mardi 22 mai 2018

Dernière danse


Titre : Dernière danse
Auteur : Mary Higgins Clark
Genre littéraire : Policier
Année de parution : 2018
Éditeur  : Albin Michel
ISBN : 978-2226396525
Nombre de pages : 338 pages

Musique, rires et flirts : on n’est pas sérieux quand on a presque dix-huit ans! Kerry profite de l’absence de ses parents pour organiser une grande fête de fin d’année. Ce sera sa dernière danse : au petit matin, le corps sans vie de la jeune fille est retrouvé au fond de la piscine. 
La thèse de l’accident écartée, la famille de Kerry doit se résigner à l’idée qu’elle a été tuée par un membre de son cercle proche. Son petit ami, avec lequel elle s’est disputée pendant la fête? Jamie, le voisin de la famille, dont la mère retrouve une pile de vêtements mouillés dans un coin de sa chambre? Un de ses camarades de classe? 
Aline, sa sœur aînée, qui vient juste d’être nommée conseillère d’orientation dans le lycée de Kerry, est peut-être la mieux placée pour découvrir la vérité. Mais ce sera au péril de sa vie.

Les parents de Kerry étant partis pour le week-end, celle-ci en a profité pour faire une petite soirée entre amis au bord de la piscine avant qu'ils ne partent tous pour leur première année à l'université. Par contre, elle n'avait pas prévu que la soirée se terminerait ainsi.

Comme bien souvent, Kerry s'est disputé avec son petit copain, Alan. Kerry aimait bien le rendre jaloux. Alan a quitté la fête avant qu'elle ne se termine. Après quelques textos assez virulents, il s'est calmé. Il est retourné la voir chez elle alors que tous étaient partis. C'est après l'avoir embrassée qu'il est enfin rentré chez lui. Ce n'est que le lendemain matin qu'il apprendra le décès de sa copine.

Jamie, voisin de la belle Kerry, aurait bien aimé participer à la fiesta mais elle a refusé. Il observait donc la soirée à partir de la fenêtre de sa chambre. Il a vu Alan quitter le jardin et surtout, il a vu le Grand Bonhomme venir la frapper. Il fut témoin du meurtre crapuleux de Kerry sans vraiment en prendre conscience. Ensuite, elle est tombée dans la piscine, mais pour Jamie c'était l'occasion rêvée pour aller nager avec elle. Il est allé la rejoindre dans la piscine, mais elle ne voulait pas nager avec lui. Maintenant, il avait mouillé ses baskets neuves, sa mère ne serait pas contente du tout!

Ce n'est que le lendemain matin que Kerry fut retrouvée morte dans sa piscine. Les policiers ont également découvert un club de golf sur la terrasse. Ce serait l'arme du crime et il y a plusieurs empreintes sur le manche. À qui appartiennent les empreintes? Pour l'inspecteur Wilson, les indices s'accumulent... saura-t-il faire le tri et arrêter le bon meurtrier? Aline, la sœur de la victime et conseillère au lycée, l'aidera dans ses recherches. Il y a probablement une élève qui sait quelque chose...

En s'éloignant, il rumina le fait qu'un nouveau suspect venait d'apparaître dans l'affaire Kerry Dowling.

Encore une fois, Mary Higgins Clark sait comment s'y prendre pour nous concocter un bon roman policier! Contrairement à ces autres récits, j'ai trouvé celui-ci un peu différent, et ce, pour plusieurs raisons.

En premier lieu, ce sont les personnages qui m'ont le plus surprise. Il y a Jamie avec sa différence et le rôle de sa mère cardiaque qui tente de le protéger autant des autres que de lui-même. L'auteure nous a amené un personnage authentique et attachant. Elle a su le faire cadrer à merveille dans son enquête. Les points de droit amenés autour de Jamie et de sa mère démontrent le message que l'auteure a voulu faire passer par le biais de ce roman.

Il y a également l'inspecteur Wilson qui m'a semblé prêt à tout pour trouver l'assassin. Sans vouloir entrer dans les détails, je trouve assez surprenant que celui-ci ait demandé expressément de l'aide à Aline. Celle-ci n'hésite pas à briser le lien de confidentialité entre le lycée, les élèves et son rôle de conseillère.

L'enquête nous amène sur diverses pistes. À un moment donné, nous nous sentons un peu comme l'inspecteur, déroutés et empressés de vouloir trouver des preuves supplémentaires, car il y a plusieurs suspects possibles. Qui a bien pu commettre le crime? J'ai eu quelques soupçons dès le début de l'enquête, mais bon... je ne vous en dirai pas plus! N'empêche que j'ai dévoré les cent dernières pages tellement j'ai trouvé l'intrigue addictive.

Malgré que je me sois attachée à certains personnages et que j'ai trouvé l'enquête policière intéressante, il n'en reste pas moins que j'ai l'impression qu'il manquait un petit quelque chose pour que ce roman soit un coup de cœur. Mais au final, j'ai passé un agréable moment grâce à cette auteure de talent!

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Albin Michel pour m'avoir permis de lire un autre récit de cette auteure!



lundi 21 mai 2018

Ensemble, maintenant, pour toujours


Titre : Ensemble, maintenant, pour toujours
Auteur : Emily Blaine
Genre littéraire : Romance
Année de parution : 2018
Éditeur  : Harlequin
ISBN : 978-2280391368
Nombre de pages : 380 pages

Elle est la femme de sa vie. 
Il doit juste la convaincre qu’il est l’homme qu’il lui faut. 
Théo sait tout de Summer : il a passé une partie de sa jeunesse à la protéger de son père violent, à la tirer des pires situations. Peu à peu, il est tombé amoureux d’elle, de l’éternelle optimiste et de la femme forte qu’elle est devenue. Summer a quant à elle toujours refusé une histoire avec lui : ses relations avec les hommes sont chaotiques et leur amitié est trop précieuse pour qu’elle coure le risque de l’abîmer. Respectueux de ce choix, Théo est resté à distance : il a veillé sur elle, en protecteur discret et bienveillant. Mais, grâce à son frère Jérémiah, il prend conscience qu’à trop attendre, il pourrait bien perdre la femme de sa vie... S’il veut un jour être heureux, il doit prendre les choses en main et convaincre Summer qu’il est l’homme qu’il lui faut.

D'emblée, je tiens à préciser que ce roman est, en quelque sorte, une suite de Toi, Moi, Maintenant ou Jamais. Sans que celui-ci soit absolument nécessaire à la lecture du présent récit, il n'en reste pas moins que l'on y retrouve les mêmes personnages et qu'au lieu de centrer l'intrigue autour de Charlotte et Jeremiah, l'auteure nous présente une jolie romance entre Théo et Summer.

Summer travaille pour une grande firme et l'image de sa ville natale lui fait face tous les jours au bureau. Le but étant de se rappeler continuellement d'où elle vient et le chemin qu'elle a parcouru pour y parvenir. Pour ne jamais oublier cette enfance difficile avec une mère dépressive et un père alcoolique et violent. Elle est fière de tout ce qu'elle a accompli. Par contre, au fil des ans, elle a su se créer une carapace qui l'empêche de se laisser aller. Tout doit être contrôlé et analysé.

Théo est le meilleur ami que Summer ait pu avoir au cours de sa vie. Le seul en qui elle a confiance. Malgré que leurs chemins se sont séparés pendant près de dix ans, en raison de l'accident de Théo, il n'en reste pas moins que depuis qu'ils se sont retrouvés, leur amitié est toujours aussi profonde et authentique. Pour Théo, il est plus que temps de bousculer un peu Summer. Il l'aime, il se sait profondément amoureux d'elle. Mais va-t-elle jouer son avenir sur une partie de poker? Va-t-elle enfin décider de perdre le contrôle pour laisser l'amour entrer dans sa vie?

— On fera ce que tu veux, Summer. Tout ce que tu veux, ajoutai-je en m'approchant d'elle. Mais je ne veux plus mentir. Tu me plais. Tu me plais depuis des années et je ne vais pas renoncer à toi parce que tu souhaites préserver notre amitié.

C'est le deuxième roman que je lis d'Emily Blaine et sincèrement, celui-ci est franchement meilleur que All I want for Christmas.

Les personnages sont vraiment bien approfondis. La personnalité de Summer cadre à merveille avec son vécu. L'auteure n'a pas cherché à en mettre trop et a su bien doser les impacts que cette enfance défavorisée et dysfonctionnelle a eus sur sa vie d'aujourd'hui. Il est facile de comprendre que Théo ait voulu prendre soin d'elle. D'ailleurs, Théo est le parfait gentleman dont toutes les femmes rêvent. Il est attentionné, patient et à l'écoute. Il prend soin de Summer au point peut-être d'en faire un peu trop?

L'auteure fait évoluer la relation entre nos deux protagonistes, sans brusquer Summer. Combien de fois voyons-nous des romances où les personnages s'entredéchirent avant de tomber dans les bras l'un de l'autre? Ici, ce n'est pas le cas et c'est tant mieux! Nous avons la chance de voir Théo la séduire à sa manière. Tout nous semble réaliste et plausible. Du coup, nous ne pouvons faire autrement que d'adhérer à cette jolie romance. Par contre, nous sentons bien le côté prévisible de l'intrigue. Il n'y a pas d'élément de surprise ou de rebondissement à nous couper le souffle. Tout coule en douceur.

Je n'ai pas lu Toi, Moi, Maintenant ou Jamais et malgré cela, j'ai pu apprécié ce récit. Par contre, si vous avez une chance de le lire avant celui-ci, je vous le conseille fortement. De plus, je reste avec le sentiment que l'auteure prévoit écrire un autre roman avec ces personnages. On sent qu'il se passe quelque chose entre David, le frère de Summer, et Gemma. Emily Blaine va-t-elle nous revenir avec une suite?

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Harlequin pour cette jolie romance!



samedi 19 mai 2018

Les contes interdits, tome 7 : Le petit chaperon rouge


Titre : Le petit chaperon rouge
Auteur : Sonia Alain
Série : Les contes interdits, tome 7
Genre littéraire : Horreur
Année de parution : 2018
Éditeur : Ada
ISBN : 978-2897864101
Nombre de pages : 205 pages

Une vieille Tsigane en communication avec des esprits, condamnée à une fin tragique pour avoir découvert la vérité au sujet de sa fille. Une enfant retrouvée dans les bois, devenue plus tard une séductrice avide de vengeance. Un groupe d’hommes aux moeurs vicieuses, semant l’horreur sur leur passage. Un sergent de police acharné, tentant d’endiguer une série de meurtres barbares à caractère sexuel. Un loup rôdant dans la nuit, à la recherche d’une proie délectable.


C'est lors de la dédicace pour ce conte que Sonia Alain m'a avertie que ce récit était assez loin de ce qu'elle écrit habituellement. Que celui-ci était glauque et sombre. Eh bien, je vous confirme que c'est effectivement le cas!

Angelika n'avait que neuf ans lorsque sa grand-mère fut assassinée par six hommes pervers et violents. Comme si cela ne suffisait pas, ils voulaient également s'en prendre à la jeune fille. Ils ont relâché des rottweilers dans la forêt en espérant la retrouver. Malicia étant tsigane, elle savait le triste sort qui l'attendait. Elle avait donc fait en sorte de protéger sa petite-fille en l'éloignant de leur demeure. Angelika fut retrouvée quelques jours plus tard. C'est son loup qui l'a protégé. N'ayant plus de famille, la jeune fille fut placée en centre d'accueil.

Ce n'est qu'à l'âge de 18 ans lorsqu'Angelika sortit du centre que l'avocat de Malicia l'a pris sous son aile afin de la protéger des meurtriers de sa grand-mère. Pendant trois longues années, Angelika s'est préparée afin de pouvoir venger non seulement sa grand-mère, mais également sa mère. Le plan est maintenant prêt.

Elle se fait appeler La Louve et a décidé de devenir escorte afin de pouvoir approcher plus facilement les six chasseurs. Ces six hommes pervers et pédophiles. Pour qui le trafic de jeunes filles leur rapporte beaucoup d'argent. Ils utilisent également ces jeunes filles pour combler tous leurs vices. Pour La Louve, le moment est parfait pour mettre son plan à exécution. Elle devra le faire rapidement et avec beaucoup de doigté pour les faire souffrir. Mais la vengeance lui apportera-t-elle la paix?

La lumière et l'ombre font partie d'un tout. Il est facile de franchir la limite qui les sépare l'une de l'autre. Celle-ci est si mince... Plusieurs l'ont compris trop tard.

Je suis à la base une grande fan des contes revisités. Les contes originaux ayant bercé mon enfance, je suis bien heureuse de pouvoir les relire en version pour adultes. Par contre, je suis une vraie froussarde et je dois dire que j'hésitais énormément à lire Les Contes Interdits. Je me suis donc lancée dans ce premier conte exclusivement en raison du fait que j'admire le talent et la plume de l'auteure.

Le petit chaperon rouge est très loin des romances que Sonia Alain a l'habitude de nous offrir. Après avoir lu le premier quart de ce récit, je me suis dit que finalement il n'était pas si glauque que cela... je n'avais pas encore lu la suite!

Ce n'est pas un conte à lire à vos enfants avant de s'endormir. Effectivement, il y a certaines scènes qui sont assez violentes, mais pour ma part, c'est surtout les scènes d'agressions sexuelles qui m'ont coupé le souffle. Et même si parfois ces scènes ne sont que des pensées perverses de ces chers chasseurs, il n'en reste pas moins qu'elles sont violentes et dégradantes. J'ai réellement ressenti des frissons de frayeur. Sincèrement, je n'aurais jamais pu imaginer que l'auteure avait une telle créativité. Elle m'a surprise! Je n'ai rien contre les scènes d'érotisme ou de BDSM dans un récit, mais là, nous sommes complètement ailleurs. Cela rejoint à la perfection le côté glauque et sombre des contes interdits.

En ce qui concerne l'intrigue, je suis agréablement surprise. J'ai particulièrement aimé le petit côté tsigane qui amène une aura de mystère autour de notre protagoniste, mais également autour d'Olivier, ce policier qui cherche à mettre la main sur le réseau de pédophiles. D'ailleurs, ce personnage m'a beaucoup plu. Il n'est pas tout blanc, ni tout noir. Également, il y a le personnage secondaire de la jeune fille gothique qui ajoute du mystère. Elle apparaît et disparaît assez soudainement, et tout cela, pour venir en aide à Angelika et Olivier.

Au final, j'ai ressenti quelques frissons de frayeur parfois même de dégoût, mais tel n'est pas le but de ce type de conte? Donc mission accomplie pour l'auteure! Maintenant, la question est : vais-je oser lire un autre conte interdit?

Ma note : 4/5

mercredi 16 mai 2018

Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki

Titre : Tsubaki
Auteur : Aki Shimazaki
Série : Le poids des secrets, tome 1
Genre littéraire : Contemporain
Année de parution : 2005
Éditeur : Babel
ISBN : 978-2742757909
Nombre de pages : 115 pages

Dans une lettre laissée à sa fille après sa mort, Yukiko, une survivante de la bombe atomique, évoque les épisodes de son enfance et de son adolescence auprès de ses parents, d'abord à Tokyo puis à Nagasaki. Elle reconstitue le puzzle d'une vie familiale marquée par les mensonges d'un père qui l'ont poussée à commettre un meurtre.
Obéissant à une mécanique implacable qui mêle vie et Histoire, ce court premier roman marie le lourd parfum des camélias (tsubaki) à celui du cyanure. Sans céder au cynisme et avec un soupçon de bouddhisme, il rappelle douloureusement que nul n'échappe à son destin.

Il y a des cruautés qu'on n'oublie jamais. Pour moi, ce n'est pas la guerre ni la bombe atomique.

Tsubaki est un court récit qui raconte beaucoup, mais en peu de mots, en peu de pages. L'auteure nous permet de bien saisir ce que la Seconde Guerre mondiale a eu pour effet sur le peuple japonais. La vision des événements nous est amenée sous un angle tout à fait différent de celui que l'on nous donne dans les médias et autres médiums de communication.

Également, Tsubaki est un récit sur la famille. Les secrets qui s'y cachent et que certains portent sur leurs épaules tout au long de leur vie. Aujourd'hui, la matriarche est décédée. Lors de la lecture du testament, sa fille Namiko reçoit une lettre manuscrite de celle-ci. Sa mère ne lui a jamais raconté son enfance, mais là, elle se livre à cœur ouvert.

Nous lisons donc cette lettre avec Namiko et nous découvrons ainsi l'enfance de cette femme. Les épreuves qu'elle a vécues et les secrets qui ont pesé sur sa conscience tout au long de sa vie. Et effectivement, la cruauté peut se cacher dans le quotidien des gens. Nous découvrons également que Yokiko avait un demi-frère. Qui est-il? Pourquoi sa mère n'a jamais parlé de celui-ci? Et comment faire pour le retrouver?

Aki Shimazaki nous dévoile son talent à travers ce petit bijou. Chaque mot est choisi avec soin et avec délicatesse. Il y a également une certaine poésie et cela m'a surprise étant donné que le français n'est pas sa langue maternelle. Enfin bref, ce premier tome est non seulement une belle découverte, mais également il porte à réflexion. À suivre...

Ma note : 4/5

mardi 15 mai 2018

Sorcières et chasseurs, tome 2 : Harmonie


Titre : Harmonie
Auteur : Charlotte Munich
Série : Sorcières et chasseurs, tome 2
Genre littéraire : Fantastique
Année de parution : 2018
Éditeur : Amazon Publishing
ISBN : 978-1503953819
Nombre de pages : 508 pages

Après avoir échappé de justesse aux chasseurs, Leila tente de reconstruire sa vie partie en fumée. Elle doit plus que jamais rester discrète, car chasseurs et sorcières ont entamé d’improbables négociations de paix pour éradiquer la magie noire. Envoyée en Bretagne en mission diplomatique auprès de Cassandra, la mère de la petite Dita, elle découvre que Dita a joué avec le feu. Prête à tout pour rompre sa solitude, la fillette s’est servie de pouvoirs peu recommandables. Mais chaque sort a un prix dont il faut, tôt ou tard, s’acquitter.
Alors que le village est troublé par de violentes manifestations magiques, Leila se doit d’intervenir pour empêcher une chasse aux sorcières. Ses efforts l’amènent sur la piste d’un puissant grimoire de magie blanche, Harmonie, qui porte bien mal son nom. Privée du soutien de son chevalier blanc Arthur, elle doit s’allier avec son ennemi mortel, Satie, l’ancien patron des chasseurs.
De Paris à la Bretagne, entre envoûtements, faux-semblants et quête identitaire, Harmonie explore les complexités d’une magie ni tout à fait noire, ni tout à fait blanche.


Le syndicat des praticiennes se retrouve avec une nouvelle présidente à sa tête et du côté des chasseurs Satie fut également remplacé. Est-ce pour le mieux? Quel impact cela aura-t-il sur Leila et la communauté des sorcières?

Depuis qu'Elizabeth est à la tête du syndicat, un nouveau mouvement prend vie. Elle a fait une alliance avec les chasseurs afin de cesser la chasse aux sorcières. En échange, elle s'assure que les sorcières n'utilisent plus de magie noire. Du coup, les sorcières lui apportent leur grimoire. La communauté ainsi réunie fait en sorte de brûler ces grimoires dangereux. Mais Leila n'est pas convaincue que c’est là une très bonne idée. Surtout depuis que le chef des chasseurs, Duncan, est aussi pressé de voir ses grimoires.

Elizabeth tente par tous les moyens de rallier les sorcières à sa vision et demande à Leila d'aller convaincre la mère de Dita afin qu'elle puisse rejoindre leur communauté. Pour Leila c'est l'occasion rêvée pour se rapprocher de la petite fille. Surtout qu'elle a le pressentiment que Cassandra a laissé sa fille utiliser Convoitise.

Tout ce que Leila avait prévu de faire en arrivant au village où demeure Cassandra et Dita ne semble pas vouloir se réaliser. Tout le village est en pleine pagaille depuis que Dita a effectivement utilisé Convoitise pour se faire une amie. Et comme si ce n'était pas assez, Leila se retrouve face à face avec Arthur. Mais que fait-il dans ce village perdu? Et qui est cette Lorraine qui prend soin de lui? D'ailleurs, elle semble prendre soin de tout le village... serait-ce elle qui a le jumeau de Convoitise, ce grimoire de magie blanche Harmonie? Comme si ce n'était pas assez troublant, il y a Satie qui rôde autour d'elle. Elle ne sait pas s’ils vont s'entretuer ou bien allier leurs forces. 

Toi qui braves l'ordre établi en t'associant avec ton pire ennemi, tu ouvres une nouvelle voie dangereuse, étroite comme le chas d'une aiguille. Cet homme sera ton allié et ta chute, ton familier et le coup de couteau entre tes omoplates. Utilise-le, mais méfie-toi de ses désirs profonds. Il t'amènera au succès et à la catastrophe.

Il aurait été fort possible que le deuxième tome ne soit pas à la hauteur du premier. Cela arrive fréquemment, mais ce n'est vraiment pas le cas! Charlotte Munich a dû, elle-même, utiliser un peu de magie pour réussir à envoûter autant la lectrice que je suis. Sérieusement, j'ai replongé dans l'univers de Leila avec un immense sourire aux lèvres.

Notre protagoniste a le don pour semer la pagaille autour d'elle. J'aime toujours autant sa personnalité flamboyante et son petit côté frondeur. Malgré qu'elle ait la peur au ventre, elle n'hésite pas une seule seconde à se jeter sur le danger. À plusieurs reprises au cours du récit, elle se considère comme étant un monstre, mais en fait, l'auteure nous fait voir aussi son côté lumineux. Rien n'est tout noir, rien n'est tout blanc.

J'ai bien apprécié la façon dont Charlotte Munich réussit à réintroduire les personnages du premier tome au cours de ce deuxième récit. Elle le fait avec beaucoup de doigté et tout coule facilement. Elle sait comment manier son intrigue autour de ses personnages.

Quant à l'intrigue, assurément on ne s'ennuie pas une seule seconde. Il y a moins de potions, mais tout autant de magie, de grouille et de cafards. En fait, il y a de l'action mur à mur. Les événements s'enchaînent à une vitesse folle et l'on reste accrocher du début jusqu'à la fin. D'ailleurs en tournant la dernière page, nous restons comme suspendus et n'avons qu'une hâte soit celle de poursuivre cette saga. J'ai vraiment le goût de savoir où l’auteure va nous emmener lors du prochain tome maintenant que Satie, Arthur et Leila ne sont plus ensemble... et que Convoitise a fait en sorte de lier ces deux hommes à notre chère protagoniste!

Ma note : 4.5/5

Je tiens à remercier chaleureusement la maison d'édition Amazon Publishing pour m'avoir permis de poursuivre la lecture de cette merveilleuse saga!



Pour lire la chronique du premier tome, cliquez sur le lien suivant : Convoitise