélaïde, celle-ci ira la chercher et l'emmènera chez elle où l'attend sa camériste qui a survécu, elle aussi, au naufrage. Les jours passants, Aidan ne cesse de penser à cette jeune femme. Elle l'a touché avec sa fragilité et sa vulnérabilité. Il la cherche partout et ne la trouve pas... C'est lors d'un souper au manoir des Redford qu'Aidan et Adélaïde se croiseront à nouveau. C'est également à ce moment que la situation se complique pour eux.

Il y a un lien qui unit nos deux protagonistes. Tantôt, ils sont attirés l'un vers l'autre et tantôt, ils se détestent. L'un et l'autre cherchent à cacher ses sentiments, ses émotions, mais également leur passé respectif. Il y a une aura de mystère autour d'eux. Cela les divise tout en les attirant. Jusqu'au jour où un certain Ross se pointe le bout du nez à une réception. Inévitablement, les circonstances feront en sorte que le destin d'Aidan et d'Adélaïde sera en quelque sorte... uni!

Sonia Alain est assurément une auteure qui aime bien jouer avec nos émotions! Je suis passée par la tristesse face aux multiples épreuves qu'Adélaïde doit subir tout au long du récit, également par la colère face au caractère difficile d'Aidan et sa façon d'agir avec sa mie. Je fus complètement absorbée par le contexte historique, sans oublier les petits moments d'anxiété face à tous les événements qui surviennent dans ce récit. De quoi nous tenir en haleine, du début jusqu'à la fin.

Les personnages sont forts, au caractère bien défini. Même les personnages secondaires sont bien ancrés. L'intrigue est tout simplement exceptionnelle et les rebondissements ne cessent de nous captiver. Le contexte historique est authentique et je dois dire que j'aurais bien aimé en avoir un peu plus sur le naufrage de l'Empress of Ireland. N'empêche que cet événement débute le roman en grande force!

Pour moi, ce premier tome est tout simplement un coup de cœur!

Ma note : 4.5/5

Je tiens à remercier chaleureusement l'auteure Sonia Alain pour m'avoir fait parvenir ce premier tome et me permettre ainsi de découvrir une saga tout à fait exceptionnelle!

jeudi 5 octobre 2017

Motel Lorraine


Auteur : Brigitte Pilote
Genre littéraire : Littérature Contemporaine
Année de parution : 2017
Éditeur : Michel Lafon
ISBN : 978-2749933382
Nombre de pages : 231 pages

Nous sommes en 1977. Sonia, diseuse de bonne aventure, fuit Montréal avec ses deux filles, Lou et Georgia, pour trouver refuge à Memphis, dans la chambre 306 du motel Lorraine, inoccupée depuis ce fameux 4 avril 1968 où Martin Luther King y a été assassiné. Elles partageront leur destin avec la sublime Alabama, Jacqueline Smith, femme de chambre au Lorraine, Grace DePriest, directrice de la chorale d’une petite église baptiste, ou encore Lonzie, le repris de justice devenu photographe pour son ami Aaron. Chacun à sa manière, ces personnages aux destins croisés incarnent le rêve d’égalité pour lequel le révérend King a donné sa vie.
Mais quel poids auront leurs ambitions et leurs gestes dans cette Memphis encore marquée par les divisions raciales ? Les secrets de chacun resteront-ils bien gardés ? Et enfin, pourquoi Sonia s’est-elle enfuie avec ses enfants ?

Memphis est le cœur de l'histoire des Africains-Américains.
Le Motel Lorraine est devenu le mausolée de Martin Luther King.

Le Motel Lorraine n'est plus le même depuis qu'il fut le lieu de l'assassinat de Martin Luther King. La ville non plus d'ailleurs. Et c'est précisément la chambre 306 où Sonia décidera de s'installer avec ses deux filles, Louisiane et Georgia.

Peu de temps après leur installation au sein de cette petite chambre, Louisiane se rebelle contre sa mère. Elle refuse de manger et décide de fuguer. Georgia trouve sa vocation au sein d'une petite chorale, grâce à Jacqueline, la femme de ménage du motel, qui l'a prend sous son aile. Elle fera en sorte de convaincre Grace de l'inclure dans son groupe de jeunes chanteurs.

Autour d'elles gravitent plusieurs autres personnages et leurs chemins finissent tous par se rencontrer. Louisiane posera pour Lonzie et ira se réfugier chez lui pendant quelques semaines en espérant être la prochaine princesse du carnaval. Lonzie choisira plutôt la jolie Alabama, collègue de Georgia au sein de la chorale, pour représenter la première princesse noire au carnaval de coton. Ce qui permettra à Georgia de s'illustrer lors du récital au point d'émouvoir Grace. Et pendant ce temps, Sonia continuera de se morfondre dans cette chambre de motel.

L'auteure nous a amenés à une époque où la ville de Memphis se relève péniblement de l'assassinat du Docteur King. Les gens ont gardé en mémoire le passé, les conflits et tentent de faire leur petit bout de chemin au travers de tout cela. Nous ressentons à quel point l'histoire de leurs ancêtres est encore bien présente.

J'aurais sincèrement pensé que Brigitte Pilote serait allée plus en profondeur avec ce roman, mais j'ai plutôt eu l'impression qu'elle survolait le sujet. Le roman manque tout simplement de consistance et de rythme. Malgré que les chapitres soient courts, que le roman ait si peu de pages, au final, nous ressentons à plusieurs moments de la longueur et on se demande où s'en va l'auteure et l'on perd le fil...

Peut-être qu'il y avait trop de sujets abordés, trop de personnages et de narrations différentes bref, je n'ai pu adhérer au récit. Dommage, car le roman se situe à une époque charnière de l'histoire pour les Africains-Américains et j'aurais aimé la découvrir en profondeur!

Ma note : 2.5/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Michel Lafon pour m'avoir permis de lire ce roman!


mardi 3 octobre 2017

Livia Lone


Auteur : Barry Eisler
Genre littéraire : Thriller
Année de parution : 2017
Éditeur : AmazonCrossing
ISBN : 978-1503943797
Nombre de pages : 432 pages

Enquêtrice spécialisée dans les crimes sexuels au sein de la police de Seattle, Livia Lone connaît parfaitement les monstres qu’elle pourchasse. Vendue par ses parents thaïlandais avec sa petite sœur Nason, à des trafiquants d’être humains, isolée et maltraitée dès son arrivée aux États-Unis, seule la perspective de retrouver un jour sa sœur lui a permis de survivre à son adolescence.
Elle l’a cherchée sans relâche, en s’efforçant désormais d’envoyer tous ces prédateurs derrière les barreaux. Ou, lorsque ce n’est pas possible, six pieds sous terre.
Le jour où un nouvel indice réveille l’espoir de retrouver Nason et de mettre la main sur leurs ravisseurs, Livia devra devenir plus qu’un flic ou un justicier. Elle devra revivre les horreurs du passé, et s’en prendre à l’un des hommes les plus puissants du gouvernement américain, en dévoilant une machination d’une perversion inimaginable.
La lutte semble déséquilibrée, mais Livia a deux atouts : son amour inconditionnel pour Nason et une soif insatiable de vengeance.

Traite d'humains, pédophilie, viols, meurtres bref, Livia Lone est sans contexte un thriller violent, cruel et sombre. Si vous désirez un bouquin facile à lire, passez votre chemin...

Avant :
Labee n'a que 13 ans et sa sœur, Nason, 11 ans lorsqu'elles sont vendues par leurs parents à un groupe d'hommes. Qui sont ces hommes? Elles ne le savent pas, mais Labee comprend rapidement qu'elle doit protéger sa sœur. Elles se retrouvent enfermées dans un conteneur sur un bateau. Les hommes viendront chercher Nason pour s'amuser un peu, mais Labee décide de prendre sa place, soir après soir. Mais les hommes veulent du nouveau et finalement ils repartiront avec la jeune Nason malgré les protestations de Labee. Nason reviendra dans un état lamentable et complètement déconnectée de la réalité. Une fois arrivées en Amérique, les deux sœurs seront séparées. Labee sera adoptée par Lone suite à un assaut de la police. Elle deviendra Livia Lone. Ce dont elle n'aurait pu se douter, c'est qu'elle tomberait dans les mains d'un pédophile.

Maintenant :
Livia travaille maintenant au sein de la police de Seattle. Elle est toujours à la recherche de sa sœur. Et la seule personne qui puisse lui donner un indice est sur le point de sortir de prison. Il était sur le bateau lorsque la police a saisi le fameux conteneur où se trouvait Livia. Elle est prête à tout et rien ne pourra l'arrêter. Livia n'est plus la petite fille chétive qui est arrivée en Amérique. Elle est une experte en arts martiaux, elle a fait des études universitaires et le dragon coule en elle. Elle n'a plus peur des violeurs. Au contraire, elle les traque, les arrête et va même jusqu'à les tuer quand la justice n'est pas équitable!

Livia arrive-t-elle à retrouver sa sœur? Sera-t-elle encore vivante? Et que deviendront les bourreaux de ces deux sœurs?

L'auteur a choisi un sujet assez délicat à traiter et il aurait pu le faire de manière tout à fait différente. Malheureusement, il est passé à côté... complètement! Ex-agent de la CIA, l'auteur a peut-être oublié que ce n'était pas un rapport officiel qu'il devait rédiger, mais plutôt un roman!

Habituellement, lorsque je lis un thriller, j'ai le cœur qui vibre d'impatience ou je frissonne un peu et j'adore ça. Ici, nous sommes loin du compte. J'ai eu non seulement de la difficulté à rester accrocher à l'intrigue, mais surtout, j'ai ressenti du dégoût pour certaines scènes. Sérieusement, était-il nécessaire de décrire les scènes aussi crûment? De manière aussi horrible?

Je suis tout simplement déçue par cette lecture. Je n'y ai pris aucun plaisir, bien au contraire. Malheureusement, je crois que certaines scènes resteront ancrées dans ma mémoire!

Ma note : 2/5

Je tiens tout de même à remercier la maison d'édition AmazonCrossing pour m'avoir fait parvenir ce bouquin!



lundi 2 octobre 2017

Charley Davidson, tome 2 : Deuxième tombe sur la gauche


Titre : Deuxième tombe sur la gauche
Auteur : Darynda Jones
Série : Charley Davidson, tome 2
Genre littéraire : Bit-lit
Année de parution : 2012
Éditeur : Milady
ISBN : 978-2811207953
Nombre de pages : 404 pages


Charley, détective privée et faucheuse, et Cookie, sa meilleure amie/réceptionniste, se lancent à la recherche d’une jeune femme, disparue depuis le meurtre d’une camarade de lycée. Pendant ce temps, Reyes – le fils de Satan ! – est sorti de son corps physique pour hanter Charley afin d’empêcher des démons de s’emparer de la jeune femme et d’accéder au ciel par son biais. Mais Charley pourra-t-elle supporter ses nuits ardentes avec Reyes et ses journées à cent à l’heure sur la piste d’une femme disparue ?

La Faucheuse nous revient avec une nouvelle enquête, de nouveaux pouvoirs, mais elle ne change pas. Elle est toujours aussi hilarante, déjantée et sexy!

Il n'y a qu'une semaine qui s'est écoulée depuis l'enquête sur le meurtre des trois avocats et déjà Charley se voit confier la mission de retrouver une bonne amie à Cookie. Mimi aurait disparu du jour au lendemain. En regardant de plus près, il semblerait que plusieurs amis d'enfance de celle-ci disparaissent aussi. Que ce soit par accident, suicide bref, quelqu'un est en train de faire le ménage. Il faut absolument qu'elles la retrouvent avant qu'il ne soit trop tard!

Entre-temps, Charley est toujours à la recherche du beau Reyes. N'oublions pas que celui-ci s'est littéralement évaporé à la fin du premier tome. Il semblerait que les démons aient trouvé son corps physique et qu'ils le martyrisent dans le but d'atteindre Charley. Reyes a décidé de les laisser faire, car il estime qu'il n'a plus besoin de son corps et qu'il serait d'autant plus rapide, mais Charley est loin d'être d'accord. Elle décide de partir à la recherche de son enveloppe corporelle, et ce, malgré la colère qui gronde.

L'on ressent bien la tension qui règne entre Charley et Reyes car au cours de ce deuxième tome, il n'y a aucun passage vraiment sexy. Nous ressentons plutôt que l'auteure s'en va vers une intrigue plus profonde entre ses deux protagonistes. Reyes s'ouvre également un peu plus envers Charley, allant même jusqu'à lui murmurer qu'elle est sa raison de respirer.

Extrait : Ses paroles. Sa voix. Sa beauté époustouflante. J'étais la raison pour laquelle il respirait? Il était la raison pour laquelle mon cœur battait.

Le côté humoristique de cette saga est tout aussi drôle. J'ai souri à plusieurs reprises au cours de ce roman. J'adore les répliques de notre protagoniste, surtout celles qu'elle échange avec Cookie ou bien avec son oncle Obie. Et que dire de ces petites citations en début de chapitre, elles sont tout simplement hilarantes :

Extrait : Sur les conseils de mon avocat, mon tee-shirt ne porte pas de message pour le moment.

Les événements se succèdent à une vitesse infernale, ce qui fait en sorte que l'on passe au travers de ce bouquin trop rapidement. Par contre, je dois dire qu'il est parfois un peu lourd de lire les rappels du premier tome. J'espère sincèrement que ce ne sera pas ainsi pour chaque tome!

La fin nous laisse sur plein d'interrogations. La relation entre Charley et Reyes est-elle en péril? Et qui est cette Maîtresse Souci? Que veut-elle à Charley? Que sait-elle exactement sur Charley et Reyes? Que fera le père de Reyes maintenant? La vie de Charley est-elle encore plus en danger?

Ma note : 4/5

Pour lire la chronique du premier tome, cliquez sur le lien suivant : Première tombe sur la droite

vendredi 29 septembre 2017

Dali


Auteur : Chloé Varin
Genre littéraire : Témoignage/Jeunesse
Année de parution : 2017
Éditeur : Guy Saint-Jean
ISBN : 978-2897583057
Nombre de pages : 216 pages

«Je suis une hypersensible (surprise?!), mais, parce que je ne suis pas très expressive, les gens ont tendance à penser que je ne suis jamais de bonne humeur ou que je me fous de tout. Ça leur semble inconcevable que certains d’entre nous ne passent pas leur vie avec un sourire étampé dans la face. À mes yeux, les gens toujours souriants sont suspects. J’ai l’impression qu’ils refoulent quelque chose de très laid. Un genre de monstre sournois, imprévisible, qui attend juste le bon moment, la bonne situation, pour sortir les griffes et attaquer. D’ailleurs à en croire Canal D, les assassins et les tueurs en série sont souvent très gentils… en apparence. Mais je m’égare, tout ce que je veux dire, c’est que les gens trop heureux me font peur. Comme l’animateur culturel de notre école, par exemple. On l’appelait tous Bon Jovial parce qu’il était fan de Bon Jovi (un groupe de rock poche des années 1980) et qu’il était d’humeur joviale au moins dix mois par année, mais ce que l’histoire ne disait pas, c’est: continuait-il à jouer les clowns hyperactifs même en vacances? Ça m’étonnerait.»

Divorce, deuil, dépression... des événements qui touchent une adolescente hypersensible. Réussira-t-elle à passer au travers de ces épreuves sans y laisser trop de plumes?

Dali est une jeune adolescente qui se retrouve bien malgré elle dans le bureau de la psychoéducatrice de l'école. Son meilleur ami Colin est inquiet pour elle et il est allé chercher de l'aide à sa place. Voilà donc la raison de sa présence dans ce bureau!

Elle n'a pas envie de discuter de ce qui se passe actuellement dans sa vie avec cette dame. Celle-ci lui offre un carnet rose où elle devra remplir les pages en faisant du scrapbooking. Le but étant d'y mettre ses émotions, ses pensées. Selon elle, cela lui permettra de mieux se connaître et de mettre ses idées noires en image afin de mieux les combattre. Si elle embarque dans cette scrapthérapie, les séances prendront fin sinon elle devra venir la voir toutes les semaines, et ce, pendant toute l'année scolaire. Et elle est loin d'être terminée cette année scolaire, car elle ne fait que commencer!

Une fois arrivée chez elle, Dali est en colère. Elle commence à arracher les feuilles du carnet jusqu'au moment où ses yeux se posent sur les revues de sa mère. Pourquoi pas après tout? Elle sort son bâton de colle, ses ciseaux et découpe une multitude d'images. Dali ne voit pas les heures passées. Aussitôt que sa mère arrive, elle cache son carnet.

Ce n'est que le lendemain matin que Dali saisit réellement l'ampleur de son travail et du message qu'elle a inséré dans ces collages. Et cela lui permet de repasser au travers des derniers mois vécus et les émotions refont surface... Elle partage donc avec nous ces événements troublants.

Ce roman, basé sur des faits réels, touche divers sujets tels que l'amitié, le divorce, le deuil, la dépression, etc. Malgré que ce soit des sujets parfois difficiles, l'auteure a su y ajouter quelques touches d'humour, ici et là. Cela allège un peu le message tout en gardant la profondeur des émotions au moment propice. Elle se permet également de passer les émotions de Dali par le biais de la culture, tant par la musique que par la peinture. 

Quant aux personnages, ils sont authentiques et vrais. Les émotions véhiculées dans ce roman nous touchent énormément. L'hypersensibilité de Dali est perçue comme étant un aspect positif de sa personnalité.

Extrait : Avec le temps, je m'étais faite à l'idée que tout m'atteignait plus fortement que le commun des mortels. Ça faisait partie de moi, de ma personnalité, je pouvais rien y changer. Ou plutôt, je ne voulais rien y changer parce que je considérais que ce monde se porterait mieux s'il y avait plus d'hypersensibles comme moi.

Il y a également toute la notion familiale qui est abordée au cours du récit. Le divorce de ses parents et leurs impacts, non pas seulement sur Dali, mais aussi sur les deux parents. Sans oublier, les non-dits qui parfois font plus de torts que de bien. Bref, un récit touchant et authentique!

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Guy Saint-Jean pour m'avoir permis de découvrir un nouveau genre de littérature!


mardi 26 septembre 2017

Retour à Cedar Cove, tome 2 : Un printemps à la Villa Rose


Titre : Un printemps à la Villa Rose
Auteur : Debbie Macomber
Série : Retour à Cedar Cove, tome 2
Genre littéraire : Romance
Année de parution : 2015
Éditeur : J'ai Lu
ISBN : 978-2290074787
Nombre de pages : 413 pages

Après la disparition de son mari en Afghanistan, Jo Marie s’est installée à Cedar Cove où elle a ouvert une maison d’hôtes, la Villa Rose. Aujourd’hui elle y reçoit l’énergique Annie qui organise les Noces d’Or de ses grands-parents. Mais ces derniers passent leur temps à se disputer. La fête s’annonce mouvementée ! Il y a aussi Mary, qui a découvert que le pouvoir et l’argent ne servaient à rien contre la maladie. Sa vie en suspens, elle est venue retrouver celui qu’elle a refusé d’épouser vingt ans plus tôt. Pourra-t-il lui pardonner quand elle lui révélera le lourd secret qu’elle cache depuis tout ce temps? Et, au cœur de ce printemps riche en émotions, Jo Marie va recevoir une lettre d’outre-tombe, une lettre de son défunt mari... Qui sait, peut-être la clé d’une nouvelle vie?

Un deuxième tome tout en douceur, mais combien riche en émotions. La Villa Rose est ouverte, venez rencontrer Jo Marie...

Nous voilà déjà au printemps. Jo Marie est installée à Cedar Cove depuis déjà 5 mois. Pour le week-end à venir, elle attend plusieurs hôtes qui vont remplir ses chambres. Elle est fébrile, et ce, pour plusieurs raisons. Il y a bien sûr cette journée portes ouvertes qui aura lieu dimanche, également le fait que Mark s'est blessé à la jambe et que la roseraie tant espérée ne sera pas prête pour cette journée, mais surtout en raison de l'appel du lieutenant-colonel Milford et d'une certaine lettre reçue. Malgré que Milford lui confirme que Paul est bel et bien décédé, malgré qu'ils ont pu récupérer 5 des 6 corps et malgré la lettre d'adieu de Paul, Jo Marie continue d'espérer. Voilà pourquoi la lettre, elle n'est pas près de l'ouvrir, car à ses yeux il y a toujours une chance que Paul soit vivant.

Au cours de ce week-end, nous faisons la connaissance des Shivers qui viennent célébrer leur noce d'or grâce à leur petite-fille Annie qui leur donne l'opportunité de renouveler leurs vœux de mariage. Mais bon, il y a Oliver qui s'est désigné comme chauffeur et qui a également décidé de passer le week-end à la Villa Rose pour tenter de séduire Annie avant de partir en voyage pour un an. Depuis leur enfance que l'un et l'autre sont amoureux, mais en raison d'un petit incident, Annie l'évite depuis. Oliver réussira-t-il à lui dire combien il est toujours aussi amoureux d'elle? Annie réussira-t-elle à mettre fin au harcèlement de son ex-fiancé? Laissera-t-elle une chance à Oliver de s'expliquer? Et les Shivers vont-ils arrêter de se chamailler? N'étaient-ils pas un couple heureux et amoureux?

Il y a également Mary qui est arrivée tôt à la maison d'hôtes. Elle revient sur les pas de son passé, car elle ne sait pas si elle va réussir à passer au travers de son combat contre le cancer. Elle ne savait pas trop si elle devait contacter George après toutes ces années. N'y tenant plus, elle l'appelle. Finalement, ils se verront. Les émotions du passé refont surface. Est-ce que Mary aura la force de lui dire tous les secrets qu'elle lui cache? Et si elle lui dit, quelle serait sa réaction?

La Villa Rose est beaucoup plus qu'une maison d'hôtes, c'est également un endroit pour guérir de ses blessures, tant celles du présent que du passé. Dans ce deuxième tome, Debbie Macomber trouve les mots pour nous amener à bien ressentir les émotions vécues par ses personnages. Tout est fait en douceur, en profondeur aussi. Cela nous permet de vraiment nous attacher à ceux-ci et ainsi adhérer à l'intrigue.

Nous sommes loin de la simple romance. J'y vois également un message d'empathie, de pardon, mais également d'espoir. Il est toujours temps de se réconcilier avec notre passé pour aller de l'avant.

J'ai nettement préféré ce tome-ci comparativement au premier. Et je dois dire que je m'attache de plus en plus au personnage de Mark. J'ai le goût d'en savoir un peu plus sur lui. Il y a une aura de mystère autour de lui. Quant à Jo Marie, réussira-t-elle à faire son deuil? Retrouvera-t-elle la paix et surtout saura-t-elle combler ce vide immense que la perte de Paul a laissé?

Ma note : 4/5

Je tiens à préciser que dépendamment de la maison d'édition choisie, le nom de certains personnages semblent être différents. Par exemple pour le premier tome, j'ai lu la version numérique québécoise La Villa Rose dont le nom du mari de Jo Marie était Kevin. Ici pour ce deuxième tome, j'ai lu la version papier J'ai Lu où le nom était Paul...

Ce roman est aussi connu sous le titre La Villa Rose


Pour lire la chronique du premier tome, cliquez sur le lien suivant : La maison d'hôtes



lundi 25 septembre 2017

Will Trent, tome 8 : Angie


Titre : Angie
Auteur : Karin Slaughter
Série : Will Trent, tome 8
Genre littéraire : Thriller
Année de parution : 2017
Éditeur : HarperCollins
ISBN : 978-1542045087
Nombre de pages : 593 pages

Jusqu’où iriez-vous pour sauver votre fille ?
Le corps sans vie d’un ex-flic vient d’être signalé dans un bâtiment destiné à devenir le prochain night-club branché d’une star du basketball  ; Marcus Rippy. Parce que ses empreintes sont retrouvées sur cette scène de crime particulièrement sordide, Angie est recherchée par la police d’Atlanta.
Elle est la femme de Will Trent, policier taiseux dont Rippy est un ennemi personnel.
Elle est la mère biologique de Jo, conjointe étrangement effacée d’un sportif de haut niveau qui contrôle chaque détail du quotidien de son épouse.
Elle est surtout une flic, une survivante, une manipulatrice. Une femme qui a décidé d’en protéger une autre, sans limite.
Et Will Trent le sait bien  : sa femme peut disparaitre  ; elle finit toujours par revenir. Avec un plan.

Sexe, drogues, meurtres, enlèvement bref, tout un mixte explosif qui vous attend dans ce huitième volet de la saga Will Trent!

Will Trent et sa collègue Faith sont appelés pour aller enquêter sur un meurtre ayant eu lieu dans un bâtiment désaffecté de Marcus Rippy. Cette enquête les mène non seulement vers Angie, la femme de Will, mais également devant une multitude d'indices et la seule qui pourrait bien les aider à y voir plus clair est évidemment disparue. Morte ou vivante, ils ne le savent pas!

Will connaît bien sa femme, elle aime bien apparaître et disparaître comme bon lui semble. Il y a toujours un plan, une stratégie derrière chacun de ses mouvements. Elle ne laisse jamais rien au hasard! Selon lui, elle refera surface quand bon lui semblera...

Angie n'a jamais rien fait de bien de sa vie. Ex-flic pourrie, droguée et dangereuse, elle n'hésite pas à prendre ce qu'elle veut. Alors qu'elle vient de retrouver la trace de sa fille Jo, elle cherche à protéger celle-ci. Et du même coup, si elle pouvait aider Will dans son enquête sur le viol commis par Marcus, pourquoi pas? Mais il semblerait qu'elle ait oublié quelques éléments importants en cours de route. Malgré tout, elle cherche tout de même à tirer son épingle du jeu. Et si en plus, elle peut blesser Will et sa copine Sara en cours de route, eh bien ce serait parfait!

Il y a là une incohérence dans son mode de pensées, pourquoi aider Will dans son enquête si en fin de compte elle veut lui faire du mal? S'en rend-elle seulement compte? Non probablement pas. Elle est furieuse de voir que Will ne l'attend plus à la maison. Elle est furieuse de voir cette rousse prendre sa place. Elle est furieuse, car c'est à elle de décider de quitter Will et non l'inverse!

Dans tout ce labyrinthe de preuves et d'indices, tous les personnages ont un point commun : réussir à sauver sa peau. Et ils sont plusieurs à avoir quelque chose à cacher. Beaucoup plus que l'on peut le penser.

En premier lieu, l'auteure nous montre les événements tels que vus par les yeux de Will. Et je dois dire qu'on s'y perd un peu avec toutes les informations collectées. Tous les doutes sont permis. Pas moyen de pouvoir même songer à saisir exactement ce qui s'est passé ce fameux dimanche où le meurtre de Del fut commis. Ensuite, dans une deuxième partie, l'auteure revient sur les événements, mais avec les yeux d'Angie. Et là, nous saisissons l'ampleur de tout cela. Karin Slaughter sait vraiment nous tenir en haleine et jouer avec nos nerfs!

Finalement, nous revenons au présent et tout s'emboîte à la perfection. Sincèrement, la finale de ce roman m'a jetée par terre.

Tout au long de l'intrigue, les personnages sont fidèles à eux-mêmes. Ils sont imparfaits, certains pourris, mais combien intéressants. Angie est tout simplement détestable et nocive pour les gens qui sont autour d'elle, mais avec le passé qu'elle a eu, peut-on lui en vouloir d'être aussi antisociale? On comprend mieux la psychologie de Will au fil des pages. Sa dépendance pour Angie, son besoin d'elle afin de combler son vide... chacun essaie de combler leur vide comme ils le peuvent.

« Il y a des gens, on dirait qu'ils ont un trou dedans. Ils passent leur vie à essayer de le remplir. »

Une saga que je viens de découvrir et je dois dire que je n'hésiterai pas à lire les tomes précédents. Si vous ne connaissez pas cette auteure, n'hésitez pas, car je suis certaine que vous ne serez pas déçue.

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition HarperCollins pour cet excellent thriller!


vendredi 22 septembre 2017

L'été de mes 16 ans


Auteur : Michelle Dalton
Genre littéraire : Jeunesse
Année de parution : 2017
Éditeur : Albin Michel
ISBN : 978-2226397539
Nombre de pages : 368 pages

Habitante de Dune Island, Anna a tendance à craindre l'arrivée de l'été... et des touristes. Serveuse dans un magasin de glaces, elle passe habituellement sa journée les mains dans les bacs de crème glacée, avant de filer rejoindre ses amis sur la plage pour la soirée. Et cette année, ses deux meilleurs amis, Sam et Caroline, ont enfin décidé de s'avouer leur amour, et elle n'a pas envie de tenir la chandelle. Mais ce qui s'annonçait comme un été des plus ennuyeux change du tout au tout quand elle croise le regard de Will, le beau garçon venu de New York. Leur attirance est immédiate et Anna plonge la tête la première dans cet amour naissant. Le temps passe vite quand on est amoureux, si vite qu'Anna en oublierait presque que Will doit partir à la fin du mois d'août...

Alors que tout aurait pu séparer la « locale » Anna et le « touriste » Will, ces deux adolescents se laissent porter par la vague de l'amour...

Nous avons couru vers les vagues, traversé l'eau écumante du bord en levant haut les pieds et plongé ensemble sous la première grosse vague.

Anna est l'aînée d'une famille un peu hors-norme. Ils sont tous un peu bordéliques, excentriques, mais surtout heureux et attachants. La famille est propriétaire du Scoop, une crémière où Anna aime bien concocter de nouvelles saveurs de glaces. D'ailleurs, elle est probablement la plus grande chimiste en herbe du genre!

Will vient passer son été à Dune Island en compagnie de sa mère et son frère Owen. Dès le premier jour, il voit Anna sur la plage, mais ils n'ont pas la chance de se parler. Ce n'est que quelques jours plus tard qu'il la verra au Scoop. Alors entouré de son frère et du père de celle-ci, il prend son courage à deux mains et lui offre une sortie, un premier rendez-vous.

Au fil des jours, nous voyons ce joli flirt d'été se métamorphoser. Ni l'un ni l'autre ne semble avoir conscience du fait que les jours passent et qu'inévitablement la fin de l'été arrivera. C'est le 4 juillet que Anna se rendra réellement compte du temps qui lui reste auprès de Will et cela la bouleverse énormément. Elle ressent le vide de sa présence alors même qu'il est encore à ses côtés. Elle anticipe son départ... Saura-t-elle profiter des huit semaines qui lui restent avant le départ de Will? Pourront-ils simplement accepter le moment présent sans penser au futur?

Je n'ai pas pu m'empêcher de penser que le compte à rebours avait commencé pour tout, à présent, des fruits à mon paréo, en passant par Will.

L'été de mes 16 ans est un joli roman sur un amour d'été. Un premier amour entre deux adolescents. C'est la beauté des premiers émois amoureux, le premier baiser.

Nous avons la chance de voir au travers des yeux d'une adolescente ce qu'elle ressent réellement, que ce soit en terme d'incertitude face à ses propres émotions, mais également sa joie de pouvoir partager avec une autre personne.

C'est également un regard sur l'amitié et la profondeur des échanges que les adolescents peuvent avoir entre eux. L'intrigue est prévisible, mais elle est douce et fluide. Michelle Dalton a su faire ressortir tantôt de la profondeur dans les échanges, tantôt quelques brins d'humour. Ce qui en fait un récit agréable à lire, tout simplement.

Ma note : 3.5/5


Je tiens à remercier la maison d'édition Albin Michel pour ce roman jeunesse!